Connect with us

Hi, what are you looking for?

Médias

Ketohou: la police l’envoie à la gendarmerie, RSF et toute la presse exigent sa libération

Views: 32

Le directeur de publication de « L’Indépendant Express » arrêté tard dans la nuit de mardi et gardé jusque-là à la brigade antigang de Djidjolé vient d’être transféré au Service central de recherches et d’investigations criminelles de la gendarmerie nationale (SCRIC). Reporter Sans Frontières (RSF) condamne également une prédation de la liberté de presse. Pendant ce temps, 7 organisations de la presse dénoncent un enlèvement du journaliste et exigent sa  libération immédiate.

Advertisement. Scroll to continue reading.

{loadmoduleid 212}

Le transfert de M. Ketohou au SCRIC a été effectué mercredi dans la nuit. Le journaliste quitte ainsi les geôles de la brigade antigang de Djidjolé pour la gendarmerie où son audition va se poursuivre.

De sources sûres, il sera ramené à son lieu de détention initiale avant d’être présenté au Procureur général de la République.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Ancien président de l’association Journalistes pour les droits humains, Carlos Ketohou a été arrêté pour avoir publié à la une de son dernier numéro paru ce mardi un article intitulé  » Scoop de fin: Femmes ministres interpellées pour vol de cuillères dorées ».

L’homme a été accueilli chez lui alors qu’il devrait répondre à une convocation du SCRIC le lendemain. Sa maison a même été encerclée par les forces de l’ordre et de sécurité.

{loadmoduleid 214}

Advertisement. Scroll to continue reading.

Des acteurs aussi bien politiques que de la société civile ont condamné cette arrestation. Ils déplorent tous la violation du code de la presse et demandent que toutes les charges reconnues contre le journaliste soient annulées.

Pour l’ensemble des organisations de la presse notamment l’OTM, CONAPP, PPT, URATEL, ATOPPEL, UJIT et SYNJIT, l’interpellation de Carlos Ketohou s’apparente à un enlèvement. Il appelle à garantir son intégrité physique et morale.

« Les délits de la presse étant dépénalisés au Togo, la détention d’un journaliste pour ses écrits paraît arbitraire, par conséquent l’ensemble des organisations de presse exige la libération immédiate du confère Carlos Ketohou », mentionne un communiqué de l’organisation.

Même position du côté de Reporters sans frontières (RSF). L’organisation internationale estime que les délits de presse se règlent devant le régulateur et non à la gendarmerie et à la police. Partant, elle exige la remise en liberté pure et simple du journaliste.

Advertisement. Scroll to continue reading.

{loadmoduleid 220}

image_pdfPrintimage_printPrint
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement
Vaccination

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Sticky Post

Carlos Ketohou a recouvré samedi sa libération. Le Directeur de publication de Indépendant Express a été interpellé nuitamment le 29 décembre dernier par des...

Sticky Post

La Section togolaise de l’Union internationale de la presse francophone (UPF-Togo) se joint à l’ANC de Jean-Pierre Fabre, à la Dynamique Mgr Kpodzro, au...

Médias

Carlos Ketohou, le Directeur de publication de l’Indépendant Express a été arrêté mardi nuit à son domicile par une horde de gendarmes. Le journaliste...

Médias

Le Patronat de la Presse Togolaise(PPT) a procédé mercredi au cours d’une assemblée générale élective au renouvellement de son équipe dirigeante. Désormais c’est Carlos...

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P