1

Décentralisation: la commune du Golfe 5 au bord de l’implosion

Rich results on Google's SERP when serching for 'golfe 5'

La municipalité du Golfe 5 a du mal à se départir des guéguerres internes. La commune fait face depuis le début à des bisbilles entre conseillers municipaux qui seraient parfois tentés  de venir aux mains. Aux dernières nouvelles, un  élu local accuse son collègue de tentative d’assassinat. Un conflit que le maire Kossi Aboka essaie de régler depuis  l’ouverture de la première session  extraordinaire de cette année. Mais vainement… 

A la mairie du Golge 5, il faut être armé de courage et  faire preuve d’un calme olympien pour pouvoir siéger. L’ambiance étant morose entre les 22 conseillers municipaux, le développement de cette commune est relégué au second plan.

Accusations d’assassinat entre conseillers municipaux, manque d’égard lors des sessions, évocation des propos ethnocentriques et ségrégationnistes, accusations de détournement de fonds, pugilats verbaux à plusieurs réunions publiques sont les problèmes qui prédominent dans le Golfe 5.

Au centre des polémiques, Kossivi Kevin Dieudonné Assila. Le conseiller municipal d’obédience Alliance national pour le Changement (ANC) accuse Jean Claude Badjanko Fintakpa, président de la commission des finances de détournement de fonds.

Selon les confidences, le même Assila, conseiller municipal à 25 ans est allé dire au 2è adjoint au maire, Koubalo Badjamla que le président de la commission des finances veut le tuer.

C’est dans cette ambiance que M. Badjamla serait privé de paroles au cours de la  session du 30 avril compte tenu de son origine. Pour le conseiller municipal, Pierre Assou Akouété Nougblega, le 2è adjoint au maire n’a pas droit à la parole parce qu’il n’est pas d’Aflao-Gakli.

Kossi Aboka craint la dissolution du Golfe 5

Tous ces sujets ont été mis sur le tapis mercredi à l’occasion de la première session extraordinaire de l’année. Parole a été donnée à chacun des élus de s’expliquer afin de vider une fois pour de bon les contentieux.

« Je vais voir  le PV de la session du 30 avril et nous reviendrons pour en parler à huis clos… On ne va pas tolérer ça », a ordonné M. Aboka au cours de la réunion. De son côté, Jean Eklou condamne des propos ethnocentristes et des ragots au sein du Conseil municipal du Golfe 5.

« L’histoire a voulu que cette commune du Golfe 5 soit dirigée par M. Aboka : c’est un fait, il faut l’accepter et faire avec… Ce que le maire Badjamla vient de dire au sujet de M. Nougblega est extrêmement  grave et ça nécessite que M. Nougblega présente des excuses. L’Etat togolais ne fait pas l’apologie de l’ethnicisme, racisme et de l’éthocentrisme », a dénoncé le conseiller municipal d’obédience ANC.      

Comme à l’accoutumé, les discussions ont été houleuses et les écarts de langage n’ont pas été évités. Certains conseillers qui ne supportent plus ces agissements préfèrent souvent boycotter les sessions.  La situation inquiète l’ancien président de la délégation spéciale des préfectures du Golfe et d’Agoè-Nyivé qui craint une dissolution de la municipalité du Golfe 5.

« Faisons beaucoup attention. Sachons qu’il y a des dispositions légales qui sont prévues…L’autorité suprême  peut décider de  dissoudre une  municipalité pour mettre en place une délégation spéciale  dans laquelle aucun de nous ici ne sera membre lorsqu’elle constate un dysfonctionnement d’une grande gravité et que les élus locaux n’arrivent pas à s’entendre pour travailler dans l’intérêt de la population », a prévenu M. Aboka.

Notons que le Conseil municipal fonctionne en nombre insuffisant depuis le début de l’année. Quist Crosby Harold de l’ANC décédé n’est toujours pas remplacé. Là aussi, on signale des mésententes internes à l’ANC quant à son remplacement par le suivant sur la liste.




Golfe 5: Sous pression, Aboka rapporte sa décision

Kossi Agbenyega Aboka fait volte-face. Le maire d’Aflao-Gakli qui a conditionné le payement des salaires à la présentation de la carte de vaccination contre le coronavirus vient d’annuler sa décision. Ceci à cause de la vague de polémiques qu’a suscitée une telle mesure et les pressions venues de tous les côtés. 

C’est à travers une nouvelle  note de service que M.Aboka a annulé sa décision qui consiste à imposer le vaccin contre la Covid-19 à tous les agents de la commune du Golfe 5.

« Suite à la polémique et aux diverses interprétations relatives à la note de service N°2021-014/PG/CG5/CM/SG/DRH-AS du 12 avril 2021, j’informe tout le personnel que ladite note est rapportée », a-t-il notifié ce mercredi.

Pour lui, il y a à la mairie d’Aflao-Gakli, la contamination massive des agents, après la détection d’une vingtaine de cas positifs au sein du personnel. Ce qui a entrainé la fermeture temporaire de certains bureaux.

Cette situation, se dédouane-t-il, a entravé le bon fonctionnement des services et isolé la mairie de sa population.

« La vaccination reste le seul moyen qui s’impose à nous tous pour une immunité collective… Il est conseillé à tous les agents de la mairie ayant l’âge requis de se faire vacciner », a-t-il rectifié.

Notons que l’ancien président de la délégation des préfectures du Golfe et d’Agoè-nyivé a été décrié dans tous les foras de discussion après la diffusion lundi de sa note de service rendant la vaccination obligatoire.

Beaucoup d’internautes voire des personnalités et militants de son propre parti politique UNRI ont dézingué une autorité municipale qui ne maitrise rien du code de travail. Selon les indiscrétions, il serait même sommé par les autorités compétentes de retirer sa note.




Togo: Un maire conditionne le paiement des salaires par la vaccination anti-Covid19

Vaccination

Les agents de la mairie d’Aflao-Gakli n’ont plus de choix. Ils sont contraints de se faire vacciner contre le coronavirus au plus tard le 14 avril prochain avant de pouvoir recevoir leur salaire du mois d’avril. C’est une décision prise par le maire de ladite commune, Kossi Agbenyaga Aboka.

Dans une note de service diffusée lundi, M. Aboka informe que face à la recrudescence des cas de contamination à la Covid-19 dans le Golfe 5 et dans le souci de préserver la santé du personnel de la mairie d’Aflao-Gakli d’une part et vu la loi « N° 2009/007 du 15 mai 2009 » du code de la santé publique de la République Togolaise en son article 67 qui stipule que « Toute personne qui exerce une activité professionnelle l’exposant à des risques de contamination doit être obligatoirement vaccinée.

Les dépenses entrainées par des vaccinations sont prises en charge par l’employeur », d’une part, il est demandé à tous les agents de la mairie d’Aflao-Gakli de se faire vacciner au plus tard le 14 avril 2021.

« Le traitement salarial du mois d’avril 2021 est conditionné par la présentation d’une copie de le carte de vaccination à la Division des Ressources Humaines et de l’Action Sociale au plus tard le 14 avril 2012 à 17h 30 minutes », a prévenu le maire d’Aflao-Gakli.

Cette mesure de l’ancien président de la délégation spéciale des préfectures du Golfe et d’Agoènyivé confirme la rumeur selon laquelle le gouvernement togolais envisage rendre la vaccination contre la Covid-19 obligatoire.




Golfe 5: Kossi Aboka enseigne le civisme

Kossi Aboka a entamé mardi une tournée communale de sensibilisation sur le civisme en milieu scolaire. Pour le maire d’Aflo Gakli, il y a ces dernières années, un manque de respect pour le drapeau togolais et l’hymne nationale. Un relâchement qui selon lui, a des conséquences sur la vie de la nation. L’initiative portée par la Commission du civisme et citoyenneté de la commune du Golfe 5 vise le respect rigoureux des emblèmes de la nation.

{loadmoduleid 212}

La tournée a démarré à l’EPP Amadohome. Là-bas, M.Aboka et la Commission du civisme et citoyenneté ont rappelé aux élèves comment respecter les couleurs nationales.

Pour l’ancien professeur d’anglais, au moment de la montée ou de la levée  du drapeau, il y a des  obligations qui  pèsent sur celui qui porte le drapeau et sur celui qui le voit passer.

Le  porteur, enseigne –t-il, doit tenir respectueusement dans ses deux mains, les bras à moitié tendus, le drapeau. Il marchera à pas rassuré et certain, le regard uniquement fixé dans le sens où il va, ne regarde ni à gauche ni à droit, encore moins derrière, n’adresse la parole à personne jusqu’à destination (qui peut être le dépôt ou l’attachement du drapeau au fil du mât). Il veillera à ne pas laisser le drapeau toucher le sol.

{loadmoduleid 214}

Celui qui voit le drapeau passer doit immédiatement et vigoureusement se tenir debout face à celui-ci, ne regarde ni à gauche ni à droite, n’adresse la parole à personne jusqu’à ce que le drapeau disparaisse de sa vue ou qu’il soit attaché au fil du mât. 

De même, il a  appelé à apprendre à bien chanter les 3 couples de l’hymne national et rester concentrer, la tête haute en regardant uniquement les couleurs nationales à chaque fois qu’on les exécute.

« L’hymne national, parfois nous le massacrons alors qu’il doit être chanté avec fierté parce que nos grands-parents sont morts pour ça, nos aïeux sont morts dans la défense des couleurs nationales. Ce relâchement doit être corrigé car les erreurs du passé ont des conséquences sur le présent », a justifié l’ancien président de la délégation spéciale des préfectures du Golfe et d’Agoè-nyivé qui indique que la Commission va sillonner toutes les écoles du Golfe 5. 

A l’occasion, des masques de protection contre le coronavirus ont été aussi remis aux élèves.

{loadmoduleid 220}




Une centaine de bars bientôt fermés dans Golfe 5

Kossi Aboka décide d’appliquer le décret présidentiel relatif à la fréquentation de la plage, des restaurants et des discothèques  se trouvant dans la  commune du Golfe 5. Il s’agit essentiellement de la fermeture  pure et simple de la centaine de restaurants et débits de boissons que compte Aflao-Gakli, et ce jusqu’à nouvel ordre.

L’information a été partagée avec les tenanciers des bars et restaurants vendredi dans les locaux de la dite mairie.

« Nous ne sommes pas là pour commenter le décret présidentiel. Nous sommes là pour parler de son application. Un décret qui a force de loi », a lancé M. Aboka.

Le décret en question a été pris le 16 juillet dernier et signé par le Chef de l’Etat, contresigné par le Chef du gouvernement, le Directeur de cabinet du  Président de la République, le ministre  en charge de la sécurité et celui de l’administration territoriale.

{loadmoduleid 210}

En lien avec l’Etat d’urgence sanitaire dû à la pandémie de la Covid19 au Togo, l’article 2 du texte dit « Les restaurants et débits de boissons sont fermés ».

Toutefois, sont autorisées, le room service des restaurants et bars d’hôtels, la restauration collective sous contrat, les activités de livraison et de vente à emporter.

L’article 3 précise que les discothèques sont fermées sur toute l’étendue du territoire national. Alors que le texte suivant évoque des sanctions.

« Tout contrevenant aux dispositions du présent décret s’expose aux sanctions prévues par l’ordonnance n°2020-004 du 03 juillet 2020 relative aux mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 » relate l’article 4.

La sortie du maire du Golfe 5 et son Conseil municipal fait suite à une mise en garde du Colonel Mohaman Djibril à l’intention des tenanciers des bars et restaurants.

En conférence de presse mercredi,  le coordonnateur de la Coordination nationale de la Gestion de la Riposte contre la COVID-19 a prévenu les gestionnaires de restaurants et débits de boisson  notamment du carrefour Limousine d’Avédji et de ses environs  d’une descente inopinée de la Force anti-pandémie dans les prochains jours pour  absence du respect des mesures barrières contre la maladie.

Notons qu’après des tournées  de sensibilisation, M. Aboka a avait déjà menacé une dizaine de débits de boisson et restaurant de fermeture pour   non-respect des dispositions sanitaires.

{loadmoduleid 212}




Aboka déroule de nouvelles initiatives pour développer Aflao-Gakli

Kossi Aboka dresse un bilan satisfaisant de la 2è session ordinaire de la commune du Golfe 5. Le maire a indiqué que malgré des moments parfois houleux, les assises ont permis de poser les bases solides pour le développement  d’Aflao-Gakli.  Il annonce à cet effet un chapelet  d’initiatives dont la mise en place d’un Bureau Citoyen, la création d’un organe de passation des marchés et le  projet « Commune verte : une maison, un arbre ».

« Commune verte : une maison, un arbre » est un projet environnemental. Il permettra selon les initiateurs d’avoir une belle ville, une commune modèle et arborée.

« Nos rues sont ensoleillées, il n’y a pas d’arbres. Il faudrait qu’on  ait des rues arborées pour que nous puissions avoir de l’ombre à l’image du quartier de Lomé II » a expliqué M. Aboka.

{loadmoduleid 210}

Le projet va consister à sensibiliser chaque riverain à planter des arbres au bord de la route où il est se trouve et à prendre l’engagement de l’entretenir.

Par ailleurs il est prévu pour bientôt, l’institution d’un Bureau Citoyen, un organe qui aura la mission de recenser et de matérialiser les aspirations des administrés.

Au-delà des projets, la session a permis aux  élus locaux de renforcer leurs capacités en matière de gouvernance locale. 

« Ce rendez-vous nous aidé à parvenir à un consensus pour la mise en place des organes de passation de marchés de la commune, conformément aux textes en vigueur dans notre pays, et à notre règlement intérieur », a précisé le maire d’Aflao-Gakli.

L’occasion a été aussi pour le maire et ses conseillers municipaux de marquer leur territoire en explorant les limites de la commune.

Enfin, ils se sont accordés sur le logo de la commune, symbolisé par « un baobab et un cocotier », deux arbres fruitiers aux sens sociologiques, historiques et socioculturels, remarquables pour les populations d’Aflao-Gakli.

{loadmoduleid 212}




Lieux de culte: Aboka sensibilise les leaders religieux d’Aflao-Gakli

La réouverture partielle des lieux de cultes et de prière est effective au Togo depuis le 17 juillet. En lien avec cette ouverture expérimentale, Kossi Aboka a échangé avec des leaders religieux de ressort territorial  auxquels il a convié à un respect strict des mesures barrières dans les églises et mosquées. En présence du capitaine Dakou, le maire d’Aflao-Gakli a rappelé à ses interlocuteurs que  les contrevenants aux dispositions sanitaires s’exposent à la rigueur de la loi.

La rencontre a réuni autour du maire de la commune du Golfe 5, une soixantaine de leaders religieux, prêtres, pasteurs, évangélistes, prophètes et imams venus d’Agbalepedogan, Totsi, Avedji, Gblinkomé et d’Amadahomé entre autres.

Pour l’autorité municipale, le coronavirus est une réalité, un mal qui décime les sociétés. Seul le respect des mesures barrières édictées aux églises et aux mosquées par le gouvernement peut sauver les fidèles.

« Nous devons respecter ces mesures pour notre propre bien. Dieu l’a dit dans la Bible, Allah dans le Coran. Nous devons respecter ces prescriptions en étant vigilants et prudents, avant que des remèdes ne soient trouvés. Dans les hadiths tout comme dans la Bible, le confinement, c’est dire que Dieu est omnipotent et omniscient. Nous devons nous référer aux paroles divines, car cela fait de nous de bons fidèles » a-t-il prêché.

{loadmoduleid 210}

M. Aboka a indiqué que la réouverture totale des lieux de culte et de prière dépendra du bon comportement qu’auront affiché les fidèles dont les églises et les mosquées servent d’essai. Des sanctions sont aussi prévues pour des rappels à l’ordre.

« Les églises et les mosquées  qui n’auront pas à respecter les mesures barrières s’exposent à loi. Le communiqué du gouvernement a été clair là-dessus, et je peux vous rassurer qu’il n’y a pas de demi mesures » a prévenu l’ancien président de la délégation spéciale des préfectures du Golfe et d’Agoè-Nyiévé.

Du côté des leaders religieux, on assure que toutes les dispositions sont déjà prises pour respecter au mieux les décisions de l’autorité nationale.

« Nous avions déjà reçu de nos  évêques le protocole sanitaire avant même  la  réouverture. Sur ce, il n’y a pas de souci à se faire au niveau de l’église catholique romaine » a rassuré le Rev Père Paul Sevi Messan, Curé de la paroisse Notre Dame de Fatima d’Avédji.

Par ailleurs, les leaders religieux ont plaidé pour la réouverture de toutes les églises et les mosquées pour éviter un engorgement.

{loadmoduleid 212}




Golfe 5: Après la brouille, Aboka et les autres élus se rassemblent

La 2è session  ordinaire de l’année de la commune du Golfe 5 s’est ouverte vendredi à Lomé pour 15 jours. Plusieurs questions notamment celles relatives aux grands défis à relever par la mairie seront abordées. Les travaux ont été lancés par Komlan Agbotse. Le préfet du Golfe a invité le maire et ses conseillers municipaux à se départir de la guéguerre afin de booster le développement de la commune. 

La session va durer deux semaines. Avec pour formateur principal, Pascal Edoh Agbové, Expert en décentralisation, elle va s’intéresser à l’assainissement du Golfe 5, à son développement socio-collectif, au civisme, à la citoyenneté et surtout à la gestion de la crise de la  Covid-19.

Il sera aussi d’évoquer les relations que la commune d’Aflao-Gakli entretient avec les autres communes  et réfléchir aux types de partenariats  à nouer.

{loadmoduleid 210}

L’occasion sera aussi et surtout de mettre sur le tapis les défis essentiels à relever pour l’épanouissement et l’émergence des administrés.

« En termes de défis, nous avons  l’assainissement parce que notre commune regorge  beaucoup de zones inondables, le problème d’électrification de nos quartiers et un déficit en eau potable.  A cela s’ajoutent  les  occupations illégales des réserves de l’Etat avec pour coralliaire un  manque d’espace pour l’installation des marchés et des centres de jeux », a énuméré Kossi Aboka, maire de Golfe 5.

La session intervient quelques jours après qu’un  groupe de conseillers municipaux ont  reproché  au maire Kossi  Aboka, « l’inaction » et une gestion « médiocre » de la crise sanitaire.

Dans une lettre datée du 23 juin, ils réfutent l’argument de « covid19 » pour n’avoir pas convoqué la seconde session ordinaire de l’année.

A cette occasion, le préfet de la localité, M. Agbotse  a exhorté à un esprit d’équipe et de fair-play pour la bonne marche des activités dans le Golfe 5.

{loadmoduleid 212}




Aboka ordonne la fermeture d’une dizaine de bars à Lomé

Kossi Aboka est décidé à sanctionner les contrevenants aux mesures barrières. Le maire de la commune du Golfe 5 vient de sommer de fermeture une dizaine de bars et restaurants de son ressort territorial. Il leur est reproché de ne pas respecter les mesures barrières contre le coronavirus.

Le maire Kossi Aboka et ses collaborateurs ont opéré une descente inopinée sur le terrain tard dans la nuit de vendredi dans des bars. La visite imprévue de l’ancien président de la délégation spéciale de la préfecture du Golfe a commencé au bar 7 K sis à Avedji et  a pris fin à Festador à Adidogomé Assiyéyé.

A la tête d’une forte délégation communale, il a sillonné les bars et restaurants à Avedji, Totsi, Djidjolé et Adidogomé pour le suivi des mesures des barrières contre la covid-19.

{loadmoduleid 210}

Le constat fait à la suite de cette tournée est lamentable. Beaucoup de propriétaires et usagers du bar s’en foutent loyalement des dispositions prises par le gouvernement.

On a noté un attroupement remarquable un peu partout mettant à rude épreuve le respect de la distanciation sociale. Ailleurs ce sont les dispositifs de lave-mains qui ne sont pas installés. Pire, des cuisiniers s’occupent de la restauration sans porter des masques.

Ces déplorables constats ont été faits à 7K, Bono Vino, Apoto Mayaha, TTC, Braise ivoirienne, 5 étoiles et Festador. Des bars et restaurants que le maire décide de fermer.

« La commune du Golfe 5 va prendre une décision à partir de la semaine prochaine pour fermer tous ces bars et restaurants qui n’ont aucun respect pour les mesures barrières contre la maladie à covid-19 édictées par le gouvernement » a annoncé M. Aboka.

Le maire de la commune du Golfe 5 explique que la fermeture de ces bars s’impose pour décourager ceux qui soutiennent toujours que la covid-19 n’est pas une réalité.

Notons qu’en conférence de presse la semaine dernière, le médecin-colonel, Djibril Mohaman a précisé des quartiers de la commune du Golfe 5 constituent le nid de contamination de la maladie à covid-19 à Lomé.

{loadmoduleid 212}




Aboka équipe les établissements scolaires d’Aflao-Gakli

Kossi Aboka soutient le gouvernement dans ses efforts de lutte contre la pandémie à coronavirus dans les écoles. Le maire de la commune du golfe 5 et ses adjoints ont  équipé mardi des établissements scolaires d’Aflao-Gakli de matériel de protection contre la covid-19.

Ce sont des lots de matériel de protection qui ont été offerts. Ils sont composés de 1000 bavettes, 10 dispositifs  de lave-mains, 10 bidons de javel et de détergeant.

Ils ont été remis à l’inspection de l’enseignement primaire de Lomé-Ouest qui est chargée de la distribuer à 10 établissements du cours primaire.

{loadmoduleid 210}

« Nous avons jugé bon d’accompagner les efforts du gouvernement en mettant à la disposition des écoles primaires de notre ressort territorial  des dispositifs de lave-mains pour favoriser aux élèves le respect des  mesures barrières contre le coronavirus », a expliqué M. Aboka.

Aussitôt reçu, Mélanie Ihou, chef d’inspection Lomé-Ouest a distribué le matériel aux ayant droits.

Il a été dispatché  à 10 écoles en raison de 100 bavettes, 1 dispositif de lave-mains, 1 bidon de javel et de détergeant chacune.

Tous ont remercié les donateurs et ont promis à la commune du golfe 5 de veiller au gré pour que les dispositions prises par le gouvernement  contre la covid-19 soient observées en milieu scolaire.

{loadmoduleid 212}