1

Paul Missiagbeto, 4 jours au SCRIC sans connaître le motif de son arrestation

Paul Missiagbeto, conseiller spécial d’Agbeyome Kodjo a été arrêté lundi à son domicile par des éléments de la gendarmerie. Son parti politique, le Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) parle d’un enlèvement. La formation politique du candidat de la DMK à l’élection présidentielle de 2020 condamne une violation de la constitution et s’indigne contre des manœuvres de déstabilisation.

Dans un communiqué, le parti revient sur les conditions de l’arrestation de l’opposant. Il indique que les motifs pour lequel les gendarmes sont allés « prendre » Paul Missiagbeto ne sont toujours pas  élucidés. Le MPDD signale également qu’il y a eu une double perquisition au domicile du conseiller d’Agbeyome Kodjo sans mandat « et avec une des rares brutalités comme à l’accoutumée ». 

Depuis lundi donc, Paul Missiagbeto est gardé à vue au Service Central de Recherches et d’Investigations Criminelles (SCRIC).

Mais le MPDD signale que les faits qui lui sont reprochés ne sont pas connus de lui. Pour le parti, il s’agit d’une « violation de l’article 17 de la Constitution togolaise du 14 octobre 1992 qui dispose : Toute personne arrêtée a le droit d’être immédiatement informée des charges retenues contre elle ».

« Outre les perquisitions et fouilles ayant occasionné des dommages collatéraux, son téléphone portable et celui de son épouse ont été arrachés et confisqués par les agents du SCRIC, portant ainsi atteinte aux données privées contenues dans lesdits téléphones », a dénoncé le MPDD.

La formation politique d’Agbeyome Kodjo proteste contre cette arrestation. Elle exprime son indignation contre ces « actes attentatoires aux droits et libertés reconnus » par la constitution et d’autres dispositions légales.

Le MPDD exige la libération immédiate et sans condition de Paul MISSIAGBETO. Mais le parti voit dans les « manœuvres » en cours, un projet consistant à déstabiliser la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK). Cette dernière entité avait porté la candidature d’Agbeyome Kodjo à l’élection présidentielle de février 2020. Le regroupement fondé à l’initiative de l’archevêque émérite de Lomé, Mgr Philippe Fanoko Kpodzro continue de clamer que c’est son candidat qui a gagné l’élection. Pourtant, les résultats officiels ont donné Faure Gnassingbé gagnant avec plus de 70% des voix, loin devant Agbeyomé Kodjo crédité d’un peu plus de 19% des voix.




Agbeyome Kodjo exige justice pour les victimes des incendies des marchés

La crise du feu survenue en janvier 2013 au Togo avec particulièrement les incendies des grands marchés de Lomé et de Kara, ne saurait être passée sous silence. Cette position est celle du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD). Le parti d’Agbeyome Kodjo réclame que justice soit faite pour les victimes, au vu des conséquences fâcheuses qui affectent la Nation togolaise tout entière sur les plans politique, économique, social, psychologique et spirituel.

La sortie du MPDD fait suite aux dernières révélations du principal témoin à charge, Mohamed Loum, qui accuse ouverte les autorités togolaises d’être les auteurs des incendies.

Pour cette formation politique, la vérité n’a pas été établie même si l’instruction a été clôturée depuis des années.

{loadmoduleid 210}

« La formation politique MPDD tout en rappelant qu’il est de la mission régalienne de l’État de défendre les intérêts de toutes les victimes spécialement les femmes des marchés au cœur du développement à la base de notre pays et dont l’autonomisation a été plombée avec l’effondrement de leur pouvoir d’achat et de leur équilibre psychique, constate avec amertume un sabotage délibéré du développement du Togo dont pourtant Faure Gnassingbé et son Gouvernement semblent se faire les chantres au travers du mandat social et du plan national de développement (PND) », accuse le parti d’Agbeyome Kodjo.

L’ancien Premier ministre togolais « demande solennellement à Faure Gnassingbé directement accusé par Mohamed Loum », d’éclairer l’opinion publique nationale, la diaspora togolaise et l’opinion publique internationale, et … sans délai et sans condition justice soit faite à toutes les victimes.

Par ailleurs, le MPDD interpelle le Haut Conseil de la République pour la Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRRUN), les organisations de défense des droits de l’Homme, la Commission des droits de l’Homme des Nations Unies (CNDH) et toute la Communauté internationale à « prendre la mesure de la gravité de ce dossier que rien ne saurait occulter pour quelque motif que ce soit au regard de l’ampleur de l’atteinte à la sécurité humaine ».

{loadmoduleid 212}




Kodjo: « Gagner en 2020 pour mettre l’expérience au service de l’espérance »

Agbéyomé Kodjo compte gagner la présidentielle de 2020. Le président national du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) l’a déclaré samedi, à la suite de l’annonce de sa candidature. L’ancien Premier ministre du Togo compte sur ses expériences pour conduire une transition et développer le Togo dans une gestion trans-partisane. Réclamant les réformes électorales pour un scrutin démocratique accepté, M. Kodjo exhorte Faure Gnassingbé à tenir parole.

Intervenant sur TV5 monde, Agbéyomé Kodjo a indiqué qu’il compte gagner la présidentielle de 2020 pour « mettre l’expérience au service de l’espérance ».

« Je suis candidat à la prochaine élection présidentielle au Togo. Et je compte la gagner pour mettre l’expérience au service de l’espérance », a affirmé le leader du MPDD.

Pour M. Kodjo, Faure Gnassingbe et son gouvernement ont échoué. Ceci parce qu’aujourd’hui au Togo, le peuple est désespéré.  Pour s’en apercevoir, il suffit d’observer  des milliers de jeunes qui courent pour aller chercher un passeport afin de  gagner la Loto visa dans l’espoir de quitter le pays.

« Des jeunes  désertent le pays parce que les politiques publiques déclinés par le président sortant n’ont pas été à la hauteur des défis », a-t-il déploré.

Une transition pour… une gouvernance plurielle

Le candidat du MPDD promet d’ouvrir une nouvelle page aux togolais, conduire une transition qui  permettra de mettre en place de nouvelles structures, de nouvelles institutions et faire en sorte que le pays expérimente une gouvernance plurielle.

{loadmoduleid 210}

Car, selon lui il est temps que les leaders de l’opposition et des personnalités de la société civile qui disposent d’une compétence soient appelés pour rebâtir le Togo sur une nouvelle base avec pour objectif, la prospérité partagée.

Estimant que les dernières élections au Togo ont été entachées par des irrégularités et des fraudes « massives », le candidat appelle à des discussions pour améliorer le cadre électoral. Il appelle la communauté internationale à intervenir dans ce sens.

« Lorsqu’il y a une crise, il faut chercher à énucléer cette crise avant d’aller aux élections. Les élections ne constituent pas la solution. (…) notre maison brûle mais la communauté internationale et nos voisins semblent regarder ailleurs. La situation est grave, nous interpellons la communauté internationale pour qu’elle intervienne au Togo », a lancé le député.

Pour le leader du MPDD, un dialogue de deux ou de trois jours peut être organisé pour que la classe politique s’entende sur les réformes à faire avant d’aller à la présidentielle prochaine. Des réformes relatives à la revue du fichier électoral et du code électoral entre autres.

« Il faut que Faure Gnassingbé tienne parole… »

Agbeyomé Kodjo n’est pas favorable à un 4è mandat de Faure Gnassingbé. Pour lui ; le Chef de l’Etat doit renoncer personnellement à un briguer un mandat de plus à la tête du Togo pour favoriser l’apaisement.

« Faure lui-même avait déclaré après une rencontre avec Angela Merkel, que pour que la démocratie progresse en Afrique, il faut deux ou trois mandats maximum. S’il veut être conforme à ce qu’il a dit, il a fini trois mandats, il ne devrait plus se présenter », a rappelle, l’ancien président de l’assemblée nationale.

Par ailleurs, M. Kodjo dit militer pour la désignation d’un candidat unique. Ce qui devrait favoriser la mobilisation populaire et des actions pour permettre à tous les citoyens en âge de voter d’avoir leur carte de vote.

{loadmoduleid 212}




Togo: les Patriotes font leur rentrée en attendant le congrès

L’élection présidentielle de 2020 arrive à grands pas. Les milieux politiques grouillent pour trouver la meilleure stratégie à adopter. C’est dans ce contexte que le Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) effectue sa rentrée politique le 4 Octobre prochain. Cette rentrée annonce les couleurs du congrès du parti.

La rentrée de la formation politique d’Agbeyome Kodjo sera l’occasion pour le bureau politique de rencontrer les élus du parti notamment les élus parlementaires et les élus locaux.

Le MPDD a 2 élus parlementaires, 25 conseillers municipaux, 2 maires et 4 agents au maire.

{loadmoduleid 210}

La rencontre permettra aux patriotes d’échanger avec leurs dirigeants mais aussi de préparer le congrès du parti prévu pour le mois de novembre prochain.

Cette rentrée politique est par ailleurs l’occasion choisie par le MPDD pour se prononcer sur l’actualité sociopolitique du pays à moins de 6 mois de la prochaine élection présidentielle.

Le parti de l’ancien Premier ministre ne s’est pas encore prononcé sur la conduite à tenir pour la présidentielle.

{loadmoduleid 212}




Commune Yoto 3: le MPDD dénonce et exige le verdict des urnes

L’élection du Maire de la Commune de Yoto 3 et de ses adjoints s’est terminée jeudi en queue de poisson. Vendredi, le Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) revient sur l’incident. Dans un communiqué le parti d’Agbeyome Kodjo a exprimé son indignation et dénonce un comportement antirépublicain de la liste Dunenyo et du représentant du ministre de l’administration territoriale, accusé d’avoir pris parti. L’ancien Premier ministre appelle au respect du choix des élus locaux.

Ils étaient tous présents jeudi à la première réunion du conseil municipal de la Commune Yoto 3. Les élus du MPDD et ceux des listes Anc, C14, CAR, Duanenyo étaient à la mairie de Tokpli sur convocation du préfet de Yoto pour élire le Maire et ses adjoints.

En effet, tout se déroulait normalement sous la coordination du bureau d’âge composé des conseillers Daniel Amah Gnininvi de la C14 (doyen d’âge) et Kokou Degbe (plus jeune) en présence du préfet, de son secrétaire général et du représentant du ministre de l’administration territoriale.  

Kokou Degbe qui s’est déclaré candidat au poste de Maire, a préalablement laissé sa place de membre de bureau d’âge à Kodjo Kloly de la liste Duanenyo. Au vote, c’est justement Kokou Degbe qui a été élu Maire par 8 voix contre 7 pour Amivi Aka de Duanenyo.

Le reste du vote s’est poursuivi et Komlan Senou du CAR a été élu 1er adjoint par  8 voix contre 7 devant Ama Atikle de Duanenyo. 

{loadmoduleid 210}

Pour la suite de la séance, le Préfet ALIBO pressé par son agenda laissa la responsabilité de la poursuite des travaux  au Représentant du Ministre de l’Administration Territoriale et du Secrétaire Général de la préfecture de Yoto.

C’est à l’étape de l’élection du 2ème adjoint qu’un incident s’est produit. Daniel Amah Gnininvi de la C14 s’est déclaré candidat en même temps que Kossivi Sika de Duanenyo.

« Contrairement à la procédure initiale de dépôt de candidature énoncé par le préfet, le  représentant du ministre  récuse nonobstant sa démission, la candidature du Conseiller GNININVI Amah Daniel au motif qu’il est président du présidium », relate vendredi le MPDD qui ajoute que le représentant du ministre s’était alors retiré pour consulter sa hiérarchie à Lomé avant  la reprise du processus.

Le parti d’Agbeyome Kodjo fait remarquer également que les conseillers  de Duanenyo s’étaient également retirés pour se concerter avant de préciser que ni eux ni le représentant du ministre n’étaient revenus dans la salle de délibération du conseil municipal.

Le MPDD exprime son indignation et souligne que « le comportement aussi bien des Conseillers de la liste Duanenyo que des autorités administratives…est anti-républicain et contraire aux principes démocratiques ».

« Le départ du représentant du ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation pour le motif soulevé montre à suffisance le manque d’impartialité et son parti pris pour les conseillers de Duanenyo, le mépris des fonctions républicaines qu’il est  pourtant censé incarner et le reniement de son rôle », dénonce Agbeyome Kodjo.

Pour le MPDD, le maire et son 1er adjoint avaient été élu régulièrement et « la poursuite du processus électoral ne peut porter que sur le 2ième Adjoint au Maire ».

« Toute autre démarche relève de l’arbitraire et ne peut constituer un précédent au regard des exemples factuels au sein de la République », indique le parti de l’ancien Premier ministre qui appelle au respect du verdict des urnes tout en prenant à témoin le peuple togolais et la communauté internationale contre toute dérive tendant à remettre en cause l’élection du Maire et de son 1er Adjoint.

{loadmoduleid 212}




Kodjo: « Partout, au lieu de la misère, le MPDD apportera le bien-être »

Le Mouvement Patriotique pour le Démocratie et le Développement (MPDD) est dans la course pour les élections locales du 30 juin. Le parti d’Agbeyome Kodjo a positionné des candidats dans 31 communes et s’attend à un meilleur résultat à l’issue du scrutin. Dans un message de circonstance, l’ancien Premier Ministre du Togo invite les populations à accorder massivement leurs suffrages aux listes de son parti politique. Dr Kodjo promet dans les communes qui seront confiées aux listes MPDD, le bien-être au lieu de la misère.

Pour le président du MPDD, les rôles des élus locaux « sont essentiels » pour la vitalité de la démocratie participative au Togo. De fait, il estime que la gouvernance au niveau local doit être « la plus lisible, proche des citoyens, ambitieuse et transparente ».

Agbeyome Kodjo appelle donc les électeurs à accorder massivement leurs suffrages aux listes du MPDD. Le compte promet rendre à l’engagement politique local « ses lettres de noblesse, et toute sa pleine et entière efficacité ».

« Nous nous engageons à travailler à la base pour un retour de la confiance du citoyen envers le politique en renforçant l’efficacité des structures locales et la vitalité des services publics. Notre vision est de faire de nos communes des municipalités modèles tournées vers l’avenir avec les garanties d’un développement social et économique pour tous, et l’égalité chance pour tous », indiqué Dr Kodjo dans son message.

{loadmoduleid 210}

L’ancien Premier ministre togolais affirme que son parti s’attellera à cultiver et préserver ce qui fait la richesse des communes togolaises à savoir « le vivre-ensemble, l’attractivité et la solidarité ».

« Le MPDD s’engage à construire, ensemble avec toutes les filles et tous les fils des communes dont il aura la charge, des territoires répondant aux aspirations profondes des habitants et aux enjeux de la ville de demain, en termes de services et d’infrastructures de qualité, de création de valeurs mais aussi en termes d’emploi, de santé, d’éducation et de la promotion culturelle », ajoute-t-il.

Pour Agbeyome Kodjo, les candidats du MPDD « sont des femmes et des hommes engagés et compétents » et qui sont disposés à donner le meilleur d’eux-mêmes pour transformer leur milieu, afin de faire émerger des communes intelligentes pour l’épanouissement du citoyen.

Pour finir, il promet que partout, au lieu de la misère, les listes MPDD vont apporter le bien-être pour tous grâce à une meilleure gestion de la chose publique, avec plus de transparence, plus d’efficacité et plus de créativité.




Azanledji et ses colistiers veulent faire d’Aflao-Gakli une commune modèle

Le Mouvement Patriotique pour le Développement et la Démocratie (MPDD) a démarré samedi sa campagne électorale pour les municipales dans la commune d’Aflao-Gakli avec un tournoi de football. La compétition jouée à huit (8) a été une aubaine pour Beaugard Kossi Azanledji et ses colistiers de dévoiler leur plan de développement pour le Golfe 5. S’il sort gagnant du scrutin, le parti de l’ancien Premier ministre, Agbeyome Kodjo va travailler sur 7 axes pour faire de la commune d’Aflao- Gakli un modèle, selon les candidats.

Faire d’Aflao-Gakli, une commune modèle tournée vers l’avenir avec les garanties d’un développement social urbain pour tous les habitants, c’est la vision pour les candidats du MPDD en lice dans le Golfe. C’est d’après les candidats.

Ils promettent à cet effet de doter chaque quartier d’une Ecole primaire publique moderne. Et inculquer aux enfants dès le bas-âge des disciplines sportives en l’occurrence le football.

« Dites à vos parents que s’ils votent le 30 juin prochain Ezévia (symbole du MPDD, ndlr) dans Golfe 5, nous allons vous créer un centre de formation de football,  doter les écoles de bibliothèques et d’infrastructures adéquates » a lancé M. Azanledji, tête de liste à l’intention des jeunes joueurs.

{loadmoduleid 210}

Le MPDD devrait aussi s’intéresser aux questions de santé publique/ hygiène, d’environnement, d’aménagement du territoire, de promotion de l’emploi de la jeunesse et le développement socioéconomique en assainissant le secteur de la microfinance s’il devient l’autorité municipale.

Il créera également un centre culturel et artistique communal moderne avec des salles et une médiathèque avec wifi gratuit.

Toutes ces promesses ont été faites au terme d’une finale âprement disputée entre Sagbado Fc et Rosario. Une finale remportée par Sagbado Fc dans les tirs au but 8 contre 7. Le score au temps réglementaire était de 0 but partout.




Agbeyome Kodjo invite à un esprit républicain pour les prochaines élections

Le Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) est revenu vendredi sur l’ouverture de la 1ère session ordinaire de l’année 2019 de la 6ième législature de l’assemblée nationale. La formation politique présidée par Agbeyome Messan Kodjo se félicite du fait qu’une place de choix soit réservée aux réformes institutionnelles et constitutionnelles. Au-delà, le MPDD insiste sur la nécessité de conduire les prochains processus électoraux dans un esprit républicain.

Dans un communiqué, dont copie est parvenue à Togobreakingnews, le MPDD note « l’engagement solennel » de la Présidente du Parlement dans son discours d’ouverture au sujet des réformes. En effet, Chantal Yawa Tségan affirmait que les réformes institutionnelles et constitutionnelles ont une priorité pendant cette session.

Se prononçant sur le passage d’une délégation de l’assemblée parlementaire ACP-UE, le parti d’Agbeyome Kodjo « espère que son diagnostic sera à la hauteur des inquiétudes et de l’espérance des divers acteurs sociopolitiques du pays ».

En ce qui concerne la CENI, qui est désormais en place, le MPDD invite ses membres et tous les agents de l’Etat impliqués dans les processus électoraux « à travailler en responsabilité et en toute impartialité dans un esprit républicain ». Pour cette formation,  cela permettra de « préserver la grandeur et la dignité de leur charge, pour que les prochains scrutins se déroulent dans l’équité et la transparence pour affermir leur crédibilité et renforcer la cohésion et l’unité nationales ».

Le MPDD salue en outre l’entrée de 2 partis issus de la Coalition au sein de la CENI et exhorte toute la classe politique à œuvrer davantage pour libérer les énergies créatrices en sommeil dans le pays.

{loadmoduleid 210}

« En effet la formation politique MPDD considère que le problème de la décentralisation au Togo est au cœur de la démocratie participative, et du développement local et qu’à ce titre tous les efforts doivent se conjuguer pour un processus irréprochable et sans esprit partisan », lit-on dans le communiqué.

Evoquant les élections locales, l’ancien Premier ministre togolais demande l’ouverture d’une révision du fichier électoral avant toute élection.

« Nous devons fermement nous y atteler avant toute fixation de la date du scrutin. La Formation politique MPDD demande au Gouvernement et à toute la classe politique de se départir de tout calcul de chapelle politique, afin de faire des prochaines élections locales, une occasion de libre expression des citoyens et du respect du choix des populations à la base », écrit Dr Kodjo.

Le président du MPDD sensibilise les populations, en particulier les militants et sympathisants de son parti à s’approprier le processus des élections locales.




Véronique Batale: « Nous pourrons arriver à faire du Togo une étoile en Afrique »

Les femmes du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) s’organisent pour les futures échéances électorales au Togo. Dans un message délivré à l’occasion de la journée mondiale du droit de la femme, Véronique Batale, la Présidente des Femmes Solidaires et Patriotes a invité ses consœurs à se mobiliser afin de gagner plusieurs conseils municipaux lors des prochaines locales. Mme Batale s’est par ailleurs prononcée sur les inégalités croissantes et palpables dans le pays et a invité les autorités à améliorer la gouvernance publique pour donner des chances de réussite aux programmes de développement dont le PND.

Pour les femmes solidaires et patriotes, des efforts restent à faire pour assurer à tous une bonne alimentation équilibrée qui rendrait la population active plus productive. Et ce malgré les différentes initiatives prises par le gouvernement dans le cadre des différents programmes de développement dont le Programma national de développement (PND) qui venait d’être lancé par le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé.

Dénonçant une inégale répartition des richesses du monde, les femmes du parti MPDD estiment que la lutte contre la corruption doit être érigée au rang de priorité nationale pour donner des chances de réussite à toutes les initiatives des pouvoirs publics pour éradiquer la faim, et réduire toutes les fractures sociales.

Pour ce faire, la Présidente des femmes solidaires note qu’il faudra faire émerger des institutions fortes qui ne peuvent qu’être le produit d’un consensus national.

« C’est pourquoi les postures clivantes portées par l’intransigeance, l’extrémisme, la rigidité, l’arrogance, le déni des droits de l’autre, doivent être combattues au profit des dialogues francs et sincères pour impulser la dynamique d’une société résolument tournée vers le progrès et la prospérité partagée », a indiqué Véronique Batale.

{loadmoduleid 210}

Les Femmes solidaires et Patriotes saluent l’élection d’une femme à la tête de l’Assemblée nationale. Pour elles, il s’agit d’un motif de fierté nationale et d’espérance pour nous les femmes.

« Nous avons toujours souhaité dans notre famille politique le MPDD l’accès des femmes dans les cénacles de prise de décisions et ceci n’est qu’un bon début car nous espérons dans un avenir proche avoir une femme présidant aux destinées de notre Nation », a indiqué Mme Batale.

Se prononçant sur les prochaines élections locales, Véronique Batale invite ses consœurs du MPDD à se mobiliser massivement en vue de faire émerger de nombreuses femmes à la tête des conseils municipaux.

Mme Batale exhorte les femmes à penser équitablement, bâtir intelligemment, et innover pour obtenir les changements attendus. Elle les invite à s’engager à rompre le statu quo, et œuvrer à l’élimination des obstacles structurels qui inhibent les initiatives de la femme togolaise.

« Nous sommes convaincues que si chacune jouait consciencieusement sa partition en toute clarté, le tout adossé à une bonne gouvernance politique économique et sociale, nous pourrons arriver à faire du Togo une étoile en Afrique, un diamant brillant de tous ses éclats dans le concert des nations », a-t-elle affirmé.




Gérard Adja invite l’opposition à éviter le nouveau piège de UNIR

Le Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) suit de près le déroulement des discussions de la 3e réunion du Comité du suivi de la mise en œuvre de la feuille de route mais n’en attend pas un miracle. Pour son Vice-président, la CEDEAO manque d’efficacité dans la résolution de la crise togolaise. Gérard Adja affirme que les facilitateurs pourront proposer un compromis aux protagonistes mais cela ne pourra pas résoudre le problème togolais. Il invite, par ailleurs, l’opposition dans son ensemble à éviter le nouveau piège de UNIR.

Réagissant mardi au micro de Nana Fm, le Vice-président du MPDD a indiqué que la CEDEAO est en train de s’embourber dans la résolution de la crise togolaise et que sa méthode est inefficace.

« Nous pensons que la CEDEAO est en train de s’embourber et c’est malheureux la façon dont les choses se passent. Nous doutons de l’efficacité de la méthode de la CEDEAO parce que cela fait trois mois qu’ils ont donné la feuille de route dont l’application pose problème. Cela signifie que les problèmes ont été mal posés et les solutions mal ficelées. C’est malheureux pour nous togolais », a déclaré Gérard Adja.

Le problème du Togo, note le vice-président du MPDD, c’est le manque de confiance entre les acteurs politiques. Il reproche à la CEDEAO de n’avoir pas travaillé dans le sens du rapprochement des protagonistes de la crise pour créer la confiance. Pour lui, la CEDEAO a constaté un clivage entre les acteurs politiques togolais mais continue de travailler dans ce clivage sans chercher à rapprocher les gens.

{loadmoduleid 210}

Abordant la question du redécoupage électoral, Gérard Adja estime qu’il s’agit d’une question primordiale pour le fait que le découpage actuel ne permet pas d’avoir une assemblée démocratique. Mais il regrette que la question n’ait pas été posée lors des discussions avec les facilitateurs.

« C’est ce que nous regrettons au niveau de nos collègues de l’opposition. On se fait prendre souvent au piège de UNIR mais ce parti ne tombe jamais dans nos pièges. Nous ne posons pas souvent les vrais problèmes pour avoir les vraies solutions », a-t-il regretté.

Gérard Adja exclut, toutefois, toute idée de boycott des prochaines élections législatives. Les conséquences seront préjudiciables, prévient-il évoquant le cas alarmant de 2002.

« Ces conséquences risquent d’être plus graves si nous boycottons les prochaines législatives. Entre deux maux, il faut choisir le moindre mal. Nous exigeons que les réformes soient faites, qu’il y a le redécoupage électoral, qu’il y ait de l’équité dans les règles de jeu pour les prochaines élections. Mais il n’est pas question de boycotter parce que nous tomberons encore dans un piège de UNIR », explique M. Adja.