1

Togo: Faure Gnassingbé va déménager de la nouvelle Présidence

Rich results on Google's SERP when searching for 'Faure Gnassingbé'

Le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé et ses équipes se préparent à déménager du nouveau palais de Lomé II. Un déménagement annoncé depuis des mois et qui pourra être effectif dans les prochains jours.

Ce déménagement a été annoncé dans le cadre du projet de réhabilitation du nouveau Palais. La nouvelle présidence construite entre 2004 et 2006 présente plusieurs défauts. Non seulement les bureaux seraient insuffisants mais aussi la qualité des travaux s’est ressentie après seulement quelques années d’usage.

Les travaux de réhabilitation seront faits par une entreprise chinoise. Qian Keming, le vice-ministre chinois du commerce en a fait l’annonce en début de semaine en marge de la 2e session de la commission mixte de coopération mixte entre la Chine et le Togo.

Selon Togofirst, le démarrage des travaux est imminent.

Faure Gnassingbé de nouveau à la Marina

En prélude à la réfection du nouveau Palais, le Palais de la marina a également été réhabilité. Les travaux ayant pris fin du côté du bord de la mer, Faure Gnassingbé et ses services vont donc aménager là-bas pour continuer à travailler. Le temps que la réhabilitation du nouveau Palais finisse.

Le nouveau Palais de Lomé a été conçu et réalisé par le Beijing Institute of Architectural Design (BIAD). Sa première pierre a été posée en 2003 et les travaux ont démarré en 2004.

Le complexe présidentiel a été inauguré par l’actuel président, Faure Gnassingbé le 24 avril 2006.




La Chine s’engage pour plus d’investissements au Togo

Rich results on Google's SERP when searching for 'Chine'

La Chine et le Togo planifient des projets phares de leur partenariat économique et technique bilatéral dans un contexte marqué par la crise sanitaire. Lundi, ils ont tenu la 2e session de la Commission mixte de Coopération économique, commerciale et technique. Les travaux ont été codirigés par Sandra Ablamba Johnson, Ministre, Secrétaire générale de la présidence de la République et Monsieur Qian Keming, Vice-ministre chinois du Commerce.

A l’ouverture, Mme Johnson a salué les progrès réalisés depuis la mise en place en 2008 de la Commission mixte. Les 2 pays avaient opté pour de nouveaux engagements en faveur du renforcement de la coopération bilatérale marquée par l’adhésion du Togo à l’initiative «la Ceinture et la Route ». 

Depuis lors, on note que le volume du commerce bilatéral est passé de 1,24 milliard de dollars US en 2008 à 2,62 milliards de dollars US en 2020.

« Il est indéniable que l’état de la mise en œuvre des engagements des deux parties est globalement satisfaisant. D’importantes réalisations ont été également enregistrées dans divers domaines de coopération, notamment l’eau, l’éducation, la santé, l’agriculture, les travaux publics, les transports, la communication, l’économie numérique, le commerce, les infrastructures administratives et des sports», a salué Sandra Johnson.

La 2e session tenue lundi a permis d’aligner plusieurs domaines sur les objectifs de la Feuille de route gouvernementale 2020-2025. Il s’agit notamment de la lutte contre la pandémie au coronavirus, l’aide au développement, le financement, les infrastructures, les investissements, le commerce, l’énergie et le digital.

Engagement de la Chine

La Secrétaire générale de la présidence togolaise a saisi l’occasion pour remercier la Chine pour ses appuis multiformes dans la stratégie nationale de lutte contre la maladie au coronavirus.

Pour sa part, Qian Keming, Vice-ministre chinois du Commerce a réitéré l’engagement de son pays à accompagner le Togo dans  la lutte contre la Covid-19 et la mise en œuvre des projets prioritaires à travers le partenariat public-privé.

Le ministre chinois a dans ce sens salué l’amélioration du climat des affaires au Togo et invité les opérateurs économiques chinois à investir davantage, conformément aux huit initiatives et à la feuille de route gouvernementale.

« Je voudrais encourager le partenariat entre les secteurs privés chinois et togolais pour la diversification des investissements en vue de promouvoir la coopération économique et commerciale entre nos deux pays », a-t-il lancé.

Les deux pays entendent ainsi raffermir leurs relations pour construire une communauté de destin encore plus étroite et productive.

Sandra Johnson lors des travaux



Décès d’Abass Bonfoh, ancien président intérimaire du Togo

Rich results on Google's SERP when serching for 'abass bonfoh'

La République togolaise est en deuil. L’ancien président de la transition de 2005, El Hadj Abass Bonfoh est  décédé dans la nuit du mardi à mercredi à l’âge de 73 ans. Abass Bonfoh, ancien professeur d’éducation physique et sportive (EPS), a été un des artisans dans la prise de pouvoir de Faure Gnassingbé en 2005.

Abass Bonfoh est mort dans la nuit du 29 au 30 juin à la suite d’une courte maladie, d’après une source familiale.

Né le 23 novembre 1948 à Kabou, un village de la préfecture de Bassar, El Hadj Abass Bonfoh  est un homme politique togolais. Il fut président par intérim entre le 25 février et le 4 mai 2005. Même si M. Bonfoh a commencé sa carrière professionnelle dans l’éducation physique et sportive, il a fini par gagner la confiance de ses barons qui lui ont permis de faire preuve de son efficacité dans des fonctions d’abord au poste de Directeur général de la planification puis au sein de l’assemblée nationale.

Il a  été président en exercice de l’Assemblée nationale togolaise de 2005 à 2013. L’homme est le premier président musulman du Togo.

Alors qu’il occupait encore la fonction de directeur régional de la planification à Kara, sa présence a été remarquée en tant que militant du RPT, toujours présent dans les rassemblements politiques souvent en qualité de porte-parole. De par ses caractères d’amitié, il a réussi à inciter le désir de la population locale de le voir à la députation. Avec le soutien du parti au pouvoir, le RPT à l’époque, il a réussi ce coup. M. Bonfoh fut élu député en 1999 et accède à la vice-présidence de l’Assemblée nationale en 2002, le président à l’époque étant Fambaré Ouattara Natchaba.

À la mort d’Étienne Gnassingbé Éyadema le 5 février 2005, Fambare Natchaba devrait, selon les prévisions de la constitution, devenir président du Togo. Faure Gnassingbé, un fils de Gnassingbé Eyadèma avait alors été imposé par l’armée. Feu Natchaba qui était en voyage en Europe revient précipitamment mais son avion a été détourné vers le Bénin voisin. Il devrait alors rentrer au pays par les frontières terrestres, sauf que ces frontières avec le Togo étaient déjà fermées.

Par des gymnastiques, l’Assemblée nationale va élire Faure Gnassingbé à sa tête pour restaurer un semblant de légitimité constitutionnelle.

Abass Bonfoh à la manette

Sous la pression de la CEDEAO, de l’Union européenne, de l’Union africaine et de l’ONU, Faure Gnassingbé renonce d’abord à rester au pouvoir jusqu’à la fin du mandat du président sortant, puis démissionne de son poste de président de l’Assemblée nationale le 25 février 2005.

Abass Bonfoh, devient alors président de l’Assemblée nationale et par conséquent président par intérim du Togo. C’est sous lui qu’a été organisée l’élection présidentielle du 24 avril 2005. Après les résultats de la présidentielle annoncés par la CENI, Faure Gnassingbe reprend sa place de président le 4 mai. El Hadj Abass Bonfoh redevient alors président de l’Assemblée nationale.

El Hadj Abass Bonfoh est fervent membre du Rassemblement du peuple togolais (RPT) devenu aujourd’hui Union pour la République (UNIR), le parti au pouvoir.

Toujours fidèle à son parti politique, aujourd’hui UNIR, l’homme aux cheveux gris voit en Faure Gnassingbé, réélu à la tête de l’Etat togolais à l’issue des élections du 22 février dernier, l’homme providentiel sur qui la nation peut totalement compter.

« A la question de savoir quel regard je porte sur la gouvernance du pays par le président Faure Gnassingbé, je vous assure, c’est l’homme providentiel. Le Togo bouge, le Togo évolue. Quand je prends entre autres le domaine des infrastructures, les routes par exemple, un moyen de développement dans un pays, je crois plus qu’un effort est fait. Le Togo redevient attrayant, renoue avec un dynamisme diplomatique comme économique», avait laissé entendre Abass Bonfoh dans une interview accordée à un site local.




Togo: la Présidence s’implique dans la campagne nationale de reboisement

La Journée nationale de l’arbre a été observée mardi sur toute l’étendue territoire. Cette journée donne le ton à une campagne nationale du reboisement. A la Présidence Togolaise, les collaborateurs du Chef de l’Etat ont mis en terre des plants. La ministre, Secrétaire générale, Sandra Johnson a ouvert le bal.

Les ministres conseillers, les responsables des services rattachés et le personnel de la Présidence ont tous participé à l’activité de reboisement. Des Thuya et Araucaria ont été mis en terre.

L’opération a été présidée par le Ministre Sandra Ablamba Johnson, Secrétaire générale de la Présidence de la République. Mme Johnson représentait le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé.

 Les collaborateurs ont unanimement salué cette politique environnementale du Chef de l’Etat qui intègre l’amélioration du couvert forestier et la valorisation économique des richesses forestières

« Je viens de planter un arbre. J’invite tous les Togolais quels qu’ils soient à mettre en terre un plant. C’est un devoir civique. Nous voulons faire du Togo un pays vert pour lutter contre la déforestation, et jouir des avantages socio-économiques qu’offrent les ressources forestières », a déclaré Simfétchéou Pré, Ministre Conseiller à la Présidence de la République.

Cette année, le Togo a lancé une campagne nationale de reboisement. Elle se déroule jusqu’au mois de septembre prochain et devra être marquée par la mise en terre de 10 millions de plants. Le but est d’accroître significativement la couverture forestière nationale, et participer à la lutte contre le changement climatique.

Le pays compter planter 1 milliard d’arbre d’ici 2030 pour parvenir à l’objectif «Togo vert ».




Togo: Ably-Bidamon intègre le cabinet de Faure Gnassingbé

Faure Gnassingbé remet en selle ses hommes de confiance. Proche du président togolais et compté parmi les visiteurs du soir, Marc Dédériwé Ably-Bidamon reprend du service 6 mois après sa sortie du gouvernement. Il a été nommé vendredi Conseiller avec rang de ministre à la présidence de la République.

C’est un retour aux affaires pour Dédériwé Ably-Bidamon. L’ancien ministre en charge de l’énergie est nommé conseiller du Président de la République en charge des questions relatives à l’économie numérique et au digital.

Le décret présidentiel conjointement signé  par le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé et la secrétaire générale de la présidence de la République, Ablamba Johnson précise que le nouveau conseiller a un rang de ministre.

Parcours

M. Ably-Bidamon a déjà exercé en qualité d’ingénieur à la Direction des Etudes de l’Office des Postes et Télécommunication du Togo, OPTT en octobre 1992. En août 1994, il a été  promu Directeur Commercial de Togo Télécom, poste qu’il occupera jusqu’en juin 1998 où il prend les commandes de la première société de téléphonie mobile au Togo, Togo Cellulaire.

En mai 2006, il est  nommé Directeur Général des Douanes Togolaises. En sa qualité de Directeur Général des Douanes, il a aussi assumé la fonction d’Administrateur au Conseil National des Chargeurs du Togo, de mai 2006 à octobre 2011.

Il  a aussi occupé le poste d’Administrateur pour le Togo à la BCEAO, de mai 2006 à juin 2010. De décembre 2011 à janvier 2015, il met ses compétences et son expertise au service de différentes structures, en qualité de consultant indépendant. Et d’avril 2014 à sa nomination au Gouvernement, il a été Administrateur de Togo Télécom.

Il a aussi été membre de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI, jusqu’à sa nomination à la  tête du Ministère des Mines et de l’Energie.




Togo: Faure Gnassingbé perd un jeune conseiller de 32 ans

Faure Gnassingbé est de nouveau en deuil. Le Chef de l’Etat togolais a perdu mardi un de ses collaborateurs. Il s’agit de Kossivi Balema. Le jeune conseiller spécial de 32 ans, nommé à de nouvelles fonctions il y a quelques jours est décédé.

{loadmoduleid 212}

Selon les informations, le jeune économiste s’est rendu lui-même à une clinique à Adidogomè suite à une blessure au niveau du genou. Il aurait été blessé par la vitre de la table centrale. Après examen de la plaie, les chirurgiens ont décidé de l’opérer.

Mais une fois au bloc opératoire, des complications surviennent lors de l’anesthésie. C’est ainsi qu’il a rendu l’âme.

Kossivi Balema était le Conseiller de Faure Gnassingbé en commerce pour le développement. Le jeune était passé par le Programme Jeunes Professionels de l’OMC. Il a travaillé également au Fonds international pour le développement agricole (FIDA) à Rome.

Le jeune regretté est diplômé en Statistique et économétrie à l’Université de Toulouse 1 Capitole.

{loadmoduleid 220}




Togo: Sandra Johnson et Malik Natchaba montent en puissance

Le Chef de l’Etat togolais a nommé lundi Sandra Ablamba Johnson au poste du secrétariat général de la présidence. Mme Johnson remplace ainsi Patrick Tete-Bénissan décédé le mois dernier à Paris. Dans le même temps, Kanka-Malik Natchaba est promu Secrétaire général du gouvernement. Une ascension pour ces 2 conseillers de Faure Gnassingbé.

Sandra Johnson a été nommée en remplacement de Patrick Tevi-Bénissan décédé le mois dernier à Paris. Ce dernier a d’ailleurs été inhumé le 25 septembre dernier à Lomé.

{loadmoduleid 212}

La nouvelle secrétaire de la présidence était jusque-là Ministre déléguée auprès de la Présidence de la République chargée de la Cellule climat des affaires.

Parallèlement, Faure Gnassingbé a également procédé à la nomination de Malik-Kanka Natacha comme secrétaire général du gouvernement.

L’ancien directeur général de la Société Aéroportuaire de Lomé-Togo, M. Natchaba était avant sa nomination lundi, Conseiller du Chef de l’Etat, ministre-délégué Coordonnateur de la Cellule de suivi des projets prioritaires.

Notons que ces 2 nominations interviennent dans la foulée de la nomination de Victoire Tomegah-Dogbé comme Première Ministre.

{loadmoduleid 220}




Tevi-Benissan: Obsèques prévues les 24 et 25 septembre

Le programme des obsèques de Patrick Tevi-Benissan est désormais connu. Décédé le 2 septembre dernier à Paris des suites d’une longue maladie, celui qui était jusque-là Secrétaire général de la Présidence sera inhumé le 25 septembre prochain.

La messe pour le repos de l’âme de l’illustre disparu qui s’est déroulée le vendredi dernier à Paris a donné le ton aux obsèques de ce proche collaborateur de Faure Gnassingbé.

{loadmoduleid 212}

Le programme des obsèques se poursuit à Lomé le jeudi prochain avec une veillée de prières et de chants en l’Eglise prévue à l’église catholique Notre Dame de la Rédemption à Be Klikame.

Le lendemain, 25 septembre à partir de 8 heures est prévue en la même église, une messe d’enterrement, de requiem et d’action de grâce.

Cette messe sera suivie de l’inhumation au cimetière de la plage. Selon les détails, l’enterrement sera fait dans la stricte intimité familiale.

Rappelons qu’au lendemain de la disparition de ce cadre de la Présidence togolaise, le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé a salué les qualités d’un collaborateur dévoué et loyal de qui il garde le souvenir d’un « homme humble, affable et discret ».

{loadmoduleid 220}




Togo: Faure Gnassingbé exprime sa grande tristesse

Le Chef de l’Etat togolais s’est exprimé mercredi au sujet du décès de Patrick Tevi-Benissan. Faure Gnassingbé est dans une grande tristesse.

Dans un communiqué, la Présidence togolaise indique que c’est avec « une grande tristesse » que le Chef de l’Etat et l’ensemble des agents de la Présidence ont appris le décès de Patrick Daté Têvi-Benissan.

Le désormais ex-Secrétaire général de la Présidence évacué il y a plusieurs semaines sur Paris pour des soins a fini par rendre l’âme. Faure Gnassingbé salue les qualités d’un collaborateur dévoué et loyable de qui il garde le souvenir d’un « homme humble, affable et discret ».

{loadmoduleid 212}

« Le Président de la République s’associe au deuil qui touche la famille Têvi-Bénissan et exprime sa solidarité aux proches de l’illustre disparu et àà tous ceux qui l’ont connu », précise le cabinet de Faure Gnassingbé.

Patrick Daté Têvi-Benissan avait été convaincu par Faure Gnassingbé pour rejoindre son équipe en 2011. Cet expert en finance a géré un temps le Conseil présidentiel pour l’investissement avant d’être promu Secrétaire général de la Présidence en août 2012.

Il remplaçait à ce poste Arthème Séléagodji Ahoomey-Zunu qui venait d’être nommé Premier ministre.

{loadmoduleid 220}




Togo: Disparition du Secrétaire général de la Présidence

Le Chef de l’Etat togolais est en deuil. Faure Gnassingbé a perdu mercredi un de ses hommes de confiance en la personne Patrick Tevi-Benissan. Le Secrétaire général de la Présidence a rendu l’âme des suites d’une longue maladie.

Patrick Tevi-Benissan es décédé à Paris. Le Secrétaire général de la Présidence togolais y avait été évacué pour des soins. Il avait 62 ans.

L’homme était souffrant depuis plusieurs mois. Malgré les soins intensifs à lui prodigués, la maladie a finalement eu raison de lui.

{loadmoduleid 212}

M. Tevi-Benissan a succédé à Séléagodji Ahoomey-Zunu au Secrétariat général de la présidence. Il était au poste depuis 2012.

Considéré comme un des Togolais de la diaspora superdiplômés, Patrick Tevi-Benissan, titulaire MBA à la Northwestern University a fait carrière à la City, à Londres, chez Bankers Trust, Deutsche Bank, puis Royal Bank of Scotland.

Il a accepté rejoindre l’équipe de Faure Gnassingbé en 2011.

{loadmoduleid 220}