Connect with us

Hi, what are you looking for?

Société

Togo: Des organisations se mobilisent contre la restriction des libertés

Views: 58

Des organisations de la société civile dénoncent une restriction des espaces d’exercice de la liberté de manifestation et de musèlement  de la presse au Togo. Pour elles, depuis le vote de la « Loi Boukpessi » en 2019 par la 6è législature, il y a un obstacle à la liberté de réunion et de manifestations. Elles soulignent également la vague de condamnation des médias ces jours-ci. Une journée de réflexion a réuni différentes couches socioprofessionnelles samedi à Lomé.

Advertisement. Scroll to continue reading.

{loadmoduleid 212}

La journée a été organisée par les Universités Sociales du Togo (UST) en collaboration avec le Front Citoyen Togo Debout (FCTD).

Axée sur le thème « Agir pour sauvegarder la liberté de manifestation et restaurer la liberté de presse au Togo », la rencontre a été initiée dans le but de contribuer à une prise de conscience pour une restauration des libertés.

Advertisement. Scroll to continue reading.

A l’occasion,  la parole a été donnée aux différentes couches socioprofessionnelles affectées par les restrictions. Principalement les organisations de la société civile, les syndicats et les organisations de presse.

{loadmoduleid 214}

A l’issue des discussions, une déclaration finale a été faite. Selon le Prof David Ekoue Dosseh, elle sera mise à la disposition des groupes de pression, de plaidoyers et de lobbying notamment les organismes internationaux sur le plan national et international, dans le but d’amener le gouvernement togolais à rétablir la liberté de la manifestation, la liberté d’association et la liberté de presse.

Advertisement. Scroll to continue reading.

« Nous venons d’enclencher un processus pouvant aboutir à une stratégie qui peut contraindre le pouvoir public à rétablir les diverses libertés au Togo. Il nous revient d’aller vers le Système des nations unis dans nos plaidoyers », a ajouté le coordonnateur des UST.

La situation au Togo

4 rapporteurs des Nations-Unies ont, dans un courrier en date du 11 septembre 2019, interpellé le Président de la République sur le caractère liberticide de la loi Boukpessi.

Au niveau de la presse, ces dernières semaines ont été très mouvementées avec des interventions tout azimut du SCRIC, de la justice et de la HAAC.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Le récépissé du  journal « L’Indépendant Express » a  été retiré suite à la publication d’un article intitulé « Scoop de fin d’année : Femmes ministres interpellées pour vol de cuillères dorées ».  Le journal  » L’Alternative » a été suspendu pour 4 mois pour avoir utilisé le mot « faussaire » et 3 journalistes ont été interpellés par la gendarmerie pour avoir interviewé un chef canton.

{loadmoduleid 220}

Advertisement. Scroll to continue reading.
image_pdfPrintimage_printPrint
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rich results on Google's SERP when serching for 'toil'
Rich results on Google's SERP when serching for 'banque atlantique'
Rich results on Google's SERP when serching for 'djama 228'
Advertisement
Advertisement

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Politique

Les manifestations publiques seront-elles plus muselées qu’elles ne le soient actuellement ? A peine les conclusions de la Concertation nationale entre les acteurs politiques (CNAP)...

Société

Des manifestations populaires sont projetées au Togo à compter de lundi prochain. Le mot d’ordre est lancé par les Femmes Pyramide, un regroupement de...

Politique

En août 2019, soit deux ans après les manifestations populaires instiguées par Tikpi Atchadam et son Parti national panafricain (PNP), le gouvernement togolais avait...

Société

Une trentaine de responsables des Organisations de la société civile (OSC) et les organisations syndicales se sont réunies mardi et mercredi à Lomé. Ils ont...

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P