1

Edem Kodjo reçoit les hommages du clergé catholique

Mgr Benoit Alowonou témoigne de la foi chrétienne du feu Premier Ministre du Togo, Edem Edouard  Kodjo. Pour l’évêque de Kpalimé, M. Kodjo était un fervent chrétien, un véritable enfant de Dieu qui fait passer Dieu avant toute chose. L’ancien secrétaire général de l’OUA était plus fier d’être chrétien que politique, selon le prélat.

C’est un hommage digne de ce nom que Mgr Alowonou a rendu à Edem Kodjo. Dans un message vidéo divulgué sur les réseaux sociaux, il a soutenu que la disparition de M. Kodjo est une grande perte aussi bien pour l’Afrique, le Togo que pour l’Eglise catholique du Togo.

« Le Togo pleure un de ses fils, l’Eglise Catholique au Togo pleure un enfant, M. Edouard Edem Kodjo. Un homme à plusieurs galons, un homme à plusieurs bonnes médailles » s’est-il attristé.

{loadmoduleid 210}

L’homme de Dieu révèle que le fondateur de Pax Africana  faisait partie des  fidèles qui n’ont jamais eu de la peine à afficher leur foi chrétienne malgré les temps qui courent.

« Il est plus fier d’être chrétien, que d’être homme politique. Il sait qu’il est chrétien avant d’être politique, car il est enfant de Dieu, plongé dans l’eau baptismale avant d’être togolais plongé dans la politique togolaise » a témoigné Mgr Alowonou avant de poursuivre « Il priait. C’est un homme de foi, un homme qui a vécu l’espérance chrétienne ».

Ancien Premier ministre togolais et également ancien Secrétaire Général de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), Edem Edourad Kodjo est décédé en avril dernier  à Paris à l’âge de 82 ans.

Sa dépouille a été ramenée au Togo le 12 août dernier. La messe veillée pour son enterrement a lieu ce mercredi 19 août  à la Paroisse Saints Martyrs de L’Uganda. La messe d’enterrement se fera  à la Cathédrale Sacré Cœur de Lomé.

{loadmoduleid 212}




Edem Kodjo: Pax Africana dément le retour de la dépouille

La famille Kodjo dément le retour de la dépouille mortelle de l’ex-Premier Ministre, Edem Édouard Kodjo au Togo. Selon elle, le corps du défunt est toujours en France où l’ancien secrétaire général de l’OUA  est décédé  en avril  dernier. Les informations relatives à ses obsèques seront communiquées quand ce sera nécessaire.

Des informations ont fait croire que le vol spécial Air France AF 4154 à destination de Lomé de samedi dernier a atterri à 17h 30 avec à son bord plusieurs dépouilles mortelles dont celle d’Edem Kodjo.

L’information est finalement démentie par la famille et la fondation de l’ancien Secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine (OUA).

« Chers tous, Pax Africana et la famille Kodjo démentent les infos autour du rapatriement, ce 23 mai, de la dépouille de l’ex PM Edem Kodjo », a tweeté dimanche Pax Africana.

{loadmodule mod_phocagae,ADS Article}

Par ailleurs, des sources proches de la famille Kodjo informent que la date du rapatriement et de l’enterrement du défunt n’est même pas encore fixée. 

Dans son tweet, l’organisation confirme et promet de donner des détails sur les « obsèques funéraires » quand ils seront programmés.

Âge de 82 ans, Edem Édouard Kodjo, ancien Premier Ministre du Togo, en même temps ancien secrétaire général de l’OUA est décédé le 11 avril dernier à Paris en France à la suite d’une longue maladie.

 {loadmoduleid 233}




Togo: Décès de l’ancien Premier ministre Edem Kodjo

Edem Edouard Kodjovi Kodjo n’est plus. L’ancien Premier ministre togolais et également ancien Secrétaire Général de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) est décédé samedi à Paris à l’âge de 82 ans. Qui était Edem Kodjo ?

Secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine de 1978 à 1983, il fut Premier ministre du Togo à deux reprises, du 23 avril 1994 au 20 août 1996, puis du 9 juin 2005 au 20 septembre 2006. Il a également été gouverneur du Fonds monétaire international (FMI) de 1967 à à 1973.

Edem Kodjo a marqué la vie du Togo pendant plusieurs années. Ancien collaborateur de Gnassingbé Eyadèma, M. Kodjo a été un des dirigeants du Rassemblement du peuple togolais (RPT), alors parti unique. Il a été ministre de l’Économie, puis des Affaires étrangères dans les années 1970.

{loadmoduleid 210}

Son opposition à l’autoritarisme du parti-Etat vers la fin des années 1970 lui a valu un exil en France. Mais au début des années 1990, Edem Kodjo est revenu sur la scène politique togolaise avec le parti Union togolaise pour la démocratie (UTD).  C’est à ce titre qu’il a été désigné candidat unique de l’opposition à l’élection présidentielle de 1993. Mais il ne participera pas à cette élection, sa candidature ayant été retirée par Léopold Gnininvi alors qu’il était en pleine campagne.

Lors des élections législatives de 1994, l’UTD obtient 7 sièges sur 81. En mésentente avec Me Yawovi Agboyibo, Edem Kodjo s’allie avec le RPT et a été nommé Premier ministre. Il occupa ce poste jusqu’en 1996.

C’est alors qu’il avait décidé de renforcer son parti grâce à la fusion avec trois autres partis d’opposition. D’où la création de la Convergence patriotique panafricaine (CPP).

Après la mort de Gnassingbé Eyadèma en 2005, son fils, Faure Gnassingbé a pris le pouvoir et en pleine marasme politique, Edem a été nommé Premier ministre le 9 juin 2005. Il devrait former un gouvernement et rétablir le calme dans un pays qui vient de perdre des centaines de ses fils dans des exactions politiques.

Pax Africana 

En 2007, Edem Kodjo a fait publiquement ses adieux à la politique, après les mauvais résultats de son parti aux élections législatives, du haut de ses 69 ans. Il occupa cependant entre 2007 et 2009 le poste de ministre d’Etat sans portefeuille rattaché à la Présidence de la République togolaise, en qualité de conseiller.

En juillet 2010, il a créé la Fondation Pax Africana regroupant plusieurs anciens Chefs d’Etat et de gouvernements africains pour réfléchir sur questions de paix et de développement sur le continent.

Il avait depuis cette époque pris de la distance vis-à-vis du débat politique togolais, en s’engageant dans la médiation et la facilitation de plusieurs crises en Afrique. En mai 2019, ses problèmes sanitaires ont commencé. Il a été évacué sur Paris pour être pris en charge. Mais la maladie a fini par avoir raison de lui.

{loadmoduleid 212}




Edem Kodjo n’est pas à l’article de la mort, selon Pax Africana

L’ancien Premier ministre togolais, Edem Kodjo est-il mort ? Cette question a circulé sur les réseaux toute la journée de lundi depuis qu’une information a fait croire en sa disparition. Exaspérée, sa fondation a fini par réagir. Pour Pax Africana, l’ancien Secrétaire général de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) n’est pas à l’article de la mort.

La rumeur sur la mort d’Edem Kodjo a été persistante durant le week-end. Elle s’est accentuée lundi sur plusieurs plateformes de discussions sur les réseaux sociaux. Mais l’information donnant le fondateur de la Convergence patriotique panafricaine (CPP) mort s’est avérée fausse.

{loadmoduleid 210}

La réaction de sa fondation a permis de couper court à la rumeur qui continuait de tourner. Pour Pax Africana, Edem Kodjo est bien en vie et n’est pas à l’article de la mort.

« Une source malveillante a fait circuler un fake news annonçant le décès de SEM Edem Kodjo, ancien Secrétaire général de l’OUA, Ancien Premier ministre du Togo et Président de Pax Africana. M. Edem Kodjo est bien en vie et n’est nullement à l’article de la mort », a distribué la Fondation.

L’ancien Premier ministre a eu des ennuis de santé et a été récemment admis  pendant un mois à l’Hôpital américain de Neuilly  entre mai-juin 2019 pour une crise d’AVC. Mais l’homme politique togolais était sorti et se repose près de sa famille à Paris, selon des informations provenant de sa fondation.

{loadmoduleid 212}




Edem Kodjo, 1er Togolais honoré par le « Prix Jugurtha »

Dans le cadre du Programme MED 21, le «Prix Jugurtha 2018» a été décerné à deux personnalités du nord et du sud de la Méditerranée, ainsi qu’à une haute personnalité africaine mercredi à Tunis (Tunisie). Dans cette dernière catégorie, c’est l’ancien Premier Ministre togolais, Edem Kodjo qui a été honoré. 

Edem K. KODJO, ancien Secrétaire général de l’OUA -devenue Union Africaine-, deux fois Premier Ministre du Togo, Membre fondateur de la CEDEAO, ex-Membre du Groupe des Sages de l’UA, a été honoré au titre de «Personnalité africaine» parmi les lauréats 2018 du «Prix Jugurtha».

Taïeb Baccouche (actuel Secrétaire Général de l’UMA-Union du Maghreb Arabe- et ancien Ministre tunisien des Affaires Etrangères) est la personnalité maghrébine du sud de la Méditerranée distinguée pour cette année. Pour la rive nord de la Méditerranée, l’ex Premier Ministre français Dominique de Villepin (également ancien Ministre français des Affaires Etrangères) a été honoré.

{loadmoduleid 210}

Lancé en 2010 à Rome (Italie), le «Programme MED 21» est un réseau regroupant 12 PRIX/DISTINCTIONS destinés à promouvoir l’excellence et la coopération en Méditerranée d’une part, et entre la Méditerranée et le reste du monde d’autre part. Ces PRIX portent en général les noms de personnalités qui ont marqué l’histoire de la Méditerranée, reliant les préoccupations du présent et les aspirations de l’avenir aux racines du passé pour un vivre ensemble dans un monde tolérant. Les personnalités habituellement nominées et distinguées dans le cadre du «Programme MED 21» le sont pour leur contribution significative au renforcement de la coopération méditerranéenne dans divers domaines variés tels que les sciences humaines, les sciences exactes, l’économie, la littérature, le journalisme, la musique, etc.

La principale caractéristique des «PRIX MED» réside dans le fait qu’ils sont décernés concomitamment à trois lauréats : l’un en provenance d’un pays de la rive nord de la Méditerranée, l’autre en provenance de la rive sud, et le troisième provenant d’un pays du reste du monde.




Edem Kodjo: ‘Ce n’est pas seulement de l’extérieur que peut venir la solution’

Edem Kodjo se prononce sur la crise que traverse le Togo depuis deux mois. A travers un communiqué de sa fondation PAX AFRICANA, l’ancien Premier Ministre togolais appelle les différents acteurs à se munir de courage et aller à la discussion. Pour M. Kodjo qui s’offre en médiateur, ce n’est pas seulement de l’extérieur que peut venir la solution.

Le Togo connait depuis le 19 août dernier des manifestations répétées de plus en plus violentes avec des dégâts matériels énormes et des pertes en vies humaines. Une situation qui a assez duré selon la fondation PAX AFRICANA qui indique avoir pris le temps de réfléchir sur la gravité des faits.

L’ancien Premier Ministre relève que les dernières confrontations des 18 et 19 octobre derniers démontrent pleinement que nous sommes loin de la réalisation de nos souhaits. De ce fait, il lance un appel à toutes les parties

« Au nom de l’organisation non gouvernementale PAX AFRICANA dont j’assure la présidence et qui a pour mission d’œuvrer pour la paix en Afrique, je me permets humblement d’interpeller les Hautes autorités nationales, en particulier le chef de l’État, le gouvernement, la classe politique (l’opposition et la sensibilité présidentielle ainsi que la société civile et les invite à prendre l’initiative d’une discussion qui permette de mettre à plat tous les sujets d’incompréhension et d’identifier ensemble les pistes de solutions viables et durables pour le pays », lit-on dans la note de M. Kodjo.

 

{loadmoduleid 210}

Le président de Pax Africana estime que ce n’est pas seulement de l’extérieur que peut venir la solution. Ainsi, propose-t-il ses services de médiateur qui sera sa contribution à la réalisation du grand idéal qui sera la sortie de crise.

« Il est temps de prendre le taureau par les cornes et d’aller courageusement vers les voies d’un dialogue républicain et fécond, susceptible de nous éloigner de cette crise qui se prolonge et s’éternise », conclut la note.