Connect with us

Hi, what are you looking for?

Politique

Dialogue: la coalition de l’opposition ne compte rien lâcher au sujet des préalables

Views: 48

La coalition des 14 partis de l’opposition togolaise a tenu mercredi à Lomé et dans d’autres villes du pays sa première manifestation publique d’une nouvelle série annoncée pour trois jours. Le mot d’ordre reste toujours  le même : retour  à  la constitution originelle de 1992, révision du cadre électoral et l’instauration du droit de vote des Togolais de l’étranger entre autres.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Conformément au  communiqué en date du 27 janvier dernier, à Lomé, les manifestants ont sillonné différents  artères de la capitale avant de chuter à la plage où divers messages ont été délivrés par les leaders.

Nathanaël Olympio, président par intérim du Parti des Togolais, se  prononçant  sur les raisons qui sous-tendent le refus de l’opposition d’envoyer de représentants à la CENI,  a indiqué qu’à la coalition, ils se sont accordés sur la réalité selon laquelle les élections ne sont pas la solution idoine à la présente crise.

« Les élections ne sont pas une solution. Le pouvoir appelle au référendum alors que le fichier électoral n’est pas clair. Raison pour laquelle nous n’avons pas envoyé de représentants à la CENI. Notre seule exigence c’est la C92. Pas de relâchement », a –t-il souligné

{loadmoduleid 210}

Advertisement. Scroll to continue reading.

Jean Pierre Fabre, le Chef de file de l’opposition appelle les militants et sympathisants à plus d’ardeur et d’abnégation, car «la lutte est ardue. L’arbre est tellement enraciné qu’il est difficile de le déterrer. Mais nous y arriverons », a-t-il dit.

M. Fabre s’est d’ailleurs montré optimiste sur le démarrage du dialogue annoncé. Pour lui, le problème du Togo est abyssal, du coup il faut nécessairement des mesures d’apaisement avant le dialogue.

« Je suppose qu’à un moment donné le pouvoir reviendra à la raison pour réaliser la mesure de décrispation nécessaire au démarrage des discussions. Il ne faut pas vous leurrer, le problème du Togo est profond. Et quand nous disons qu’il faut prendre des mesures d’apaisement et de décrispation avant de démarrer, nous sommes dans le vrai. Puisqu’en matière de violation des droits de l’homme, le principe est que dès que la violation est constatée, il faut toute affaire cessante y mettre fin », a confié le Président national de l’ANC à nos confrères d’icilome au début de  la manifestation.

Advertisement. Scroll to continue reading.
image_pdfPrintimage_printPrint
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rich results on Google's SERP when searching for 'BlackEnergy'
Advertisement
Advertisement

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Politique

L’Union pour  la République (UNIR) participe depuis mercredi au 5e Forum des jeunes dirigeants Chine-Afrique. Cette rencontre qui se tient les 24 et 25...

Politique

Le Mouvement du Peuple pour la Liberté (MPL) se prononce sur la détention de Jean-Paul Oumolou et d’autres opposants. En conférence de presse mercredi...

Politique

Le parlement togolais est en deuil. La présidente de l’institution, Chantal Yawa Tsegan a annoncé le décès jeudi d’un député membre du bureau du...

Politique

Marc Bobi a de nouveaux projets de développement pour la commune d’Agoè-Nyivé 2. Brulant d’envie d’être candidat aux prochaines élections régionales, ce directeur de...

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P