1

UPF-Togo mobilise les journalistes pour le reboisement le 1er juin

Des journalistes togolais mèneront mardi prochain la 2e édition de l’opération « un journaliste, un arbre ». C’est une initiative de reboisement de la section togolaise de l’Union internationale de la presse francophone (UPF-Togo). Loïc Lawson, le président de cette organisation invite tous les journalistes à participer à l’opération.

Après l’annulation de l’édition de 2020 pour cause de la maladie à coronavirus, l’UPF-Togo remet son projet de reboisement. Pour mieux planifier l’édition 2021, les membres de l’organisation ont visité le site sur lequel les plants avaient été mis lors de la première édition.

« Cette visite a été initiée pour constater de visu l’évolution des plantes mises en terre dans l’enceinte de l’Université de Lomé (UL). Nous avons trouvé que plus de 50% ont poussé et réussissent bien », a relaté Loïc Lawson.

Pour le président de l’UPF-Togo, cette réussite est due à l’effort impeccable déployé par l’Université de Lomé et son président, Prof. Dodji Komla Kokoroko et surtout grâce à l’ANASAP qui a fait le suivi et l’arrosage des plants.

Pour cette 2eme édition l’UPF-Togo appelle les journalistes togolais à se mobiliser pour montrer leur engagement pour la protection de l’environnement. Le bureau de l’UPF-Togo devrait donner ultérieurement des précisions au sujet de cette édition dont le site reste à déterminer.




Loïc Lawson: « Avec le PND, l’apport aux médias doit monter jusqu’à 1 milliard »

Le Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) tient depuis le début de la semaine à Lomé une rencontre de haut niveau. Le but est de contribuer de manière concrète et mesurable à booster et à sécuriser le Plan National de Développement (PND). Invité à se prononcer sur le rôle des médias pour la réussite de la mise en œuvre du nouveau cadre de développement, Loïc Lawson, le président de l’UPF-Togo en a profité pour lancer un appel important au gouvernement togolais.

Pour Guy Gweth, le président du CAVIE, le PND 2018-2022 du Togo, dans son architecture et son déploiement traduit une demande en veille et intelligence économique africaines qu’il est urgent de combler.

Invité à se prononcer sur le rôle qui devrait être celui des médias en matière de communication autour du PND, le Président de l’Union de la presse francophone, section Togo (UPF-Togo) a noté que l’Etat togolais a désormais adopté un rôle de Stratège et non plus d’acteur avec ce nouveau programme de développement.

{loadmoduleid 210}

Partant de ce constat, Loïc Lawson a invité les autorités togolaises à piloter et orienter la mise en œuvre du PND en veillant à anticiper les diverses écueils endogènes et exogènes pour disposer d’une capacité d’influence adéquate pour le succès dudit plan.

« L’arme clé de cette réussite sera l’information stratégique et son utilisation… Le besoin de disposer de l’information stratégique implique donc qu’au-delà du principe du hub logistique, nous activons comme c’est prévu dans la feuille de route du PND, les services numériques, la digitalisation accrue de nos services portuaires et des infrastructures économiques, le stockage des données et surtout le partage et l’accès à tous notamment nous les journalistes qui constituons un grand vecteur d’anticipation », a relevé M. Lawson.

Le Président de l’UPF-Togo a relevé l’importance du rôle des professionnels de l’information aux côtés du gouvernement et des autres parties prenantes du développement à savoir les opérateurs du secteur privé, les organisations de la société civile, les partenaires techniques et financiers et l’ensemble des togolais du Togo et de la diaspora.

Pour y arriver, il invite le gouvernement togolais à outiller et impliquer les journalistes dans la mise en œuvre du PND. Pour lui, les professionnels des médias ne seront pas en mesure d’expliquer aux autres un plan qu’on ne leur a pas expliqué.

« Les journalistes sont un des maillons essentiels dans la promotion d’un pays, de sa culture, de son développement à travers le traitement qu’ils font ou ne font pas de l’information », a-t-il expliqué avant d’ajouter : « C’est d’ailleurs à ce titre que je profite de cette tribune pour encourage le gouvernement à porter la contribution (et non l’aide) à la presse de 100 à 500 millions voire 1 milliards FCFA. On devrait ajouter ce point au PND si ce n’est déjà fait et vous verrez vous-même l’impact positif que cela constituerait ».

{loadmoduleid 212}