Connect with us

Hi, what are you looking for?

Société

Togo: le gouvernement refuse la manifestation contre les braquages

Views: 50

Depuis quelques temps au Togo, les braquages se multiplient. Les malfaiteurs ayant trouvé une faille dans le dispositif sécuritaire font la loi. Excédé par la tournure des évènements, le Mouvement Martin Luther King (MMLK) a projeté une manifestation sur le 25 juillet prochain pour réclamer plus de sécurité pour les citoyens togolais. Mais deux jours seulement avant la manifestation, le ministre de l’administration territoriale, Payadowa Boukpessi sort une lettre d’interdiction.

Advertisement. Scroll to continue reading.

La manifestation en question visait à protester contre la série noire des braquages en cours à Lomé et dans ses environs. Les braqueurs réussissent à s’échapper facilement à chaque fois, dans une ville aussi quadrillée par les forces de défense et de sécurité que Lomé. Chose que compte dénoncer le MMLK jeudi à travers une manifestation devant les locaux du ministère en charge de la sécurité et de la protection civile.

Le MMLK explique que « l’Etat, dont la mission régalienne est d’assurer la sécurité et la protection des citoyens, a lamentablement failli et le gouvernement avec son premier chef, doit rendre le tablier pour haute trahison ».

{loadmoduleid 210}

Advertisement. Scroll to continue reading.

Mais dans une lettre adressée aux organisateurs, le ministre de l’Administration territoriale indique que la manifestation n’est pas acceptée. La raison avancée par Payadowa Boukpessi est que l’activité empêchera le fonctionnement normal du ministère de la sécurité.

« Je porte à votre connaissance que le ministre de la sécurité ne peut pas recevoir une manifestation qui gênerait le fonctionnement normal de ce département et empêcherait ainsi les usagers de ce ministère d’accéder librement à ses différents services. En conséquence, votre manifestation n’est pas acceptée », écrit le ministre.

Notons que mardi, le président de MMLK avait indiqué dans un communiqué que la manifestation devra se tenir. Pasteur Edeoh Komi estime que conformément à la loi du 16 mai 2011 fixant les conditions d’exercice des manifestations pacifiques publiques, le ministre de l’Administration devrait donner son avis 72 heures ouvrables avant la manifestation. Ce qui n’aurait pas été fait.

Les braquages s’opèrent depuis quelques temps au Togo avec leurs lots de blessés graves et de pertes en vies humaines. Mais à chaque fois, les malfaiteurs se tirent d’affaire et s’évaporent dans la nature. Les autorités sécuritaires peinent à trouver la parade au phénomène qui prend de l’ampleur.

Advertisement. Scroll to continue reading.

{loadmoduleid 212}

image_pdfPrintimage_printPrint
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rich results on Google's SERP when searching for 'BlackEnergy'
Rich results on Google's SERP when serching for 'toil'
Advertisement
Advertisement

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Société

Le Mouvement Martin Luther King (MMLK) n’est pas tout à fait d’accord avec les récentes mesures drastiques prises par le gouvernement. Pour cette organisation...

Faits Divers

La gendarmerie togolaise vient de faire une nouvelle prise. Plus d’une dizaine de présumés braqueurs ont été arrêtés ces dernières semaines. Ces individus qui...

Faits Divers

Lomé a encore enregistré un nouveau braquage dimanche. A Avédji, dans la banlieue nord-ouest de Lomé, des braqueurs ont attaqué un kiosque de transfert...

Faits Divers

Un nouveau braquage à mains armées a été enregistré jeudi à Lomé. L’opération menée par 3 malfrats a eu lieu au siège général de...

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P