1

Mort de nombreux togolais à Lagos, les causes du drame

Rich results on Google's SERP when searching for 'Lagos'

De nombreux togolais ont trouvé la mort lundi à Lagos (Nigéria) dans l’effondrement d’un immeuble de 21 étages en construction. Le drame s’est produit alors que plusieurs dizaines d’ouvriers étaient concentrés sur le travail dans ce bâtiment.

C’est une nouvelle qui a rendu triste depuis lundi la population nigériane et plusieurs familles togolaises.  Selon les informations relayées par les médias, le drame a fait au moins 6 morts et plusieurs blessés et plusieurs disparus. De même, une trentaine de maçons togolais et nigérians ainsi que 4 ingénieurs et d’autres ouvriers restent toujours coincés sous les décombres.

Depuis, le bilan ne cesse de s’alourdir. Mercredi, on évoque 22 décès confirmés dans l’effondrement. Neuf personnes, tous des hommes, ont été secourues, selon des responsables de l’État de Lagos.

 Le chef chantier, M. Femi, qui était aussi au 18e étage avec certains de ses clients qui voulaient acheter l’immeuble sont également introuvables.

Pour l’instant, les autorités nigérianes ont pris en main cette affaire afin de situer le monde sur la réelle cause. 

L’Etat de Lagos avait stoppé les travaux

La construction de l’immeuble de grande hauteur a été interrompue plus tôt cette année par les autorités nigérianes après que les inspecteurs ont découvert des « anomalies ». La structure de 21 étages a été bouclée en juin après avoir échoué à répondre aux spécifications structurelles.

Le chef de l’Agence de contrôle des bâtiments de l’État de Lagos, Gbolahan Oki, a déclaré que le développeur avait utilisé des matériaux de qualité inférieure dans la construction.

Un cabinet de conseil, Prowess Engineering Limited, s’est retiré du projet en février 2020, en raison de préoccupations concernant l’intégrité du bâtiment.

La Lagos State Building Control Agency a déclaré quelques heures après l’effondrement que bien que 21 étages aient été construits, seulement 15 avaient été approuvés.

Notons que le bâtiment faisait partie d’un trio, appelé les « 360 Degrees Towers », commandé par et en cours de construction pour Fourscore Homes (nommé dans certaines sources « Fourscore Heights »), une société de développement privée basée au Royaume-Uni et dirigée par le Nigerian Femi Osibona (alias Olufemi Adegoke Osibona).




Un immeuble s’écroule à Lomé et fait 4 blessés

4 blessés graves dont un actuellement en soins intensifs ont été enregistré lundi suite à l’écroulement d’un immeuble de 3 étages en construction à Hedzranawoe, près de l’aéroport de Lomé. L’accident s’est produit suite à l’effritement de l’un des piliers, selon plusieurs témoins.

Le drame s’est produit aux environs de 18 heures alors que les ouvriers étaient encore sur le chantier, selon des informations rapportées par Icilome. L’un des manœuvres a expliqué qu’ils sont en train de travailler et un des piliers s’est effrité d’un coup, occasionnant l’effondrement de tout l’immeuble.

« J’ai appris qu’il y avait eu des blessées dans la maison voisine. Quatre filles. Elles sont actuellement à l’hôpital. L’une des blessées est dans le coma. Il y a des piliers qui sont tombés sur les chambres des maisons voisines. Pratiquement, il y a trois maisons qui ont été touchées. Mais grâce à Dieu, il n’y a pas eu de pertes en vies humaines », raconte un témoin.

Le chantier en question a démarré mais ne finit jamais. Les travaux avaient repris en 2014 avant d’être suspendus un an après pour ne reprendre que l’année dernière.

{loadmoduleid 210}

Contactée juste après le drame, la police togolaise s’est dépêchée sur les lieux pour faire le constat.

Mardi, une délégation de la commission d’inspection des travaux de construction conduite par Nicolas Kossi Akidjetan s’est rendue à son tour sur les lieux. Selon cette structure, le propriétaire de l’immeuble n’a pas obtenu le permis de construire avant de démarrer les travaux.

 « A priori, c’est une erreur humaine, défaut de compétence technique. Nous n’avons trouvé aucune trace de permis de construire pour cet immeuble effondré. Cela veut dire que le promoteur ne se serait pas présenté à l’autorité locale pour vérifier si les conditions sont réunies pour construire ici. Et s’il y a défaut de construire, il n’y a plus de débat. On peut imaginer tous les défauts possibles susceptibles d’entrainer des accidents », a déclaré M. Akidjetan.

L’architecte explique par ailleurs que « les règles de l’art n’ont pas été respectées ». Il annonce une enquête bien organisée pour situer les responsabilités.

« L’enquête sera conduite par les experts du laboratoire national. Le ministère des travaux publics sera impliqué, l’autorité municipale sera impliquée. Naturellement, s’il y a des volets judiciaires, la justice aussi sera impliquée », a-t-il précisé.

{loadmoduleid 212}




Des morts et des blessés suite à l’effondrement d’un immeuble à Lomé

Lomé, la capitale du Togo de nouveau secoué par un drame national. Une partie d’un immeuble de 6 étages s’est écroué vendredi faisant des morts et plusieurs blessés graves. A première vue, l’accident serait dû à un laisser-aller au moment de la construction.

Le drame s’est passé au grand marché de Lomé. Une partie de l’immeuble Saint David situé à côté de l’Institut Goethe s’est effondrée.

D’après le constat fait sur place par notre reporter, le drame aurait dû à la désinvolture dont ont  fait preuve les maçons au moment de la construction.

Tout porte à croire que les maçons à partir du 3è étage sont allés à-la- vite en enchainant la construction du bâtiment parfois avec des briques encore molles. Pire, dans l’immeuble affaissé, on ne retrouve aucun fil de fer consolidant les piliers pour pouvoir tenir le bâtiment.

Le bilan provisoire fait état de deux (2) morts, plusieurs blessés, des disparus et beaucoup de dégâts matériels.

{loadmoduleid 210}

Par la suite, les ministres de la Sécurité et de la Protection civile, Yark Damehame, des Infrastructures et des Transports, Nisao Gnofame, et de l’Urbanisme de l’habitat et du Cadre de vie, Fiatuwo Sessenou se sont déplacés sur les lieux pour constater les faits.

C’est ainsi qu’ils ont réussi à évacuer plusieurs blessés au CHU Sylavanus Olympio qui sont actuellement admis en urgence.




Un immeuble s’écroule à Lomé et fait 3 blessés et 2 disparus

Un immeuble de trois étages en construction à Lomé s’est écroulé jeudi. Le bilan provisoire  fait état de trois blessés et deux portés disparus.

Le drame s’est produit à Adidogome-Yokoe, dans la banlieue Nord-Ouest de Lomé.

Selon les informations parvenues à  notre rédaction,  l’écroulement de cet immeuble à trois étages serait dû à une mauvaise fondation. 

Des témoins sur place indiquent que les maçons sont allés à-la-va-vite dans la construction en enchainant le bâtiment parfois avec des briques encore « molles »

Parmi les maçons présents sur le chantier, trois sont grièvement blessés et deux  sont jusque-là introuvables. 

Les blessés sont évacués d’urgence à l’hôpital, alors que la police s’est dépêchée sur les lieux pour une enquête.




Un mort et 3 blessés graves dans l’effondrement d’un immeuble à Lomé

L’effondrement d’un immeuble en construction à Assivito à Lomé mardi, a fait au moins un mort et trois blessés graves. Les victimes sont des ouvriers qui travaillent sur le chantier.

Le drame s’est produit alors que ces ouvriers étaient encore en train de travailler, selon des témoignages recueillis par nos confrères de la télévision en ligne Direct7. Ils montaient encore les briques quand la construction s’est écroulée. L’un des ouvriers est mort sur le champ et les trois autres sont dans un état critique. 

Les riverains, témoins de l’accident pointent du doigt une mauvaise architecture et un défaut de construction qui ont conduit à l’écroulement du bâtiment.

Les rescapés ont été vite sortis des décombres grâce à une prompte intervention des sapeurs-pompiers.