1

La CNSS multiplie les formations contre les risques professionnels

La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) a bouclé vendredi la 4è session de son programme de formation sur des risques professionnels au profit des acteurs d’entreprises dont la Covid-19. La session qui a duré 4 jours a connu la participation d’une trentaine de travailleurs avec différents profils. Il était question de l’amélioration du bien-être de l’ensemble des acteurs des entreprises.

Les participants sont des personnes impliquées dans la gestion des ressources humaines, sécurité-santé au sein des entreprises. La formation visait à renforcer les capacités de ces acteurs, les amener à prendre en compte les questions de santé au travail.

Le but est de permettre la mise en place en interne des dispositifs à savoir le comité de sécurité santé au travail qui pourra animer la gestion des questions liées à la sécurité santé au travail. Il a également été question de leur apporter des pistes pour pouvoir mettre en place un document unique d’évaluation des risques. Aussi des clés pour animer des systèmes de sécurité santé au travail dans les lieux de travail.

Une fois dans leurs structures, les participants devront partager avec leurs employeurs et le reste du personnel tout ce qu’ils ont acquis. Pour pouvoir mettre en place le comité de sécurité santé au travail, ou le redynamiser s’il y en a déjà. Ils devront faire l’évaluation et la cartographie des risques, et faire des recommandations pour parvenir au document unique.

C’est au nom de la Directrice générale de la CNSS, le directeur des prestations techniques a remercié le Bureau International de Travail, partenaire technique ainsi que les autres acteurs concernés. Il a également exhorté les participants à jouer pleinement leurs rôles de façon professionnelle.

A l’issue de la rencontre les bénéficiaires ont exprimé leur gratitude à l’endroit des organisateurs.

Présent à cette activité, Essodina Mabafeï Abalo, point focal du BIT au Togo a salué l’engagement des entreprises.

« C’est un début de sensibilisation  et d’engagement du fait qu’elles ont voulu libérer les équipes pour qu’elles prennent part à cette cession de formation. Du côté de la CNSS, le cheminement sera poursuivi dans le cadre des rapports de travail avec les entreprises afin d’atteindre les objectifs escomptés », a-t-il souligné.

A la fin des activités, les participants ont reçu chacun une attestation de fin de formation.

Il faut rappeler que le 30 avril dernier la journée africaine de la prévention des risques professionnels a été célébrée. Une initiative de l’Inter Africaine de la Prévention des Risques Professionnels (IAPRP). La CNSS, membre de l’institution compte mener des activités qui pourront apporter de la valeur ajoutée à toutes les entreprises.




Sécurité sociale: Ingrid Awade met en garde les employeurs indélicats

La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) est déterminée à faire respecter aux employeurs leurs obligations légales. L’institution a engagé dans ce sens une opération de contrôle qui s’inscrit dans le cadre du renforcement du respect des droits sociaux des travailleurs. Vendredi, le point a été fait à la presse par sa Direction générale qui condamne certaines méthodes dilatoires et met en garde les employeurs indélicats.

En  effet, l’opération de contrôle du respect des obligations légales par les employeurs établis sur l’ensemble du territoire national a permis la CNSS de relever des irrégularités dans la situation de plusieurs employeurs. Les anomalies ont été expliquées à la presse. Devant les journalistes, Justin Pilante, Directeur de Prestation Techniques de la CNSS a expliqué que les actions qui sont entreprises visent « renforcer les droits sociaux des travailleurs tout en faisant en sorte que l’activité économique soit respectée. »

{loadmoduleid 210}

Dans les détails, la CNSS indique que les irrégularités en question portent à la fois sur les effectifs déclarés et sur l’assiette des cotisations sociales. Il se trouve également que les entreprises concernées ont été appelées à régulariser leur situation dans un délai imparti.

« … Il nous a été donné de constater que certains responsables d’entreprises notamment des chefs d’établissement privés utilisent du dilatoire pour tenter de se soustraire de leurs obligations sociales », indique la Direction générale de la CNSS.

La structure dirigée par Ingrid Awade indique aux fondateurs d’établissements d’enseignement de tous degrés que l’immatriculation de leurs structures et celle de leurs travailleurs est une obligation légale et un droit fondamental consacrée par la convention 102 de l’OIT, la déclaration universelle des droits de l’homme, la constitution togolaise et la loi 2011-006 portant code de sécurité sociale au Togo.

« Suivant le code de Sécurité Sociale et ses textes d’application, l’employeur est tenu de demander son immatriculation à la CNSS dans un délai de huit (8) jours à compter soit de l’ouverture ou de l’acquisition de sa structure », indique Ingrid Awade et ses services qui rappellent que : « la même obligation lui est imposée pour la déclaration de tout travailleur recruté quel que soit la nature, la forme, la validité du contrat, la nature  et le montant de la rémunération ».

La CNSS rappelle que les dispositions prévoient une majoration de 5 % sur les cotisations qui n’ont pas été acquittées. Majoration qui est  augmentée de 1% des cotisations non acquittées par mois ou fraction de mois écoulé après l’expiration de trois (3)mois à compter de la date d’exigibilité des cotisations et courent jusqu’à la date effective du paiement des cotisations principales.

La Direction de la CNSS a rappelé que « l’employeur qui a contrevenu aux prescriptions du code de Sécurité Sociale et de ses textes d’application ou s’oppose à l’immatriculation de son travailleur peut être poursuivi devant les juridictions pénales » conformément aux dispositions des articles 95 du code de Sécurité Sociale.

Pour finir, Ingrid Awade invite tous les employeurs à prendre toutes les dispositions nécessaires pour se conformer à la réglementation sociale, faute de quoi, ils s’exposeront à la rigueur de la loi.

{loadmoduleid 212}




Ingrid Awade somme Koffi Walla à rembourser 6 milliards de Fcfa à la CNSS

Koffi Kadanga Walla, l’ex Directeur de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) aura beaucoup perdu cette année. Après avoir été remplacé par Ingrid Awadé, l’homme qui a nargué plus d’un à la tête de la CNSS, est désormais dans de beaux draps. Il est sommé de rembourser plus de 6 milliards de Fcfa pillés dans les caisses de la société qu’il a eue à diriger ainsi que les intérêts générés.

C’est le journal togolais, Dounia Le Monde qui sort le dossier dans sa livraison de ce jeudi. Selon l’hebdomadaire, Koffi Walla avait créé une société immobilière parallèle pour gérer tout le patrimoine immobilier de la CNSS lorsqu’il était encore le Directeur général. M. Walla, pour la création de cette société privée, a pioché 6 milliards de Fcfa de la CNSS.

La Société créée n’est autre que la SEGIM SA. Et Koffi Walla est lui-même le Directeur général. Kouadjo Alowoanou Gbadago, qui est le Directeur financier de la CNSS occupe le même poste au niveau de SEGIM.

Selon la manœuvre, la CNSS prête 6 milliards à SEGIM au taux de 6,4% le 16 décembre 2015. L’argent devrait permettre à SEGIM de construire des villas hautes standing à la cité Millénium. La société avait également pour attribution le recouvrement des loyers et les créances de la caisse consenties par plusieurs personnes.

{loadmoduleid 210}

Et déjà, SEGIM a commencé par distribuer des bénéfices à ses actionnaires. Koffi Walla et les autres ont déjà perçu au titre de l’année 2016, une rémunération annuelle de plus de 30 millions de Fcfa (30 450 184 Fcfa, exactement).

Ingrid Awade, l’actuelle Directrice générale de la CNSS qui a constaté cette malversation a ordonné à son prédécesseur de rembourser l’argent assortis d’un taux d’intérêts de 6,4% généré par la transaction. En plus, Mme Awadé a demandé l’arrêt de la vente des lots de la CNSS à la cité millénium, de même que les lots de la cité de Baguida. Par ailleurs Ingrid Awade a prononcé l’arrêt immédiat du contrat avec SEGIM, révèle Dounia.




Ingrid Awadé et la CNSS célèbrent en pompe le 1er mai

1er mai 2017, le monde entier a commémoré la fête des travailleurs. Au Togo, la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) l’a célébré en pompe. A l’occasion, une nouvelle cantine a été inaugurée dans ses locaux par sa nouvelle directrice générale Ingrid Awadé en présence du ministre en charge du travail, Gilbert Bawara.

La journée selon le ministre du travail Gilbert Bawara ne doit pas être qu’une journée de fête, mais aussi un jour de bilan pour s’améliorer.

« Il est normal que le 1er mai, journée de fête internationale du travail, nous puissions nous retrouver autour d’un verre et d’un repas pour nous réjouir d’un travail que nous accomplissons quotidiennement. Mais c’est également le jour où nous devons jeter un regard pour se fixer de nouveaux objectifs, pour se remotiver, pour demeurer mobilisé et engagé », a-t-il déclaré.

À l’image d’une doléance de longues années enfin exaucée, le nouveau joyau vient réconforter les travailleurs de CNSS et leurs responsables syndicaux veulent que cette célébration de la fête du 1er mai 2017 les incite tous à la foi, à la réflexion et à la rigueur afin de sauvegarder les acquis précieux.

« Nous devons faire en sorte que l’amélioration de nos conditions de travail soit les justes récompenses d’une productivité accrue réalisée par nous-mêmes » mobilise le secrétaire général adjoint du syndicat national des travailleurs de la sécurité sociale du Togo, Diogo Ahlonkor. Car soutient-il « La construction des bases d’une forte performance pour le bien-être de tous implique un esprit de dépassement, une volonté commune de trouver des solutions négociées ».

La Caisse Nationale de sécurité sociale est dirigée depuis le mois dernier par Ingrid Awadé, nommée par décret pris en Conseil des ministres le 31 mars 2017.