Connect with us

Hi, what are you looking for?

Education

Université: Des mouvements annoncés pour la libération de Satchivi et Cie

Views: 35

Foly Satchivi, Président de la Ligue Togolaise des Droits des Etudiants (LTDE) et la dizaine d’étudiants   arrêtés mardi dernier viennent de passer leur deuxième nuit à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) de Lomé. En attendant qu’ils soient présentés au Procureur de la République, des responsables de mouvements estudiantins et autorités  universitaires se livrent à une guerre de communiqué.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Quelques heures après l’embastillement des étudiants, le Prof Dodzi Kokoroko lie l’arrestation de ces derniers à un acte de vandalisme et d’un esprit de trublion.

« Nous devons arrêter la pagaille et la manipulation. Quand les étudiants avec des frondes, des lance-pierres et des bidons d’acide se préparent à s’en prendre à la police universitaire et à semer l’anarchie, nous devons agir », avait indiqué le Président de l’Université de Lomé.

Prof Kokoroko qui dit être disposé à prendre langue avec les organisateurs des mouvements de revendications sur le campus sera contredit mercredi sur les antennes de RFI par le secrétaire général de la LTDE.

« Nos activités se sont toujours déroulées dans des conditions pacifiques. Ce sont les forces de l’ordre ou la police universitaire qui provoquent, attaquent les étudiants, les blessent, les matraquent, les gazent. La LTDE n’a jamais été violente envers qui que ce soit. Le président a donné des instructions que lorsque la police va vouloir les attaquer, qu’ils ne répondent pas », a déclaré Basile Amenuveve.

{loadmoduleid 210}

Advertisement. Scroll to continue reading.

Préalablement à son intervention sur la radio française, M. Amenuveve avait exhorté les autorités universitaires à libérer hélico presto les camarades  arrêtés  afin de garantir la confiance envers les étudiants et assurer un climat apaisé et serein sur le campus universitaire de Lomé, surtout en ces périodes d’examen.

Mercredi, l’Association solidarité planétaire-branche Togo (SP-BT) est montée au créneau  pour dénoncer à son tour l’interpellation cavalière (ndlr) de ces  étudiants.

« L’arrestation dans un Etat de droit, obéit à des règles bien précises codifiées par les usages. La liberté d’association pacifique étant garantie par la Constitution togolaise, il ne nous paraît pas du tout judicieux cette manière de procéder qui met en péril la liberté d’association et d’activités syndicales dans notre pays », souligne-t-elle, dans un communiqué.

Pendant ce temps, la LTDE appelle les étudiants des deux universités publiques du Togo à d’autres manifestations pour la libération de leurs camarades détenus.

Advertisement. Scroll to continue reading.

image_pdfPrintimage_printPrint
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rich results on Google's SERP when searching for 'BlackEnergy'
Advertisement
Advertisement

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Education

L’Université de Lomé (UL) a signé vendredi une entente-cadre de coopération avec Henley Business School, une université anglaise. Les documents ont été paraphés par...

Education

Les étudiants togolais des universités publiques sont aux anges. Il y a eu virement de leurs allocations et bourses. Certains bénéficiaires ont commencé à...

Education

La 1ère édition du concours « Ma Thèse en 180 secondes » au Togo a connu son apothéose mardi.  L’événement a permis de récompenser ...

Education

L’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) est convaincue d’une chose. Agir pour une francophonie universitaire solidaire engagée dans le développement passe aussi par la...

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P