1

Approbation de la charte des TPME du Togo

Rich results on Google's SERP when searching for 'charte'

Au Togo, les très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) seront désormais régies par une charte. Le gouvernement a adopté mercredi en conseil des ministres un premier projet de décret portant approbation du document.

Selon les autorités togolaises, les structures en question constituent la base du tissu économique du Togo. Ces structurent économiques participent de manière significative à la croissance économique, à la création d’emplois, à la valorisation de l’innovation.

Les entreprises œuvrent également au développement régional et local et au renforcement de la cohésion sociale.

Pour le gouvernement, leur développement durable requiert outre un environnement global incitatif et cohérent, un dispositif d’appui direct performant et une offre de financement adaptée.

« Ce décret s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme « R4 » relative au renforcement des mécanismes d’appui aux TPME contenue dans la feuille de route gouvernementale », a ajouté le gouvernement.




Qui sera le ‘Super Entrepreneur’ gagnera 10 millions

Rich results on Google's SERP when searching for 'Super entrepreneur'

Brain power Togo et Dayim ont lancé vendredi à Lomé « Super Entrepreneur », un programme de téléréalité créatif et éducatif sur l’entrepreneuriat qui s’intéresse aux néo-entrepreneurs. L’initiative a été présidée par Myriam Dossou-d’Almeida, ministre du Développement à la base, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes. Ce projet événement de télé-réalité sur l’entrepreneuriat entend promouvoir les entrepreneurs locaux et la consommation du « made in Togo ».

Le programme cible les jeunes porteurs d’idées de projet, de nationalité togolaise établis sur le territoire togolais évoluant dans n’importe quel secteur d’activité. Ils devront avoir entre 18 et 35 ans. La demande de participation démarre samedi. Elle se fait en envoyant « Super Entrepreneur » via WhatsApp sur les numéros 70386969/96629090.

Les candidats à ce programme seront soumis à des épreuves qui consisteront à faire des rapports pour le mois d’Octobre décrété comme le « mois de la consommation ».

« A travers ce projet, nous voulons fournir aux jeunes entrepreneurs les formations et les outils nécessaires pour leur permettre de réaliser leurs objectifs personnels et professionnels, et leur insuffler un esprit de service à la communauté. Ceci permettra aux intéressés d’avoir aussi des compétences », a révélé Edem Magnon Chef projet.

Selon le comité d’organisation, il y aura un système de sélection qui se fera à 3 niveaux. Une étape de réception du profil des différentes personnes souhaitant participer à la téléréalité avec des preuves de leur désir d’entreprendre. A terme, 60 seront retenus. Il y aura aussi un examen écrit que passeront les tests d’aptitudes, 40 personnes seront retenues pour la dernière étape de sélection.

A la villa du Super Entrepreneur

Et également la phase ultime que devront passer les postulants pour finalement prendre leur ticket des mains du jury de la compétition pour l’aventure du Super Entrepreneur.

« Seuls 20 candidats seront admis à la villa du super Entrepreneur. Avant de rentrer dans la villa, tous les candidats feront obligatoirement le test PCR de la Covid-19 et seront encouragés à se faire vacciner. C’est dans cette villa que ces candidats passeront les 12 prochaines semaines à suivre des formations, passer des épreuves et les éliminations », a révélé Cynthia Gnassingbé-Essonam, présidente du comité d’organisation. 

A la fin, chaque participant aura la maîtrise des techniques de soumission à un appel d’offres dans le cadre du programme du gouvernement relatif au 25% des marchés publics attribués aux jeunes et femmes opérateurs économiques.

Le vainqueur de cette première édition repartira avec un chèque de 10 millions, le deuxième 3 millions, le troisième 1,5 millions, les 5 autres finalistes 700 000 FCFA et 300 000 FCFA pour chacun des 12 autres candidats.

Le « Super Entrepreneur » sera accompagné et suivi sur une période d’un an en termes de conseil et d’installation de son projet par le comité d’organisation et ses partenaires. Ces différents prix seront remis au cours d’une soirée dînatoire. Notons que l’activité couvre la période d’Août à décembre 2021, soit 22 semaines.

Au total, 36 épisodes seront diffusés sur la télévision togolaise et sur les réseaux sociaux.

Brian Power Communication est une structure spécialisée en marketing, communication et événementiel. Elle conseil les entreprises au Togo à faire de la publicité et améliore leur présence dans le pays.

DAYIM est une association à but non lucratif qui a pour but de promouvoir l’éducation et la formation des jeunes à travers des méthodes pédagogiques innovantes. Ceci, en leur donnant des compétences et outils nécessaires pour faciliter leur insertion, intégration et épanouissement dans les milieux professionnels.




Connecter les entrepreneurs togolais aux hommes d’affaires turcs

Les entrepreneurs togolais ont désormais la possibilité de nouer des partenariats avec des investisseurs turcs. Portfolios Sarl, une société d’investissement intervenant dans l’import et l’export vient de créer en collaboration avec les industriels et les partenaires Turcs une organisation bilatérale en ce sens. Il s’agit de « Bosphorus Trade center », une structure qui sert désormais de pont entre le Togo et la Turquie en termes de collaboration économique.

La nouvelle a été annoncée mardi à Lomé en conférence de presse par Portfolios Sarl. Occasion également d’étaler les opportunités et possibilités de partenariats économiques ouvertes entre la Turquie et le Togo.

Selon Aleph Lawson, Directeur général de Portfolios, l’initiative s’inscrit dans la droite ligne des autorités togolaises. La démarche vise à faire du Togo une nation à revenu intermédiaire économiquement, socialement et démocratiquement solidaire, stable et ouverte sur le monde.

« C’est ce fondant sur cette déclaration du Programme National de Développement (PND), que des opérateurs économiques que nous sommes, avions entrepris de faire notre part dans la mise en œuvre de ce plan. Même plan qui aujourd’hui permet à la Turquie de devenir une plaque tournante dans tous les secteurs », a indiqué M. Lawson.

En effet, une vingtaine d’hommes et femmes d’affaires et opérateurs économiques togolais ont participé à Ankara (Turquie) du 24 au 25 mars, à un forum des industries de la coopération mondiale.

Ils ont eu l’occasion de nouer des nouveaux partenariats, d’obtenir des accords d’investissements pour leurs différents projets.

« Il y a eu également des visites des usines et de tisser des relations pour la croissance de nos entreprises et sociétés et vice-versa », a précisé M. Lawson.

La Turquie aujourd’hui est l’un des principaux fabricants dans plusieurs secteurs. Notamment dans le textile, la construction, l’agroalimentaire, l’automobile, les meubles, les mines, les machines et intrants agricoles. Ce qui porte l’intérêt de la Société Portfolios Sarl de faire tourner les regards des investisseurs turcs vers le Togo pour des partenariats gagnant-gagnants.

« Ces opérateurs économiques turcs sont prêts aujourd’hui à investir dans ces secteurs économiques dans notre pays », a rassuré Charlemagne Kaming, le DG de l’Entreprise de Construction Appliquée.

Rappelons qu’une ambassade turque est implantée à Lomé depuis quelques semaines. Ce qui facilite les relations diplomatiques entre les deux pays.




Entrepreneuriat-Développement: Pascal Agbove établit les rapports

Le Togo a fini par prendre goût à la Semaine Mondiale de l’Entreprenariat. Depuis 10 ans, à travers  Global Entrepreneurship Network (GEN) au Togo, le pays marque cette initiative qui célèbre essentiellement les idéaux entrepreneuriaux.  A la veille de l’événement de cette année, le Directeur Pays de GEN, Pascal Agbove  révèle les bienfaits de l’entrepreneuriat. Lisez- son message

Du 16 au 22 novembre 2020, sera célébrée la semaine mondiale de l’entrepreneuriat. Cet événement mondial est célébré cette année dans 178 pays sous le leadership de Global Entrepreneurship Network (GEN) ou Réseau Mondial de l’Entrepreneuriat dont le siège est à Washington (USA) que nous avons l’honneur de représenter au Togo.

{loadmoduleid 212}

La Semaine Mondiale de l’Entrepreneuriat est célébrée au Togo depuis 2010 et réunit, pendant une semaine, les différents acteurs intervenant dans l’écosystème entrepreneurial autour des activités de formation, de réflexion, de motivation, etc. Cette année, l’événement sera célébré dans un contexte spécial lié à la COVID-19. A l’orée de cet événement mondial qui sera célébré pour la onzième (11eme) fois consécutive au Togo, nous tenons à remercier l’ensemble des acteurs qui participent à la création d’un écosystème favorable à l’émergence de l’entrepreneuriat dans notre pays. Nos remerciements vont surtout aux autorités du Togo qui consentent d’énormes efforts  en mettant en place des mesures incitatives à la promotion des entreprises. Nous souhaitons que ces efforts se poursuivent en permanente concertation avec les autres acteurs intervenant sur la thématique afin de rendre fort le secteur privé qui créé de la richesse et de l’emploi.

En effet, l’entrepreneuriat devrait être appréhendé par tous comme facteur de développement. Les jeunes doivent comprendre cette réalité et s’engager activement pour tirer profit de l’occasion qui leur est offerte. Miser sur la jeunesse, c’est non seulement assurer son engagement dans l’essor de la société, mais c’est surtout garantir à la collectivité une source de vitalité et de dynamisme qui la conduit vers une culture de la relève. Non seulement, la jeunesse est souvent le moteur des grands changements sociaux, mais surtout elle intègre plus facilement ‘es changements relatifs aux éléments de culture, aux attitudes et aux valeurs. Voilà pourquoi il serait difficilement envisageable de réinventer le Togo et de construire l’avenir sans sa participation. Quel que soit le projet  poursuivi, chacun doit affronter un jour la décision d’entreprendre qui est à la base de toute forme de changement individuel et collectif. Dans cette optique, une culture entrepreneuriale forte demeure le meilleur gage de réussite. C’est d’ailleurs sur la créativité, le leadership, l’autonomie, le sens des responsabilités et la solidarité, des valeurs entrepreneuriales largement reconnues, que reposent souvent les succès obtenus dans les domaines aussi diversifiés que les arts, de la culture, le sport, les études, le travail ou les affaires. Cela s’avère encore plus vrai dans un contexte où il est établi que les entrepreneurs et les entreprises qu’ils exploitent, notamment les petites et moyennes entreprises (PME), concourent de façon déterminante au développement à la croissance économique de leur communauté et à la création de la majorité des emplois.

Dans le cadre de la célébration de cette onzième édition de la semaine mondiale de l’entrepreneuriat au Togo, nous invitons chaque acteur intervenant dans le domaine de l’entrepreneuriat à marquer d’une manière ou d’une autre cet événement grâce à un message d’encouragement ou de plaidoyer, une activité de motivation ou d’inspiration, un geste de soutien aux entrepreneurs, etc. Nous invitons les citoyens à consommer les produits locaux afin d’encourager les producteurs nationaux  et par ricochet contribuer à la croissance de l’économie nationale. Nous invitons et encourageons les élus locaux à intégrer la dimension entrepreneuriale dans leur politique de développement local.

Par ailleurs, Nous organisons, pour l’occasion, un webinaire sur l’écosystème entrepreneurial le jeudi 19 novembre et un Business Meeting à Lomé le samedi 21 novembre. Tout le public est invité à y participer. Ensemble, faisons de l’entrepreneuriat, le socle de développement de notre pays.

{loadmoduleid 220}




Myriam Dossou: ‘Nous allons renforcer l’appui à l’entrepreneuriat des jeunes’

Myriam Dossou-d’Almeida est dans le vif du sujet. La ministre du développement, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes entend œuvrer pour la relance de l’entrepreneuriat des jeunes. Dans le cadre de la journée africaine de la jeunesse, elle a organisé une séance virtuelle sur le sujet. Mme Dossou-d’Almeida annonce le renforcement des mécanismes d’accompagnement à l’entrepreneuriat des jeunes.

L’intervention de la ministre était placée sur le thème: « Relance Post COVID de l’entrepreneuriat des jeunes ». C’était l’occasion pour Mme Dossou-d’Almeida d’évoquer les stratégies, les perspectives gouvernementales et les initiatives privées mises en œuvre pour relancer un entrepreneuriat des jeunes mis à mal par l’épidémie de Covid-19 et ses nombreuses conséquences.

{loadmoduleid 212}

Le ministre en charge de la jeunesse et de l’emploi a rappelé les meilleurs réflexes que peuvent alors avoir les jeunes entrepreneurs togolais pour faire avancer leur business malgré le contexte difficile marqué surtout par la pandémie.

« Quand on est entrepreneur, il faut connaître les risques de son métier, les identifier, les analyser et mesurer leurs impacts. Nous devons maintenant tirer les leçons du Covid19, imaginer toutes les possibilités pour relancer les activités », conseille Mme Dossou-d’Alemeida

Pour la ministre, les jeunes doivent revoir les modèles et surtout saisir toutes les opportunités qui se présenteront à eux pour redynamiser leurs structures. Elle annonce qu’un cadre de confiance sera redéfini avec les entrepreneurs et autres acteurs de la jeunesse afin de faciliter le financement activités des jeunes entrepreneurs.

« C’est vrai que des mécanismes existent, mais nous allons davantage les renforcer. Le Fonds d’appui aux initiatives économiques des jeunes sera renforcé avec une augmentation de sa capacité d’accompagnement de jeunes. Des mesures seront prises en vue de maîtriser et optimiser les coûts des financements», ajoute Myriam Dossou-d’Almeida.

La ministre n’a pas manqué d’aborder la question de la cherté du crédit aux jeunes entrepreneurs. Les taux pratiqués sont souvent dans l’ordre de 10 à 14%.

D’autres acteurs locaux de l’écosystème entrepreneurial intervenant dans le live ont estimé que ces taux pourraient descendre à entre 2 à 4% pour soutenir les jeunes entreprises afin de les rendre plus compétitives.

{loadmoduleid 220}




CIESRES: la 3e édition a tenu ses promesses

Les 29 et 30 juin derniers, s’est tenue à Lomé la 3e édition de la Conférence internationale sur les entreprises sociales et la responsabilité sociale des entreprises (CIESRES TOGO). L’édition s’est déroulée exclusivement en ligne mais a tenu toutes ses promesses.

La conférence s’est muée en un webinaire cette année. Les débats se sont déroulés sous le thème : « L’après COVID en Afrique/La stratégie gagnante de la transition inclusive, sociale et écologique ».

L’évènement a enregistré la participation d’experts du secteur économique et de plusieurs autres participants dont des Chefs d’entreprises, des décideurs publiques, des partenaires aux développements, des médias et acteurs de l’économie sociale et solidaire.

{loadmoduleid 210}

Des personnes ont interagi par visioconférence depuis la France, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Corée du sud, l’Égypte, les États Unis, Maroc, la Suisse et le Togo.

Wilfrid Lauriano do Rego, Coordonnateur du Conseil présidentiel français pour l’Afrique et Jean Michel Severino, le Président du conseil d’administration d’Ecobank International ont aussi animé des panels.

Victoire Tomegah-Dogbé a également abordé les succès enregistrés par le Togo en matière d’entrepreneuriat social.

Cette conférence a permis aux organisateurs de prêcher une façon d’entreprendre qui met au centre l’humain. C’était également une occasion de rappeler aux participants, les mécanismes de financement des jeunes entrepreneurs mis en place par l’Etat togolais.

« L’entrepreneuriat social a pour but d’apporter une solution concrète à un  problème social identifié. Au-delà de l’objectif d’avoir son entreprise et de faire des bénéficies, il faut aussi à la fin de l’année parvenir à apporter des solutions à des problèmes de la société dans différents domaines », rappelle Immaculée Soklou, membre de l’équipe organisationnelle.

Plusieurs autres thématiques ont été abordées. Essentiellement, il a été question d’appeler les entreprises à l’action dans le domaine social. Les organisateurs ont partagé avec les participants, des modèles de réussite et ont invité les entreprises à agir dans le social.

La 3ème édition de la CIESRES a été organisée en collaboration avec l’Ambassade des USA au Togo, le Groupe Ecobank ETI et le Gouvernement Togolais.

{loadmoduleid 212}




Accroître la participation des filles et femmes à l’entrepreneuriat

Au Togo, les jeunes filles ou les jeunes femmes ont encore du mal  à se hisser au rang des femmes d’affaires dans les secteurs qui demandent beaucoup d’intellect. En entrepreneuriat par exemple, sur les 3668 nouvelles entreprises enregistrées par le Centre de formalité des entreprises en mai 2020, 917 ont été créées par des femmes ; soit un taux de 25%. Pour contribuer à améliorer ce chiffre, il a été lancé jeudi à Lomé  le « Projet de sensibilisation en trois (03) dimensions pour le renforcement de l’entreprenariat des jeunes filles/femmes au Togo ».

C’est une initiative du  Centre d’Etudes et de Recherches pour le Développement Intégral (CERDI) en collaboration avec son partenaire Togo Goes on e.V. basé en Allemagne et avec l’appui financier de Stiftung Nord-süd Brüken.

Le projet consiste à booster l’esprit entrepreneurial des jeunes filles et des femmes togolaises dans une perspective de leur autonomisation à travers des outils de sensibilisation tels que la chanson, le théâtre et un film documentaire.

{loadmoduleid 210}

A travers ces outils, les initiateurs entendent  à accroître la participation des jeunes filles ou femmes à l’entrepreneuriat, en particulier dans le secteur tertiaire, en promouvant l’éducation et la formation au plus haut niveau et le développement personnel.

Déjà disponibles, ces productions artistiques seront publiées sur les réseaux sociaux notamment facebook, whatsapp et  twitter à titre de sensibilisation et de conscientisation.

« Une femme doit entreprendre pour son autonomisation, sa dignité,  sa valeur et surtout pour ne pas dépendre des autres » a justifié Ouattara Nouratou Akoh-Fadjara, chargée de programme à CERDI.

Le projet s’inscrit dans le long terme. Des femmes qui entreprennent déjà seront accompagnées par CERDI dont le rôle principal est de mettre à la disposition des populations les informations nécessaires relatives à l’entrepreneuriat.

{loadmoduleid 212}




La formule gagnante pour le financement d’une entreprise

Focus Yakou innove en faveur des entrepreneurs du Togo voire de la sous-région. L’agence, avec le soutien de  la Chambre de commerce et de l’industrie du Togo (CCIT) a lancé jeudi à Lomé le « E-Day », un cadre périodique d’échanges et de dialogue entre les pouvoirs publics, les opérateurs économiques, les investisseurs ou encore les porteurs de projets. Pour cette première édition, des pistes vont être explorées pour l’obtention d’un financement facile des entreprises.

« E-Day » ou « Jour des Entrepreneurs » est un forum périodique d’échanges entre les décideurs publics, les opérateurs économiques, les investisseurs ou encore les porteurs de projets, autour d’un thème relatif à la création de valeurs, au développement économique, ou d’un sujet qui fait la une de l’actualité du monde des affaires.

{loadmoduleid 210}

L’événement  a pour ambition d’une part de réunir les créateurs de richesses et d’emplois du Togo et d’autre part, de les connecter entre eux enfin de générer les synergies.

Il vise 3 objectifs. Etre le lieu qui se veut une occasion de partager d’expériences entre les différents acteurs intervenant dans la création de valeurs ; une plateforme d’opportunités en vue de renforcement du tissu économique togolais et enfin être un laboratoire de renforcement et d’améliorer des performances des entreprises togolaises en vue de conquérir le marché plus vaste de l’Afrique de l’Ouest.

La première édition dont les travaux sont prévus pour 2 jours est placée sous le thème « Obtenir un financement pour son entreprise : quelle est la formule gagnante ? ».

Il s’agira de parcourir tout le spectre qui réunit les opportunités, les leviers et les sources de financement d’une entreprise.

« Souvent lorsqu’on parle de financement on ne pense qu’au financement bancaire. Or au-delà des banquiers, il y a d’autres acteurs qui interviennent dans la recherche de financement. Vous avez les marchés financiers, vous avez d’autres leviers comme le crédit Bye, vous avez encore les fonds d’investissement. C’est de tout cela qu’on va parler pendant ces deux jours », a décliné Jean Paul Agbo-Ahouelete, directeur général de l’agence Focus Yakou.

Les travaux ont été ouverts par le 1er vice-président de la CCIT. Remy Moevi a assuré que les recommandations du forum seront transmis au secteur privé afin qu’il puisse les soumettre au cadre de concertation public-privé mis en place par le gouvernement.

{loadmoduleid 212}




E-Day: le rendez-vous du monde des affaires s’annonce à Lomé

Un nouveau cadre de rencontre s’ouvre à Lomé pour les opérateurs économiques confirmés et en devenir provenant de tout secteur. Il s’agit de « E Day » ou « Jour des Entrepreneurs » qui s’annonce comme un forum périodique d’échanges entre les décideurs publics, les opérateurs économiques, les investisseurs ou encore les porteurs de projets. La première édition est prévue pour se tenir les 5 et 6 décembre prochains.

Sur un mode interactif, « E Day » a pour ambition d’une part de réunir les créateurs de richesses et d’emplois du Togo et d’autre part, de les connecter entre eux afin de générer des synergies.

Le concept est dédié au secteur privé et à la promotion de solutions concrètes pour dynamiser le potentiel de croissance des entreprises locales.

{loadmoduleid 210}

La première édition de cette manifestation, qui sera périodique, a lieu les 05 et 06 décembre prochains.

Le thème retenu est : « Obtenir un financement pour son entreprise : quelle est la formule gagnante ? ».

D’éminentes personnalités interviendront lors des panels. On annonce entre autres Guy Awona, Directeur général ORABANK, Jean-Marc Savi de Tové, Directeur associé Adiwalé Partners, François Jacquier-Pelissier, représentant de l’AFD au Togo, Jonas Daou, Directeur général SODIGAZ, Edem Tengué, Directeur Général Maersk Line Togo, Cynthia Gnassingbé, Secrétaire générale TOGO INVEST.

Plusieurs activités sont au programme dont un workshop, des panels, des rencontres B to B, des partages et retour d’expériences ainsi qu’un cocktail de networking.

L’évènement se veut un cadre de partage d’expériences entre les différents acteurs intervenant dans la création de valeurs, une plateforme d’opportunités en vue du renforcement du tissu économique togolais.

E-Day se présente également comme un laboratoire de renforcement et d’amélioration des performances des entreprises togolaises en vue de conquérir le marché plus vaste de l’Afrique de l’Ouest.

{loadmoduleid 212}




Togo: Des élèves entretenus sur la problématique de l’entrepreneuriat

La semaine de l’entrepreneuriat a démarré lundi  au Togo. Elle a été lancée par Global Entrepreneurship Network (GEN) au Lycée technique d’Adidogomé (Lomé). Cette 10ème édition qu’abrite le Togo s’inscrit dans le cadre des objectifs du Développement Durable (ODD) et s’aligne sur le Plan National de Développement (PND). Pour les organisateurs, il sera question d’entretenir les élèves sur la problématique de l’entrepreneuriat.

L’organisation de cette semaine vise à donner aux élèves et étudiants des informations appropriées devant faciliter leur réussite dans le monde des affaires. Les activités se déroulent sous le thème : « Promouvoir l’entrepreneuriat par l’éducation ».

{loadmoduleid 210}

« A travers ce thème, nous allons rencontrer les écoliers au cours de cette semaine pour les entretenir sur la problématique de l’entrepreneuriat, c’est-à-dire ses objectifs, ses valeurs et ce qu’ils doivent faire pour devenir de vrais entrepreneurs » a indiqué Pascal Edoh Agbové, Directeur général de GEN Togo.

Plusieurs activités sont prévues durant la semaine. Il s’agit notamment des conférences-débats sur l’entrepreneuriat social et la consommation locale, les formations pratiques sur plusieurs thèmes, les rencontres de partages d’expériences, les soirées de créativité et de valorisation, des talents des jeunes et la Nuit des entrepreneurs.

Ces activités vont s’articuler autour de plusieurs évènements et se dérouleront, non seulement au Lycée Technique, mais aussi à l’université de Lomé et à la Chambre de Commerce d’Industrie du Togo (CCIT).

Global Entrepreneurship Network est présent dans plus de 170 pays. Togo a adhéré en 2010 grâce à l’ONG Initiative des Jeunes pour le Développement (IJD).

{loadmoduleid 212}