Connect with us

Hi, what are you looking for?

Société

Agbodrafo: Un trône pour 2 Rois, guerre froide entre 2 clans

Views: 75

Ce n’est pas la sérénité autour du trône royal d’Agbodrafo. Deux personnes sont actuellement désignées pour succéder à Aholou Sèdo Assiakoley V, le dernier chef canton de la localité. Une situation qui entretient une guerre froide entre les deux clans importants de la localité. Qui des Assiakoley ou des Messanh sortira vainqueur ?

Advertisement. Scroll to continue reading.

Les problèmes de chefferie sont, à côté du conflit foncier, des bombes à retardement dans la société togolaise. Presque dans chaque village ou canton, ces problèmes se posent avec acuité et c’est Agbodrafo, ex-Porto Seguro, qui vient rallonger la liste.

Depuis le décès du dernier chef canton, Aholou Sèdo Assiakoley V le trône est resté vacant et tout porte à croire qu’un nouveau chef sera intronisé prochainement. Et pendant que les choses se préparent, surgissent les différends entre deux clans de la localité sur la désignation de ce chef.

En effet, les descendants de la famille royale du 1er roi, John Messanh rejettent le nouveau chef qui viendrait du clan Assiakoley. Pour les Messanh, le mode de désignation du nouveau chef ne répond pas aux règles qui régissent la chefferie traditionnelle d’Agbodrafo.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Aussi, ont-ils réagi au choix opéré par le clan Assiakoley en dénonçant du faux. Les Assiakoley ont présenté leur « futur roi » assis au milieu du « régent et Assafotsè ».

Les Messanh dénoncent expliquant qu’Agbodrafo ne dispose pas de régent depuis le décès du roi Assiakoley V, mais plutôt de « 5 membres créés par arrêté ministériel ».

Par ailleurs, ils estiment que « la désignation du roi à Agbodrafo n’est pas une affaire de toute la communauté, mais de la famille royale et en particulier, des descendants du 1er roi, John Messanh ».

Advertisement. Scroll to continue reading.

{loadmoduleid 210}

Pour les Messanh, c’est « Robert Dotsè Messanh, de la lignée du roi Messanh » qui aurait été déjà désigné au titre de futur roi et chef canton d’Agbodrafo, relativement aux us et coutumes de la famille royale. Ils ajoutent qu’ils sont d’ailleurs en attente du décret de reconnaissance depuis plus de 2 ans.

L’autre clan se dit serein et indique avoir respecté la procédure consistant au choix d’un nouveau chef canton.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Actuellement, la tension est vive entre les deux camps qui se livrent à une guerre froide et de communication notamment sur les réseaux sociaux.

Désormais, les regards sont tournés vers le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales qui devra régler cette affaire. Il revient au gouvernement de prendre un décret de reconnaissance du nouveau gardien des us et coutumes de la localité.

Advertisement. Scroll to continue reading.
image_pdfPrintimage_printPrint
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rich results on Google's SERP when serching for 'toil'
Rich results on Google's SERP when serching for 'banque atlantique'
Rich results on Google's SERP when serching for 'djama 228'
Advertisement
Advertisement

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Société

Une petite tension couvait depuis des mois entre les communes de Lacs 3 (Agbodrafo) et Vo 2 (Togoville).  Les incompréhensions portaient sur la gestion...

Société

Des frères  KOMAHE à Nimangna dans les  Lacs ont  du mal à laver leur  linge sale en famille. Ces derniers jours  ‘’une guerre sans...

Sticky Post

Au Togo, le gouvernement exerce un contrôle sur la chefferie traditionnelle. Des chefs traditionnels qui l’ignoraient viennent de l’apprendre à leurs dépens. En Conseil...

Société

Payadowa Boukpessi, ministre en charge de la décentralisation a instruit samedi les chefs traditionnels des 39 préfectures du Togo sur leurs responsabilités dans le...

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P