1

Tengue: ‘Vivre et redonner vie à l’océan nécessite un changement de comportement’

Rich results on Google's SERP when serching for 'océan'

Le Togo au travers le ministère de l’économie maritime, de la pêche et de la protection côtière a observé mardi la Journée mondiale des océans, édition 2021. L’événement a permis de sensibiliser l’ensemble de la population sur les bonnes pratiques en matière de protection et de gestion durable des océans. A l’occasion, le ministre en charge du secteur, Edem Kokou Tengue a prévenu du risque encouru avec la négligence de l’océan.

La journée a été marquée mardi par une rencontre du ministère avec les collectivités locales, les chefs traditionnels, les CVD, les CDQ, les organisations de la société civile et les communautés des pêcheurs qui s’est déroulée à Lomé.

L’activité a été une occasion de sensibiliser les populations du littoral sur les conséquences liées à la pollution par les plastiques et à la dégradation du milieu marin. De même, elle a renforcé la synergie d’action et de coopération entre les parties prenantes. Enfin elle  a permis d’assainir en collaboration avec les collectivités locales, les lieux et places insalubres aux fins de réduire les risques de contamination liés à la prolifération des maladies hydro-fécales auprès des populations.

Ceci à l’issue de  3 communications dont les thèmes sont  ‘’l’importance de la Journée mondiale des océans’’, ‘’l’océan : vie et moyens de subsistance’’ et ‘’contribution des collectivités locales dans la lutte contre la pollution marine au Togo’’.

La réunion a été ouverte par  M. Tengue, en présence du ministre conseiller pour la Mer, Stanislas Baba et d’autres personnalités.

Le ministre en charge de l’économie maritime, a rappelé que vivre et redonner vie à l’océan nécessite un changement de comportement  vis-à-vis du mode de consommation et de fonctionnement.

« Si nous ne changeons pas notre façon de vivre et de fonctionner, beaucoup de gens perdront leur moyen de subsistance. Les plus pauvres seront les plus affectés. La migration deviendra le dernier  recours », a martelé M. Tengue.

Le ministre a souligné que la journée du 8 juin interpelle collectivités locales,  usagers, sociétés civiles, services techniques, ONG, Associations, CDQ, femmes et jeunes à agir en synergie et renforcer le partenariat en faveur de la gestion durable de l’océan et de la mer au niveau national.

« Ainsi, nous pourrons redonner vie à nos océans, lutter contre toutes formes de dégradation qui pèsent sur notre océan et œuvrer efficacement à l’atteinte des objectifs inscrits dans la feuille gouvernementale 2025  et faire de notre pays un hub logistique conformément à l’axe 1 du PND » a-t-il ajouté.

Une journée des océans riche en activités

En prélude à l’événement qui marque l’apothéose de la Journée Mondiale de l’0céan (JMO) de cette  année au Togo, le ministère a eu à  concevoir des outils de sensibilisation, organiser une campagne  de sensibilisation de masse, tenir des réunions techniques préparatoires et à observer l’opération « Plage Propre ou Clean Beach ».

Il y a eu lundi à Aného, une séance sensibilisation des populations des lacs sur la protection des océans et de leurs ressources. Les communications ont tourné autour du rôle primordial de cette réserve naturelle, de la contribution des collectivités locales à la lutte pour sa protection, des menaces auxquelles elle, la biodiversité marine, le climat… sont confrontés dus à l’action anthropique entraînant entre autres l’érosion côtière, la disparition de certaines ressources marines avec un impact évident sur la santé, le bien-être et l’économie nationale.

Il a été évoqué les voies et moyens de protection du littoral togolais. Le maire de la commune des Lacs 1, Alexis Aquereburu et le Ministre conseiller pour la Mer, Stanislas Baba ont pris part à l’activité présidée par le ministre de l’économie maritime, de la pêche et de la protection côtière.

La JMO a été instituée en 2008 par l’assemblée nationale des Nations Unies. La journée vise à célébrer les merveilles de l’océan, à rendre hommage à sa  beauté et richesse, à sensibiliser le public sur ses rôles  et à mobiliser les populations autour des menaces qui pèsent sur les océans.

« Nous devons notre vie à la mer, nous devons en prendre soin… Sinon nous mourrons de la mer », avait exhorté le ministre Baba.

Notons que le Togo est le premier pays Africain à se doter d’un Haut conseil pour la mer. Dans le cadre de la feuille de route 2020-2025, le pays s’est fixé 2 objectifs prioritaires à savoir : la promotion de l’économie bleue  pour dynamiser la création d’emplois et la protection de l’environnement marin et côtier.

Le pays de Faure Gnassingbé a déjà ratifié plusieurs conventions Internationales. Elles sont relatives à aux répressions d’actes illicites en mer, aux interventions en haute mer en cas de piraterie, à l’instauration d’un Fond d’indemnisation des victimes. Sans oublier l’élimination de la pêche INN. Le pays a été pris un décret nommant un comité d’hydrographie, d’océanographie et de cartographie.




Togo: Cap sur une gestion durable des côtes

Il a été observé jeudi la journée mondiale de la mer. L’évènement n’est pas passé inaperçu au Togo. La ministre des infrastructures et des transports, Zouréhatou Kassah-Traoré a livré un message circonstanciel et des poubelles géantes ont été offertes à l’hôtel Sarakawa. Le don a été remis en présence de Hubert Bakaï, le Directeur des Affaires Maritimes (DAM). Ces poubelles serviront à la collecte des déchets à la plage de cet hôtel.

« Transports maritimes durables au service d’une planète durable », c’est le thème sous lequel a été placée cette année la journée mondiale de la mer. A travers ce thème l’Organisation maritime internationale (OMI) appelle les pays à œuvrer à la réalisation des objectifs des Objectifs de développement durable (ODD) l’horizon 2030.

{loadmoduleid 220}

Si l’importance des mers n’est plus à démontrer, il convient de faire remarquer que les mers et les zones côtières sont fragiles et menacées. Elles font l’objet d’une exploitation effrénée. Depuis peu, les mers sont confrontées à l’accroissement de la température des eaux entraînant l’élévation de leur niveau.

Au Togo, les autorités font face à plusieurs préoccupations dont les défis liés à gestion de la zone portuaire et à l’occupation anarchique du littoral. Raison pour laquelle les autorités ont retenu le thème national : « Le domaine public maritime dans le contexte d’une gestion durable des côtes ».

Les autorités maritimes togolaises ont donc profité de l’occasion pour sensibiliser les acteurs du transport maritime, les responsables des collectivités territoriales, les élus locaux et les populations sur les dispositions juridiques et administratives relatives à l’exploitation des ressources et espaces maritimes.

« Les occupations anarchiques du littoral engendrent une exacerbation et une prolifération des déchets plastiques qui participent à la dégradation de l’environnement et du cadre de vie », a indiqué Zouréhatou Kassah-Traoré, la ministre des infrastructures et des transports dans un message.

La journée a été également marquée par un don symbolique de poubelles géantes pour la collecte  des déchets de la plage de l’hôtel Sarakawa. Le don a été remis à Nathalie Bitho, l’Administrateur de l’Hôtel Sarakawa par Bignoite Komia, le Directeur de cabinet de la ministre des infrastructures et des transports. C’était en présence de Hubert Bakaï, le Directeur des Affaires Maritimes (DAM) et une partie de son personnel.

{loadmoduleid 220}




« Marine &Océans » étale le dynamisme du CMAF

Le N° 263 de la revue trimestrielle, « Marine & Océans » vient de paraitre. En couverture, Faure Gnassingbé, Président de la République du Togo, le nouveau numéro est spécialement dédié à l’Afrique francophone et la mer, et illustre le dynamisme du Cluster Maritime de l’Afrique Francophone (CMAF) créé il y a moins de 4 mois. La revue a été présentée mercredi à la presse par Eric Adja, Directeur du Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’OIF, Charles Gafan, Président du CMAF et son Secrétaire général, Ernest Tindo.

Dans ce numéro spécial, de « Marine & Océans » produit grâce à la coopération entre la rédaction de la revue et le CMAF, le Togo y est mis en avant. Ceci grâce à son port en eau profonde qui fait de lui l’une des principales places maritimes de l’Afrique de l’Ouest, et du fait qu’il abrite le siège du CMAF. 

Faure Gnassingbé y  figure en couverture et signe un article qui ouvre la revue en pointant l’économie maritime comme un secteur un secteur d’avenir pour l’Afrique.

« Ce n’est pas anodin de voir le Chef de l’Etat togolais en couverture de ce numéro spécial. Puisque Faure Gnassingbé est désigné par l’Union Africaine comme le champion de la sécurité maritime en Afrique » a expliqué M. Tindo. 

L’ambassadeur de France au Togo présente la genèse du CMAF alors que Charles Gafan décrit l’économie bleue comme un secteur prioritaire en Afrique.  De son côté, M. Adja énonce la stratégie de la Francophonie en matière d’économie bleue.

{loadmoduleid 210}

De même, d’autres membres du conseil d’administration du CMAF issus d’autres pays que le Togo ont signé des articles dans ce numéro en parlant de la Francophonie et l’économie bleue, du maritime et la langue française, de la jeunesse et l’économie bleue, du transport maritime en Afrique, des ports africains, de la protection des ressources halieutiques et la sécurité maritime.

Somme toute, la  nouvelle parution illustre le dynamisme du CMAF dont la vocation est de  rassembler tous les acteurs du maritime en Afrique francophone.

Avec actuellement 21 pays membres, le CMAF a  pour objectif principal de promouvoir « la place maritime régionale » et soutenir le développement des acteurs économiques du milieu marin, dans une finalité de développement durable.

Charles Gafan, son président en appelle à une adhésion massive afin que le défi lancé soit relevé pour l’intérêt de tous les pays d’Afrique francophone.

{loadmoduleid 212}




Présence remarquable du Groupe Bolloré aux journées des métiers de la mer

Avec un stand à la hauteur de ses ambitions pour le Port autonome de Lomé, Bolloré Transport & Logistics Togo marque de son aura les premières journées portes ouvertes sur les métiers la mer. L’activité se déroule à l’Université de Lomé du 16 au 18 avril. Les filiales du Groupe Bolloré Togo prennent activement part à ces journées et expliquent aux étudiants les énormes opportunités d’emplois ainsi que les différentes activités que mène Bolloré Transport & Logistics.

Sur l’espace aménagé, par le groupe, les équipes entretiennent des groupes d’étudiants sur les métiers et les opportunités du secteur.

Il est notamment expliqué aux jeunes qu’il y a plusieurs opportunités d’emploi dans le domaine maritime. L’exemple présenté est la société Togo Terminal. Une société de droit togolais, dirigée complètement par des togolais et qui emploie aujourd’hui plus d’un millier de personnes.

Présent au Togo depuis plus d’une soixantaine d’années, le groupe Bolloré participe à la vie socioéconomique du Togo. Il est aujourd’hui identifié comme le précurseur du rayonnement du Port autonome de Lomé (PAL). 

{loadmoduleid 210}

Ses dirigeants expliquent ainsi leur totale adhésion au Programme national de développement (PND) du Togo qui couvre la période 2018-2022. L’axe 1 du plan vise à faire du Togo un hub logistique dans la sous-région. La société Bolloré Transport & Logistics s’est investie pour le rayonnement du Port de Lomé comme seul port en eau profonde de la sous-région en lançant en 2011 les travaux d’extension et de la modernisation du 3e quai.

Pour les responsables de la société, la présence des filiales aux JPO sur les métiers de la mer devra permettre aux jeunes de s’intéresser à un secteur sur lequel ils interviennent à chaque niveau de la chaîne et pour lequel ils déploient un savoir-faire inégalé.

Durant les 3 jours, les filiales du groupe proposent des séances d’informations sur leurs métiers et les carrières professionnelles possibles ainsi que les rencontres avec les responsables des Ressources humaines. 

 




Début des 1ères journées portes ouvertes sur les métiers de la mer

Les premières journées portes ouvertes sur les métiers de la mer ont démarré mardi à l’Université de Lomé. Les activités de ces journées ont été lancées par le ministre des infrastructures et des transports, Zoureatou Tcha-Kondo et son collègue de l’enseignement supérieur et de la recherche, Koffi Akpagana. Durant trois jours, les jeunes togolais seront informés sur les métiers porteurs dans le secteur maritime.

L’activité se déroule à l’Université de Lomé et s’inscrit dans la logique  du Plan National de Développement (PND) qui ambitionne entres autres de faire du Togo un hub logistique. Les intervenants à l’ouverture de ces JPO ont invité les étudiants à embrasser les métiers de la mer.

Pour le Directeur des Affaires maritimes, Hubert Bakaï les JPO visent à accompagner la mise en œuvre du PND à travers son ambition de faire du Togo un hub logistique en préparant les jeunes à s’intéresser aux métiers de la mer.

« Il s’agit donc de répondre au plus près à la demande de chaque visiteur désirant s’orienter dans les métiers de la mer mais également d’offrir un panorama de débouchés potentiels de ce secteur très diversifié : pêche, acquacultur, navigation, économie maritime, marine nationale, marine marchande, protection de l’environnement marin, construction naval, recherche scientifiquement, etc », a expliqué Hubert Bakaï.

Depuis quelques années, le Togo a décidé de promouvoir son économie bleue. Pour la ministre en charge des transports, de nombreux entrepreneurs dans le domaine maritime sont à la cherche d’une main d’œuvre qualifiée. Zoureatou Tcha-Kondo invite les jeunes togolais à s’intéresser à ce secteur qui offre plusieurs possibilités.

Abondant dans le même sens, Prof Koffi Akpagana a estimé que l’Institut des métiers de la mer de l’Université de Lomé est une parfaitement illustration de l’engagement des autorités togolaises à développer le secteur maritime pour l’essor économique du pays.

« J’invite la jeunesse estudiantine à tirer tout l’avantage de ces journées et à profiter de la présence des opérateurs du secteur maritime ici à l’Université de Lomé pour des échanges fructueux dans la perspective d’élaboration des projets professionnels », a lancé le ministre.

{loadmoduleid 210}

Durant les 3 jours d’activités, la direction des affaires maritimes, la présidence de l’université de Lomé à travers l’Institut des Métiers de la Mer (I2M), les instituts et écoles de formations invités du Bénin, de la Côte d’Ivoire et de France vont animer plusieurs panels pour aider les jeunes à comprendre la nécessité de s’orienter vers les métiers de la mer. Les panélistes seront appuyés par les professionnels du secteur qui partageront leurs expériences.

Par ailleurs, des experts nationaux et internationaux entretiendront les participants sur divers sujets, notamment : les métiers de la mer et les opportunités de formation au Togo et dans la sous-région,  les missions des affaires maritimes et l’application du code ISPS dans les installations portuaires au Togo, les pratiques de pêche maritimes et les opportunités d’emplois,  la contribution des riverains de la côte au développement du tourisme balnéaire, la recherche scientifique dans le domaine maritime, le droit maritime, le transport maritime, la manutention etc.

Plusieurs entreprises du domaine maritime exposent à l’Université de Lomé dans le cadre de ces Journées portes ouvertes.