Connect with us

Hi, what are you looking for?

Politique

Manifestations: le gouvernement annonce un déverrouillage de la ‘loi Bodjona’

Rich results on Google's SERP when serching for 'manifestations'
Akodah Ayewouadan et Christian Trimua mardi devant le comité des nations unies
Views: 2713

En août 2019, soit deux ans après les manifestations populaires instiguées par Tikpi Atchadam et son Parti national panafricain (PNP), le gouvernement togolais avait modifié la loi sur les manifestations. Des dispositions plus corsées avaient été introduites dans cette loi. Ce qui a rendu (quasi)impossibles les activités des formations politiques et des organisations de la société civile. Interpellé une nouvelle fois mardi par les Nations Unies, le gouvernement togolais promet la déverrouiller.

Les dispositions introduites dans la loi en 2019 avaient été trouvées antidémocratiques par les partis politiques et les organisations de la société civile.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Le 11 septembre 2020, des rapporteurs spéciaux de l’ONU sur les droits civils et politiques avaient déjà interpellé les autorités togolaises sur la question. A l’époque, aucune réaction favorable n’a été faite.

Devant le Comité des droits de l’Homme des Nations Unies mardi les dispositions introduites dans la version originale de la loi Bodjona sont revenues dans les débats. Les experts ont rappelé au Togo ces engagements internationaux notamment le pacte international pour les droits civils et politiques, en soulignant que les modifications de la loi Bodjona violaient plusieurs dispositions pertinentes de ce pacte.

La délégation du gouvernement composée des ministres des droits de l’homme, Christian Trimua et de la communication, Akodah Ayewouadan, a indiqué que le Togo allait revoir le texte critiqué.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Le représentant du ministère de l’administration territoriale a annoncé, selon des participants aux travaux, qu’une « réflexion est en cours » dans le sens d’une prochaine modification de la loi.

Cette ouverture du gouvernement togolais a été saluée par André Kangni Afanou, ardent défenseur des droits de l’homme connu au Togo et dans le monde.

Des dispositions ayant rendu les manifestations impossibles

La nouvelle version de la loi stipule en l’article 9-1 : « Dans le cadre des réunions ou manifestations ou réunions pacifiques publiques, l’itinéraire comporte un seul point de départ, un seul tronçon de route et un seul point de chute ».

Le point  suivant précise que pour des raisons stratégiques, économiques et sécuritaires, les manifestations sont interdites sur certains axes et zones. Notamment toutes les routes nationales, les axes ou zones où se déroulent de fortes activités économiques dans les centres urbains, les axes et zones proches des institutions de la République, les axes et zones proches des chancelleries et résidences des ambassadeurs et représentants d’organisations internationales, les axes et zones proches des camps militaires et des camps de service de sécurité.

Advertisement. Scroll to continue reading.

« Le nombre de manifestations organisées par semaine dans une ville peut être limité par l’autorité administrative compétente en fonction de la disponibilité des forces de sécurité et de l’ordre devant être affectées à l’encadrement desdites manifestations », prévoit la nouvelle version de la loi.

Dans son article 17, la loi souligne que les réunions ou les manifestations pacifiques sur la voie publique et dans les lieux publics ne peuvent se tenir avant onze (11) heures et au-delà de dix-huit (18) heures.

Contrairement, la loi Bodjona votée le 13 mai 2011 disait que toute réunion ou manifestation pacifique sur la voie publique et dans les lieux publics est soumise à une déclaration préalable écrite au ministre chargé de l’administration territoriale pour les réunions ou manifestations à caractère national ou de portée internationale, au gouvernement ou au préfet territorialement compétent dans les autres cas, au maire de la commune concernée, le cas échéant.

Advertisement. Scroll to continue reading.

La première version de la loi indiquait également que ces manifestations peuvent aller jusqu’à 22 heures.

image_pdfPrintimage_printPrint
2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: Manifestations: Olympio pointe un recul démocratique avec la CNAP - Togo Breaking News

  2. Pingback: Togo: Modification de la loi sur les manifestations et du Code électoral - Togo Breaking News

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rich results on Google's SERP when searching for 'BlackEnergy'
Advertisement
Advertisement

Facebook

Advertisement
Advertisement

Toujours dans l'actu !

Politique

Début 2022, le Togo présentera son rapport sur les droits de l’homme devant les Nations Unies pour le compte du 3e cycle de l’Examen...

Société

Comment utiliser les TICs au service de la démocratie ? La question était au centre d’une sensibilisation organisée jeudi à l’endroit des professionnels des...

Société

Le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) a lancé vendredi à Lomé la 6ème édition de la Nuit des droits de l’homme...

Politique

Le préfet du Golfe s’oppose au meeting annoncé par le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) pour samedi prochain. Le Commissaire principal de police Kossi...

Advertisement

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P