Connect with us

Hi, what are you looking for?

International

Les pays africains francophones se mobilisent à Lomé contre la matière fissile

Views: 50

Le Groupe d’experts de haut niveau chargé de l’élaboration du traité interdisant la production de matières fissiles pour la fabrication d’armes et autres dispositifs explosifs nucléaires tient depuis mercredi à Lomé une rencontre régionale. Le rendez-vous de Lomé sera l’occasion de mobiliser les pays participants en prélude à l’adoption d’un prochain traité. Il sera également l’occasion de partager les connaissances et les informations relatives à l’interdiction de la production de matière fissile destinée à des armes nucléaires ou d’autres dispositifs explosifs nucléaires.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Au total, 26 pays francophones africains et apparentés prennent part aux travaux de Lomé. De plus, deux experts, deux représentants de l’UNREC/UNODA et deux autres de la Branche de Genève UNODA prennent part aux travaux.

Pour le Directeur du Centre régional pour la paix et le désarmement en Afrique (UNREC), Anselma Yabouri, le rendez-vous de Lomé vise à faciliter le dialogue au niveau sous régional entre Etats membres sur leur implication dans l’adoption d’un futur traité en lien avec les instruments internationaux et régionaux déjà existants.

La matière fissile dont il s’agit lors de l’atelier de Lomé est un composant clé dans la fabrication d’armes nucléaires ou d’autres dispositifs explosifs nucléaires. Et selon les experts, un traité non-discriminatoire, multilatéral et international interdisant sa production serait une contribution pratique et significative au désarmement nucléaire et aux efforts de non-prolifération

Advertisement. Scroll to continue reading.

{loadmoduleid 210}

L’atelier organisé par l’UNODA à travers l’UNREC avec l’appui financier du gouvernement canadien répond à l’ambition de favoriser la participation des Etats africains au processus consultatif du Groupe d’experts de haut niveau chargé de l’élaboration du traité interdisant la production de matières fissiles.

« La rencontre est pour nous l’occasion de favoriser le partage des connaissances et des informations au sein des différentes région sur les questions relatives à l’interdiction de la production de matière fissile », a indiqué Peter Kolarov, coordonnateur des affaires de désarmement à la branche Genève de l’UNODA.

Le gouvernement togolais soutient l’initiative à travers le ministère des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine. Le pays dispose désormais d’un organe chargé de la question des armes chimiques. Il s’agit de l’Autorité nationale pour l’interdiction des armes chimiques au Togo (ANIAC-Togo).

Advertisement. Scroll to continue reading.

Après Lomé pour le compte de l’Afrique, de pareilles rencontres seront organisées en Asie, dans le Pacifique, en Amérique Latine et dans les Caraïbes.

image_pdfPrintimage_printPrint
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rich results on Google's SERP when searching for 'BlackEnergy'
Rich results on Google's SERP when serching for 'toil'
Advertisement
Advertisement

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Société

L’Autorité Nationale pour l’Interdiction des Armées Chimiques (ANIAC-Togo) poursuit ses activités. Cette structure créée en 2015 par décret présidentiel a été « d’une perspicacité...

Société

L’Autorité Nationale pour l’Interdiction des Armes Chimiques (ANIAC-Togo) a présenté vendredi le bilan des activités qu’elle a réalisées en 2019. Ces activités vont des...

International

La protection des biens culturels en cas de conflits armés en Afrique est devenue une préoccupation réelle. Une rencontre s’est ouverte mercredi à Lomé...

Société

Le Togo se dote de nouveaux moyens pour renforcer ses  mesures de sécurité en ces temps où les braquages avec les armes deviennent récurrents....

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P