1

Tokoin-Doumasséssé va bénéficier de l’expertise de Rabat

Un accord de partenariat et de coopération a été signé le 18 décembre entre la Commune du Golfe3 et la Commune de Rabat. Les documents ont été paraphés par Kamal Adjayi et Mohamed Sadiki, le maire de Rabat. Cette signature intervient dans le cadre d’une visite qu’effectue depuis quelques jours le maire de Tokoin-Doumasséssé au Maroc.

L’accord signé vendredi a été trouvé après plusieurs mois de travaux et de discussions entre les 2 parties. Par cet accord de partenariat, les deux communes s’engagent à développer une coopération d’échange d’expériences, notamment le partage de bonnes pratiques et la formation de leur personnel administratif et technique dans plusieurs domaines.

Il s’agit du domaine de la gestion urbaine englobant la gestion de l’habitat et du cadre de vie urbain, du domaine de la gouvernance locale, de l’économie circulaire et du développement durable, du domaine de l’environnement. Les domaines de l’éducation et de la promotion de la jeunesse ne sont pas en reste. L’accent sera mis sur la scolarisation, le centre d’alphabétisation, d’apprentissage, des programmes d’échanges entre l’université de Lomé et les universités de Rabat. L’accord prend également en compte les actions sociales dont le programme de lutte contre la pauvreté. Enfin, Rabat passera à Golfe3 son expérience dans la promotion artistique, touristique et culturelle.

« Le partenariat a pour vocation le partage de valeurs et la notion d’intérêt commun entre les deux collectivités dans le cadre des projets de développement durable, économique et sociale en direction de leur population respective », explique Kamal Adjayi.

Golfe3 est la première commune togolaise à signer un tel accord de partenariat depuis l’avènement des nouvelles collectivités au Togo.

Le maire Adjayi a effectué le déplacement de Rabat avec son 2ème Adjoint, Essohanim Gnassingbé. Ils ont été assistés par Koudjo Adanou, Chef de mission de l’Ambassade du Togo au Maroc et Jean-Pierre Mbassi, Secrétaire Exécutif de la Cité des Gouvernements Locaux Unis d’Afrique.

Notons qu’à Rabat, MM. Adjayi et Gnassingbé participent aux travaux préparatoires de l’adhésion à la Task Force climatique.




Maroc: les corps des 3 étudiants togolais décédés bientôt rapatriés

Le ministre togolais des affaires étrangères rassure quant au rapatriement des corps des 3 étudiants togolais décédés par noyade au Maroc. Robert Dussey a indiqué jeudi que ce rapatriement aura lieu incessamment. Un communiqué de l’ambassade du Togo au Maroc donne plus de détails.

Selon la chancellerie, les corps des 3 étudiants seront rapatriés incessamment au Togo. Le Chargé d’affaires ad intérim de l’ambassade informe que les dernières formalités administratives y relatives sont en cours.

L’opération est coordonnée par le gouvernement Togolais en collaboration avec les autorités marocaines compétentes, signale Koudjo Adanou, qui a publié un communiqué sur le sujet.

{loadmoduleid 210}

« Tout en réitérant ses condoléances les plus attristées aux familles éplorées, l’Ambassade tient à rassurer la communauté togolaise au Maroc ainsi que les familles des victimes du soutien et de l’accompagnement de l’Etat togolais pour l’obtention auprès des autorités marocaines des informations complémentaires sur les circonstances de ce drame », précise la note de l’ambassade.

De même, le Chef de la diplomatie togolaise a tenu à rassurer la communauté togolaise au Maroc au sujet de cette opération.

« Je voudrais rassurer tous nos compatriotes au Maroc que les corps de nos étudiants décédés seront rapatriés au Togo incessamment.  Je remercie le Royaume du Maroc pour son assistance », a posté Robert Dussey sur son compte Twitter.

{loadmoduleid 212}




3 togolais décédés dans un drame au Maroc

La Communauté togolaise au Maroc est en deuil. Trois étudiants togolais qui poursuivent leurs études dans le royaume chérifien dans les domaines de l’économie et des sciences naturelles ont perdu la vie dans un drame à la plage de EL Jadida. L’information a été confirmée par le ministre togolais des affaires étrangères, de l’intégration africaine et des togolais de l’extérieur.

Les 3 étudiants togolais sont morts par noyade. Ils sont des boursiers de l’Agence Marocaine de Coopération Internationale  (AMCI).

« La Diaspora togolaise du Maroc est en deuil. 3 de nos compatriotes Étudiants sont morts par noyade à la plage de El Jadida. Il s’agit de : Adoule Kossi Amegno, Afotogbe Kokouvi Rodrigue, Noumouley Tchampio yao Mawoussi. Condoléances à toutes les familles… », a posté Robert Dussey sur son compte Twitter.

{loadmoduleid 210}

Le ministre précise que les victimes sont des étudiants en Economie et en Sciences naturelles.

Quant aux circonstances du drame, on apprend que les 3 infortunés ont quitté leur résidence respective aux environs de 6 heures vendredi pour se rendre à la plage d’El Jadida. C’est après leur départ que leurs colocataires ont été alertés par un camarade camerounais qui a aperçu un attroupement de personnes réanimant l’une des victimes qui aurait succombé plus tard.

Les dépouilles sont actuellement à la morgue de l’hôpital de provincial de EL Jadida en attendant les démarches nécessaires.

{loadmoduleid 212}




Le Togo et le Maroc seront faciles d’accès pour leurs officiels

En marge de la 5e Conférence ministérielle Euro-Afrique sur la Migration et le Développement, le ministre togolais des affaires étrangères a effectué mercredi une visite de travail à Marrakech. La visite a permis à Robert Dussey de discuter avec son homologue marocain, Nasser Borita des questions d’intérêt commun d’ordre bilatéral et international. On retient de l’accord signé à l’issue des travaux que les deux pays seront désormais faciles d’accès pour leurs dirigeants.

Lors des échanges, les deux diplomates ont salué l’excellence des relations  d’amitié et de coopération qui unissent le Togo et le Maroc. Ces relations devront être renforcées.

Comme pour joindre l’acte à la parole, Prof. Dussey et M. Borita ont procédé à la signature d’un accord d’exemption de visas pour les détenteurs de passeport diplomatique, de service ou spécial.

Cet accord intervient alors que le Maroc continue d’insister pour intégrer la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), dont la conférence des chefs d’Etats est présidée depuis juin 2017 par le Togolais Faure Gnassingbé.

Sur le plan international, Robert Dussey et son hôte ont évoqué les questions de la migration, du radicalisme et d’extrémisme violents, de piraterie maritime. Les deux ministres ont exprimé leurs vives préoccupations face à la recrudescence de ces différents actes. 

{loadmoduleid 210}

MM. Dussey et Borita se sont engagés à combattre le terrorisme et la criminalité transfrontalière organisée et appelé à la mutualisation des efforts et à la poursuite de la coopération internationale pour venir à bout de ces fléaux.

Le ministre marocain des affaires étrangères est attendu à son tour à Lomé dans les prochaines semaines pour une visite de travail.

Pour rappel, le Togo a signé le même accord d’exemption réciproque de visas pour les détenteurs de passeports diplomatiques et de services le 30 avril dernier avec le Qatar.




Les togolais du Maroc s’activent pour le développement du Togo

La diaspora togolaise au Maroc est essentiellement estudiantine. Mais elle s’organise pour apporter son appui au développement du Togo non plus uniquement par des transferts monétaires. Pour ce faire, elle annonce la tenue d’une journée qui sera dédiée à la réflexion et aux échanges. La journée est prévue pour se tenir le 08 Juillet 2017 à Rabat.

Le thème de cette première journée est : « Contribution de la Diaspora togolaise au Maroc pour le développement durable du Togo ».
L’idée de cette journée initiée par la Coordination des Etudiants et Stagiaires Togolais au Maroc (CESTOM) est de sensibiliser les togolais vivant au Maroc sur son rôle dans la réalisation des 5 priorités de développement de la Banque Africaine de Développement (BAD).

Le but de la rencontre est de valoriser la diaspora et l’amener à prendre conscience du rôle à jouer dans le développement du Togo et du Maroc, a confié à Togo Breaking News Kibanou Eric Tidiye, le Secrétaire général du CESTOM.

{loadmoduleid 210}

Au programme de la journée, des Conférences, la Découverte culturelle du Togo et une soirée de gala.

La diaspora connaissant les réalités du pays d’origine et d’accueil constitue un trait d’union entre ce qui marche d’un côté et ce qui peut être amélioré de l’autre.

Les organisateurs comptent ainsi parvenir aux renforcements des initiatives de transferts de compétences et de connaissances, arriver à de meilleurs engagements dans la réalisation des 5 priorités de développement de la BAD.




CEDEAO: le Maroc fait du teasing à Lomé

Le Maroc n’abandonne pas son projet d’adhésion à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest, CEDEAO. Vendredi, un émissaire du royaume chérifien a discuté du sujet avec le Chef de l’État togolais.

C’est le ministre des affaires étrangères et de la coopération du Maroc qui s’est entretenu avec Faure Gnassingbé.
Les discussions ont porté sur les préparatifs pour le prochain Sommet de la CEDEAO qui a lieu le 4 juin 2017 à Monrovia au Libéria.

« Mon entretien avec le chef de l’État du Togo a porté sur les questions régionales, notamment le prochain sommet de la CEDEAO « , a indiqué Nasser Bourita au sortir de l’audience.

Hormis le Maroc du roi Mohamed VI, la Tunisie nourrit également l’envie de devenir membre de la CEDEAO.
Pour l’heure la chance est très minime pour ces deux nations maghrébines de voir leur envie se concrétiser. {loadmodule mod_phocagae,Phoca ADS}
Le Commissaire de l’institution en se prononçant récemment sur la question a été clair. Marcel de Souza a eu à préciser qu’il serait difficile voire impossible au Maroc et d’autres États ne faisant pas partie géographiquement de l’Afrique de l’ouest de devenir membres de la CEDEAO.




Togo-Maroc: Claude Leroy fustige un très mauvais arbitrage

C’est la déception dans la capitale togolaise et dans les autres localités de l’intérieur du pays. La cause n’est rien d’autre que la défaite 1 but contre 3 des Eperviers vendredi face au Maroc lors de leur 2e sortie à la CAN 2017. Une défaite qui ne remet rien en cause… mais Claude Leroy, le sélectionneur du Togo n’a pas raté l’arbitre de la rencontre.

Les Eperviers du Togo ont amenuisé vendredi leur chance de qualification pour les quarts de finale de la CAN 2017. Alors que tout un peuple espérait une performance des joueurs de Claude Leroy, on a assisté à une déroute de l’équipe. 

Les joueurs togolais ont commis beaucoup d’erreurs défensives qui ont profité aux marocains alors qui étaient rapidement revenu au score et corsé l’addition avant la mi-temps. Un autre but marocain sera marqué en toute fin de match.

Dans le camp togolais, Kossi Agassa essentiellement et Alaixys Romao sont sur la sellette. Mais l’entraîneur togolais accuse l’arbitre malien de  la partie.

« Très sincèrement, ce  n’est pas pour pleurnicher mais  je pense que l’arbitrage a été très mauvais. Le premier but est une faute sur Agassa et le 3e but il y a une faute au départ de l’action », a déclaré Claude Leroy qui indique cela n’explique pas les insuffisances de son équipe.

Le sélectionneur togolais avance qu’il y a un 3e match contre la RDC et qu’une victoire est synonyme de la qualification.

Après cette 2e journée dans le groupe C, la RDC garde la tête avec 4 points. Le Maroc suit avec 3 points. La Côte d’ivoire est 3e avec 2 points et le Togo ferme la marche. 

Le Togo joue son 3e match le mardi prochain face à la RDC.

 




Les officiers togolais seront formés comme ceux du royaume chérifien

Le Chef d’Etat-major des Forces Armées  Togolaises,  le Général Abalo Félix Kadangha achève mercredi une visite de travail de 4 jours au Maroc. Un séjour qui confirme la bonne coopération militaire entre les deux pays. 

A son arrivée au Maroc,  le Général Abalo Kadangha a été reçu par Bouchaid Arroud, le Général de Corps Armée, Inspecteur des FAR et commandant de Zone sud juste après qu’il ait fini de faire un dépôt de gerbes au Mausolée Mohammed V de Rabat et de recevoir les honneurs de l’Etat-Major des Forces Armées Royales. 

L’entretien entre des deux hommes a porté sur la coopération militaire entre le Royaume du Maroc et la République Togolaise.

Cette coopération qui est essentiellement remarquable à travers les diverses formations dont bénéficient les cadres de l’Armée Togolaise au sein des Ecoles et Centres et formation des Forces Armées Royales doit être encouragée  et élargie, selon ces deux haut-gradés. 

Ils ont même émis le vœu de formaliser une telle coopération à travers un Mémorandum d’Entente sur la coopération militaire et technique entre le Ministère de la défense et des anciens combattants de la République Togolaise et le Ministère de la Défense du Royaume du Maroc. 

Au cours de son séjour dans le royaume chérifien, le Général s’est rendu à l’Ambassade du Togo au Maroc où il a signé le livre d’or de l’ambassade. 

Le général Kadangha a également visité la Ière Brigade d’Infanterie Parachutiste de Rabat; l’École Royale Navale et la Ière Base Navale de la Marine Royale de Casablanca. 

Félix Abalo Kadangha a conduit au Maroc une délégation de trois personnes qui comprenait le Médecin Colonel, Wiyoou Kpao Adom, directeur central du service de santé des armées et le Chef de bataillon Ayao Kassabalou Abamy, Chef de Cabinet du Chef d’Etat-Major Général des FAT.

 




Faure Gnassingbe et Mohammed VI entendent diversifier la coopération bilatérale

La relation entre le Togo et le royaume chérifien ne souffre d’aucune anomalie. Un échange qui a eu lieu jeudi entre le chef de l’État togolais, Faure Gnassingbe et le roi Mohammed VI du Maroc en marge de la COP 22 en dit long.

Par ce tête-à-tête, les deux hommes ont discuté des questions bilatérales et revisité l’histoire des liens de coopération qui unissent les deux pays.

« Le Togo et le Maroc ont noué des liens d’amitiés et de coopération qui ont évolué dans le temps et qui se sont matérialisés à travers plusieurs actions dans divers domaines », lit-on dans une note de la présidence togolaise.

Il s’agit notamment de deux visites successives du Chef de l’Etat au Maroc; une visite privée en avril 2007 et la participation du président togolais au Forum Economique Mondial de Marrakech consacré aux « réponses régionales aux risques globaux » en octobre 2010. 

Il y a eu aussi un avant-projet de loi autorisant la ratification d’un accord portant création d’une Commission mixte entre le Togo et le Maroc. Ce dernier a été adopté en conseil des ministres le 30 avril 2014.

C’est donc les perspectives de relance de cette coopération qui ont été discutées au cours des échanges.

« Ces perspectives concernent le secteur industriel dans l’automobile, l’aéronautique, l’agroalimentaire, l’électronique et la mécanique ; le secteur touristique ; le secteur des transports; le secteur énergétique : énergies renouvelables et le développement durable et le secteur des télécommunications », précise la note présidentielle.