Connect with us

Hi, what are you looking for?

International

Mahamadou Issoufou: « Je confirme que je ne briguerai pas un 3e mandat »

Views: 35

Le Président de la République du Niger a expliqué lundi les raisons qui justifient son refus de briguer un troisième mandat à la tête de son pays.  Mahamadou Issoufou estime que triturer la constitution pour se maintenir au pouvoir est un coup dur pour les valeurs démocratiques nigériennes. M. Issoufou ne critique pas ses homologues des autres  pays africains où le sujet fait polémique mais indique que chaque Etat est un cas particulier.

Advertisement. Scroll to continue reading.

En visite à l’Elysée où il s’est entretenu avec le président français Emmanuel Macron, le Chef d’Etat nigérien a confirmé sur les plateaux de France 24 sa décision de ne plus de représenter à la présidentielle de 2021.

Mahamadou Issoufou affirme qu’au Niger, les acteurs politiques sont pour la liberté et pour les élections démocratiques. Nourrir un projet comme celui de modifier la constitution pour se maintenir au pouvoir serait tordre le coup à l’ordre institutionnel et républicain.

Il ajoute que la consolidation des institutions démocratiques fait partie de ses priorités en tant que président.

Advertisement. Scroll to continue reading.

« Cela fait partie des priorités de mon programme: la consolidation des institutions démocratiques et républicaines. Le fait de ne pas triturer la constitution fait partie de cet objectif » a-t-il démontré avant de conclure « Je confirme que je ne modifierai pas la constitution et je ne briguerai pas un 3è mandat ».

{loadmoduleid 210}

L’homme politique nigérien estime que si dans certains pays d’Afrique, les Chefs d’Etat au pouvoir peuvent justifier la modification de la constitution pour converser leur fauteuil présidentiel il n’en est pas pour son pays.

« Chaque pays est un cas particulier. Il y a des pays où changer la constitution peut se justifier mais pour le cas du Niger, cela ne se justifie pas », a martelé le Président de la République du Niger.

C’est ainsi qu’il a ordonné la semaine dernière la condamnation de deux jeunes pour l’avoir exhorté à briguer un troisième mandat à la tête du Niger.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Issoufou Brah et Salissou Ibrahim ont été placés à garde à vue, inculpés puis jugés pour flagrant délit, qui selon le procureur du tribunal de grande instance de Zinder constitue  » un complot pour détruire ou changer le régime constitutionnel ».

image_pdfPrintimage_printPrint
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rich results on Google's SERP when serching for 'toil'
Rich results on Google's SERP when serching for 'banque atlantique'
Rich results on Google's SERP when serching for 'djama 228'
Advertisement
Advertisement

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Coopération

Mahamadou Issoufou, n’est plus le chef d’Etat du Niger mais se voit honoré. L’ancien président nigérien a œuvré pour l’opérationnalisation de la ZLECAf (Zone...

International

Les critiques adressées aux militaires maliens au pouvoir le vendredi dernier par le chef de l’Etat nigérien depuis Paris passent mal auprès d’Assimi Goïta....

Coopération

Le ministre togolais des affaires étrangères, de l’intégration africaine et des togolais de l’extérieur s’est rendu jeudi à Niamey pour une visite de travail....

Sticky Post

Mahamadou Issoufou a remis vendredi le pouvoir à son successeur, Mohamed Bazoum. Il a bouclé ses deux mandats constitutionnels. Le pouvoir nigérien parle d’une...

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P