Connect with us

Hi, what are you looking for?

Société

Inondation: le cri de détresse des habitants de Bè-Kpota

Views: 152

Les populations de Bè-Kpota ne sont pas au bout de leur souffrance. Les habitants de ce quartier limitrophe de l’Aéroport international Gnassingbé Eyadéma sont toujours confrontés à des problèmes d’inondation. Excédés devant une situation endémique, ils sollicitent une intervention des autorités togolaises.  

Advertisement. Scroll to continue reading.

C’est une situation lamentable qui prévaut à Bè Kpota, près du cimetière. Depuis 2010, pendant les saisons pluvieuses,  les  maisons d’habitation sont inondées, causant des dégâts matériels et délogeant les occupants.

« Quand nous sommes arrivés dans ce quartier, il n’y avait pas de l’eau qui inonde et nous avions construit nos maisons par rapport au sol que nous avons trouvé. Malheureusement depuis 10 ans nous l’eau remplit nos maisons, nos chambres et nous ne dormons plus. Nous sommes obligés d’envoyer les enfants chez les voisins », décrit Woubot Taffa Ouro, porte-parole des sinistrés.

{loadmoduleid 210}

Advertisement. Scroll to continue reading.

La situation est devenue plus inquiétante et invivable ces derniers jours avec la saison de pluie en cours. Et ce alors que la crise à coronavirus sévit actuellement dans le pays. 

« Précédemment quand l’eau nous envahit, nous envoyons nos enfants chez nos voisins qui ont construit des étages inachevés. Mais avec la crise à Covid-19, ils sont obligés de vivre dans l’eau avec nous. Et beaucoup d’ailleurs ont vu leurs cahiers emportés par l’eau », a ajouté M. Ouro.

Les habitants crient au désespoir et exhortent les autorités à doter le quartier des caniveaux pour faciliter la circulation de l’eau.

« C’est un quartier de la capital et encore qu’on nous sommes à côté de l’aéroport. On ne peut rien faire si ce n’est pas l’autorité. Nous sommes Togolais et nous avons droit de vivre… Que les autorités nous viennent urgemment en aide », lancent les victimes.

Le quotidien de ces sinistrés n’est pas méconnu du gouvernement. En 2015, le ministre Damehame Yark, son collègue Ouro-Koura Agadazi, ministre en charge de l’agriculture et les responsables de l’ANPC s’étaient rendus dans le quartier où ils ont constaté la déplorable situation qui serait due aux travaux de  la nouvelle aérogare.

Advertisement. Scroll to continue reading.

{loadmoduleid 212}

image_pdfPrintimage_printPrint
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rich results on Google's SERP when serching for 'toil'
Rich results on Google's SERP when serching for 'banque atlantique'
Rich results on Google's SERP when serching for 'djama 228'
Advertisement
Advertisement

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Société

Le Conseil municipal de Golfe-5 a entamé lundi la 2è session ordinaire de l’année 2021. Les 22 conseillers municipaux réfléchissent à comment satisfaire les...

Société

L’inondation risque de couvrir à nouveau une immense partie de la capitale togolaise en cette saison pluvieuse. Vendredi, plusieurs quartiers de Lomé se sont...

Sticky Post

Une partie de la clôture de l’Aéroport international général Eyadema s’est écroulée dans la nuit du 09 au 10 octobre. La situation s’est produite...

Société

Le gouvernement togolais s’engage pour sauver la population des risques d’inondations au regard des pluies de ces dernières semaines. C’est en ce sens que...

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P