Connect with us

Hi, what are you looking for?

Education

Université de Lomé: Kokoroko répond aux enseignants qui menacent d’aller en grève

Views: 43

Nous l’annoncions vendredi. Un groupe d’enseignants-chercheurs de l’Université de Lomé entend observer une grève de 6 jours à compter de ce lundi pour réclamer la prise en compte des augmentations de salaires obtenues en 2011 et plusieurs autres revendications. Le président de l’Université de Lomé, Prof Dodzi Kokoroko réagit à cette annonce et indique que les revendications sont prises en compte par le gouvernement. Il invite ses collègues à patienter et à s’employer pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Comme nous l’écrivons, le groupe d’enseignants chercheurs réclament les augmentations obtenues en  2011, le remboursement des cotisations faites par les contractuels intégrés dans la fonction publique à la Caisse nationale de la sécurité sociale, le reliquat de l’accord de novembre 2011, l’intégration systématique dans la fonction publique des enseignants inscrits sur une liste d’aptitude du CAMES, l’élection des doyens de facultés par tous les enseignants, la suppression des devoirs de dimanche et la programmation d’effectifs raisonnables d’étudiants dans les salles de cours et des travaux dirigés. Ils demandent également les moyens pour leurs recherches, exigent des mesures de protection du personnel universitaire et de leurs biens lors des manifestations des étudiants et des garanties de dédommagement conséquent ; puis la fin de l’intervention du SRI dans la gestion des notes des examens au mépris des dispositions universitaires compétentes.

Pour Prof Dodzi Kokoroko, les revendications posées sont quasiment prises en compte par le gouvernement et la présidence de l’Université de Lomé. Dans un entretien avec Togo Breaking News, Prof Kokoroko indique qu’un accord a été trouvé entre les syndicats d’enseignants de l’université (SEST et SNES) et le gouvernement sur la question des augmentations salariales obtenues en 2011.

Selon les informations, le cumul des primes salaires et des primes de recherches des enseignants est évalué à 1,6 milliard de Fcfa.

Advertisement. Scroll to continue reading.

« Pour honorer son engagement, le gouvernement a décidé de faire un collectif budgétaire. Reste que le projet passe à l’Assemblée nationale pour que l’argent soit versé aux enseignants. Mais certains de nos collègues ne peuvent rien entendre et veulent être satisfaits ici et maintenant. Moi-même je suis enseignant et si les salaires sont augmentés, j’en bénéficierai. Mais on ne peut pas inverser l’agenda parlementaire», clarifie le président de l’Université de Lomé.

Selon des informations du ministère en charge de l’enseignement supérieur, les enseignants récemment admis à la retraite ont commencé à percevoir leurs pensions. Pour ce qui est du reversement des enseignants inscrit sur la liste d’aptitude du CAMES dans la fonction publique, le ministère a notifié aux SEST et au SNES que les textes devant réagir ce point sont en élaboration.

{loadmoduleid 210}

En ce qui concerne les autres revendications, Dodzi Kokoroko estime que des efforts sont faits et seront continuels pour que les enseignants disposent de leurs bureaux sur le campus.

Advertisement. Scroll to continue reading.

« L’amphi 1500 en arrêt depuis 201 vient d’avoir sa toiture. On aura ainsi un second amphi 1500 à la prochaine rentrée. Nous avons posé la première pierre de la maison de l’étudiant où il y aura également des bureaux pour les enseignants. Nous poursuivrons la construction de 2 agoras pour la prochaine rentrée. En fonction du décaissement des subventions, nous allons monter le premier étage du bloc polyvalent… Tout cela pour dire qu’il y a une prise en compte d’un certain nombre d’exigences qui participent à la qualité de vie et de travail sur le campus », a affirmé Prof. Kokoroko.

Le Président de l’Université de Lomé indique que du moment où il y a l’engagement de l’Etat, il n’est plus nécessaire de faire grève. Toutefois, il ajoute que ces enseignants sont libres de faire grève avec le risque de se faire défalquer les jours de débrayage.

Si pour le Prof Kokoroko le gouvernement doit déployer encore plus d’efforts pour améliorer les conditions, les enseignants doivent également faire des efforts pour améliorer la qualité de leur travail.

Advertisement. Scroll to continue reading.
image_pdfPrintimage_printPrint
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rich results on Google's SERP when serching for 'toil'
Rich results on Google's SERP when serching for 'banque atlantique'
Rich results on Google's SERP when serching for 'djama 228'
Advertisement
Advertisement

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Education

Les étudiants togolais des universités publiques sont aux anges. Il y a eu virement de leurs allocations et bourses. Certains bénéficiaires ont commencé à...

Education

Dodzi Komla Kokoroko, le Ministre des Enseignements Primaire Secondaire, Technique et de l’Artisanat, n’est pas content de certains surveillants aux examens. Il a mis...

Education

La 1ère édition du concours « Ma Thèse en 180 secondes » au Togo a connu son apothéose mardi.  L’événement a permis de récompenser ...

Education

Des dispositions urgentes ont été prises pour la rénovation immédiate des infrastructures du Lycée de Sessaro-Mazada. Dodzi Kokoroko, le ministre togolais des enseignements primaire,...

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P