Connect with us

Hi, what are you looking for?

Politique

Assemblée nationale: Dramani craint une fin de législature catastrophique

Views: 85

Après 3 mois de vacances, les députés togolais ont repris les chemins de l’Assemblée nationale. La première session ordinaire de l’année 2018, qui est théoriquement la dernière session de cette législature, s’est ouverte mardi à Lomé. A l’ouverture, le président de l’institution, Dama Dramani a évoqué le risque de terminer cette session dans un contexte catastrophique pour cause de la crise sociopolitique que connaît le pays. De ce fait, il a invité les députés à tout mettre en œuvre pour que la législature s’achève dans une ambiance de convivialité.

Advertisement. Scroll to continue reading.

La première session ordinaire de cette année s’est ouverte en présence ministre de la Justice et des Relations avec les Institutions de la République, Pius Agbetomey et de la Secrétaire d’Etat chargée des Droits de l’Homme, Madame Nakpa Polo.

Elle sera l’occasion pour les députés togolais d’examiner et d’adopter le projet de loi portant code foncier et domanial, le projet de loi de règlement du budget de l’état exercice 2014 et le projet de loi uniforme sur le contentieux des infractions à la réglementation des relations financières extérieurs des états membres de l’UEMOA.

A cet effet, le président de l’assemblée nationale, Dama Dramani a invité les différentes  commissions permanentes à travailler d’arrache-pied pour examiner tous les dossiers en instance.

Advertisement. Scroll to continue reading.

M. Dramani n’a pas exclu la possibilité pour le parlement d’être saisi ou de s’autosaisir de tout dossier d’intérêt majeur pour la vie du pays et des concitoyens.

Un véritable gâchis si la 5e législature s’achève dans un contexte catastrophique

Lors de son intervention, le président de l’Assemblée nationale togolaise n’a pas passé sous silence le contexte politique actuel qui n’épargne pas la vie du parlement. Si tout allait bien entre les députés togolais de cette 5e législature, la crise sociopolitique a exacerbé la division entre la majorité et l’opposition parlementaire. Les positions des principes, le radicalisme des uns et l’extrémisme des autres n’ont pas permis à l’assemblée nationale d’aider la classe politique à solder le problème des réformes constitutionnelles et institutionnelles entre les mois de septembre et d’octobre 2017.

Advertisement. Scroll to continue reading.

« … les différences d’opinion et d’appartenance politique ont éloigné ces derniers temps, les députés de l’union sacrée que l’assemblée a réussi à créer au départ, autour de nombreuses questions d’intérêt majeur qui engage la vie de la nation. Nous avons terminé la précédente session dans une ambiance de méfiance réciproque regrettable », a déploré Dama Dramani.

{loadmoduleid 210}

Au mois de septembre dernier, les députés du pouvoir et ceux de l’opposition n’ont pas réussi à s’accorder sur les modifications qu’il fallait apporter au projet de loi adopté par le gouvernement le 5 septembre qui limitait tous les mandats électifs et consacrait un mode de scrutin à deux tours. On se souvient que lors des travaux en commission l’opposition a apporté 47 amendements qui, si acceptés par le camp adverse, pourraient consacrer un retour à la Constitution de 1992 comme réclamé dans les rues. Les députés de UNIR ont rejeté ses amendements et ont fini par adopter seuls la loi grâce à leur majorité, 2/3 du parlement, ouvrant la voie à un référendum. La constitution exige un quota de 4/5 pour les réformes constitutionnelles. Depuis l’ambiance au parlement ne s’est pas amélioré.

« A mon avis, ce sera un véritable gâchis si la cinquième législature s’achève dans un contexte catastrophique. L’histoire ne nous pardonnera pas cela », a lancé Dama Dramani.

Toutefois, le président de l’Assemblée nationale dit espérer que les députés seront capables de créer la surprise en terminant leur mission dans une ambiance de convivialité, dans un esprit de tolérance, des valeurs qui les ont caractérisés au cours des premiers mois de la législature.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Notons que cette 5e législature verra son mandat s’achever au plus tard en juillet. Mais d’ici-là, la crise sociopolitique en cours dans le pays pourrait avoir ses conséquences. L’assemblée nationale actuelle devrait être en place jusqu’à l’élection de nouveaux députés.

image_pdfPrintimage_printPrint
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rich results on Google's SERP when searching for 'BlackEnergy'
Advertisement
Advertisement

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Coopération

Une délégation des députés français du groupe d’amitié France-Togo a eu mercredi une séance de travail avec la présidente de l’Assemblée Nationale, Yawa Djigbodi...

Coopération

Une délégation de parlementaires du groupe d’amitié Autriche-Afrique subsaharienne est en visite à Lomé. Mardi, elle a été reçue par la Présidente de l’Assemblée...

Economie

L’Assemblée nationale togolaise a démarré mardi l’examen du budget, gestion 2022 en commission. Les travaux ont été ouverts par la présidente du Parlement, Chantal...

Politique

Début 2022, le Togo présentera son rapport sur les droits de l’homme devant les Nations Unies pour le compte du 3e cycle de l’Examen...

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P