Connect with us

Hi, what are you looking for?

Justice

28 militants du PNP condamnés à Lomé, Atakpamé et Kara

Views: 39

Les militants du Parti national panafricain (PNP) arrêtés à Lomé et dans les villes de l’intérieur les 19 et 20 août derniers ont connu leur sort. A Lomé, à Kara et à Atakpamé, ils ont été jugés mardi. Certains ont été condamnés et d’autres ont été libérés.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Poursuivis pour rébellion, dégradation, violences volontaires ou voies de fait, vol aggravé, 14 des 27 manifestants poursuivis à Lomé ont été reconnus coupables. Ils ont été condamnés chacun à 12 mois de prison, dont 7 avec sursis. Le secrétaire général du PNP a lui écopé de 18 mois, dont 9 avec sursis.

Pendant ce temps, 12 autres manifestants n’ont pas été jugés coupables au bénéfice du doute ‘en dépit des preuves qui pèsent sur leurs dossiers’. Ils ont été libérés par le président du tribunal.

Les avocats des manifestants au rang desquels Me Dodji Apévon et Me Raphaël Kpande-Adzare ont dénoncé ces condamnations. 

Advertisement. Scroll to continue reading.

{loadmoduleid 210}

A Kara (420 km de Lomé), 9 militants du PNP ont été présentés ce mardi au tribunal de première instance de deuxième classe de la ville. A l’issue du procès, 7 des personnes poursuivies ont été condamnés à 12 mois de prison dont neuf (09) avec sursis. De même, deux autres, considérés comme meneurs des mouvements ont été condamnés à 16 mois de prison dont 12 en sursis.

A Atakpamé, sur les 9 manifestants poursuivis, 2 ont été relaxés par le tribunal au bénéfice du doute. Les 7 autres ont été condamnés à une peine d’emprisonnement de soixante (60) mois fermes chacun pour des charges de rébellion, de destruction et de voies de fait conformément aux articles 498, 499 et 541 du code pénal. Les avocats ont annoncé qu’ils feront appel.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Notons qu’à Sokodé, le procès n’a pas eu lieu pour cause de  la situation encore tendue dans la ville qui est en train de devenir un fief pour le PNP de Tikpi Atchadam.

66 personnes avaient été arrêtées et détenues dans les différentes prisons civiles à Lomé, Anié, Sokodé et Kara à l’issue des manifestations du PNP.

Advertisement. Scroll to continue reading.
image_pdfPrintimage_printPrint
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rich results on Google's SERP when serching for 'djama 228'
Advertisement
Vaccination

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Politique

Le président togolais, Faure Gnassingbé séjourne à Bruxelles jeudi. Occasion choisie par des Togolais de la diaspora européenne pour manifester contre sa réélection à...

Sticky Post

Des organisations de la société civile dénoncent une restriction des espaces d’exercice de la liberté de manifestation et de musèlement  de la presse au...

Sticky Post

Au Togo, des parents d’enfants morts lors des manifestations publiques de l’opposition et de la société civile entre 2017 et 2019 ont lancé mercredi...

Politique

Le Parti National Panafricain (PNP) a salué jeudi la sortie du 22 décembre dernier du Comité pour la libération de tous les prisonniers politiques...

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P