1

CNJ-Togo: En fin de mandat, Batchassi équipe les démembrements

Le bureau national du Conseil National de la Jeunesse (CNJ-Togo) aux commandes depuis 2015 laisse des traces au soir de son règne. A quelques jours de l’élection d’un nouveau bureau, l’équipe chapeautée par Régis Lidaouessodjolo Batchassi a procédé jeudi à l’équipement des conseillers régionaux  et préfectoraux de l’institution. Des matériels d’assainissement et informatiques ont été offerts aux différents démembrements du Conseil pour la bonne marche de son fonctionnement.

Les matériels remis par le bureau national du CNJ-Togo aux  conseillers régionaux de jeunesse et aux  conseillers préfectoraux de jeunesse sont composés  de râteaux, de brouettes, de houes, des coupes et des outils informatiques.

Selon Régis Batchassi, président du CNJ, le matériel d’assainissement a été offert dans le but de permettre à la jeunesse d’être au rendez-vous des activités citoyennes dans leur localité en l’occurrence journée Togo propre  qui a lieu  chaque 1er samedi du mois. 

{loadmoduleid 210}

La réhabilitation de la salle informatique quant à elle devrait aider les bénéficiaires à être opérationnels  dans les activités administratives.

Un geste qui intervient à la fin du mandat de l’actuel bureau du CNJ mais qui a un tout son sens selon les donateurs.

« Il n’est jamais trop tard pour agir. Nous avons eu un an sans rien faire parce que justement on manquait de ces matériels. Et si au soir de notre mandat nous arrivions à marquer un bon pas je pense que c’est à saluer. Le plus important c’est qu’on ait puisse faire quelque chose qui permet au Conseil d’avancer », a expliqué Régis Batchassi.

Rappelons que le processus du renouvellement du bureau actuel du CNJ-Togo a pris fin depuis avril 2018. Bientôt aura lieu l’élection d’un  nouveau bureau national de onze (11) membres.




Le CNJ prêche aux jeunes le bon usage des TICs et des réseaux sociaux

Le conseil National de la Jeunesse (CNJ)  promeut l’éducation aux valeurs citoyennes et à l’auto-emploi des jeunes à travers l’usage des Nouvelles Technologies, de l’Information et de la Communication (NTICs). Il a ouvert vendredi à Lomé une session de deux jours sur le renforcement de capacités des jeunes sur « les opportunités et défis liés à l’usage des NTICs et des réseaux sociaux pour les jeunes ». L’initiative se veut être un cadre de campagne de sensibilisation sur les valeurs citoyennes et au respect des principes d’éthique et de responsabilité sur les réseaux sociaux.

Selon les organisateurs, cette session de renforcement de capacités fait suite au constat selon lequel beaucoup de jeunes  se servent de l’utilisation détournée des réseaux sociaux pour compromettre, le respect des droits de l’homme et l’atteinte des objectifs du développement durable.

L’objectif est donc de  promouvoir l’éducation aux valeurs citoyennes et à l’auto-emploi  des jeunes à travers l’usage des NTICs.

« Le renforcement des capacités des jeunes s’impose comme une alternative pour la placer au cœur de la révolution technologique en tant qu’activistes de promotion de valeurs citoyennes, de l’éthique, de la responsabilité et en tant qu’innovateur et créateur de richesses à travers l’industrie numérique », a souligné Régis Batchassi, Président du Conseil.

{loadmoduleid 210}

Plus de 60 jeunes de toutes les régions du Togo et de toutes les catégories socioprofessionnelles sans distinction d’aucunes sortes prennent à part à l’atelier.

Les communications tournent autour de la Révolution numérique et accessibilité des NTICs aux jeunes ; Réseaux sociaux et promotion des valeurs citoyennes ; Réglementation sur les réseaux sociaux et des Opportunités en matière et d’emploi : e-learning,  e-market, e-administration.




CNJ: Impliquer la jeunesse dans la dynamique du développement du Togo

Le Conseil national de la jeunesse (CNJ) est décidé à accompagner les organisations de jeunes pour leur permettre d’être plus efficaces et efficientes et s’impliquer pleinement dans la dynamique du développement du Togo. La faîtière des organisations et mouvements de jeunes a ouvert jeudi à Lomé une session de renforcement des capacités de 35 leaders d’association de jeunes membres du CNJ sur « le rôle de la jeunesse dans la mise en œuvre de la feuille de route de l’Union Africaine et l’exploitation du dividende démographique ».

La formation qui s’inscrit dans le cadre de la Journée africaine de la jeunesse célébrée chaque 1er novembre, a pour objectif de donner aux participants les moyens de pouvoir s’approprier les piliers de la mise en œuvre de la feuille de route de l’UA, les initiatives entreprises par le gouvernement pour accélérer la mise en œuvre de cette feuille de route et de jouer également leur partition pour contribuer à l’atteinte des résultats des différents programmes qui sont élaborés en la matière.

« La présente session de formation permettra également aux participants de discuter du thème de l’année qui a été retenu par l’UA et qui veut faire entendre la voix des jeunes dans le lutte contre la corruption. Aussi s’agira-t-il d’amener les jeunes à travers les communications qui seront programmées de pouvoir cerner les pratiques, les exemples de réussite, les pratiques d’éthique en matière de gouvernance pour les expérimenter au niveau de leurs différentes associations, de leurs communautés et aider également à construire des groupes et des communautés basées sur des valeurs de l’UA, des valeurs d’éthique et des valeurs de promotion de la bonne gouvernance pour une performance dans les résultats des projets qu’ils développent », a laissé entendre Régis Batchassi, président du CNJ.

Kanazogo Kossi Mensah, chargé de programme population et développement à l’UNFPA et formateur, a pour sa part, énuméré les quatre (4) grands piliers  thématiques sur lesquels se focalise la feuille de route de l’UA à savoir emploi et entrepreneuriat, éducation et développement des compétences, santé et bien-être et puis droit de l’homme, gouvernance et promotion des jeunes, à travers lesquels des actions sont préconisées au niveau continental et de chaque pays.

{loadmoduleid 210}

Pour lui, chaque pays devra domestiquer ces plans d’action pour que les initiatives soient prises au niveau national et faire en sorte que les actions prévues soient menées.

« Dans la mise œuvre de ces plans d’action de la feuille de route de l’UA, les jeunes ont un rôle à jouer. D’abord, il faut qu’ils soient prêts à capturer les opportunités qui vont être créées  lorsque l’Etat investit dans l’emploi des jeunes. Ensuite, il faut qu’ils aient la compétence nécessaire et le profil pour accéder à ces emplois décents. Enfin, ils doivent être en mesure de voir au niveau du plan d’action de l’UA, dans quel domaine leur association intervient et dans quelle mesure ils peuvent s’impliquer dans la résolution des actions préconisées.», a indiqué Kanazogo Kossi Mensah.




Foire Adjafi: le CNJ outille les jeunes pour une participation réussie

Le Conseil National de la Jeunesse (CNJ)  est déjà dans la fièvre de la 7è édition de la foire des jeunes entrepreneurs, Foire Adjafi. En prélude à ce rendez-vous commercial et d’affaire qui démarre le  30 août prochain, le Conseil a formé mercredi à Lomé les siens  qui entendent exposer à la foire sur « Les défis de la qualité et de l’innovation chez les jeunes entrepreneurs ». L’initiative du CNJ vise à contribuer à la promotion de l’auto emploi et à la création de richesses à travers le renforcement des capacités des jeunes entrepreneurs.

Ils sont environ une soixantaine de jeunes entrepreneurs, exposants à la prochaine foire  ayant vu leurs capacités renforcées par  du CNJ,  qui se dit convaincu que le redressement économique du Togo et sa croissance passent par la création de la richesse.

Il  leur a été notifié qu’ en matière d’innovation il y a  dans le management d’une entreprise plusieurs maillons : la  production, la commercialisation et la distribution constituant la  chaine de valeurs.  Et qu’à chaque niveau de la chaine il faudrait assurer  une dynamique en s’adaptant aux besoins du moment sur le marché national et international.

{loadmoduleid 210}

La formation  a aussi offert  l’occasion aux jeunes entrepreneurs de s’imprégner de nouvelles opportunités dont ils doivent s’en servir pour booster leurs affaires.

« Pour nous il s’agit d’amener les jeunes à utiliser les nouveaux canaux qui s’offrent à eux, les nouvelles opportunités notamment les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (ndlr), pour promouvoir leurs entreprises. Il s’agit aussi de les amener à s’adonner à la culture de réseautage », a expliqué Régis Batchassi, Président du Conseil.

Ils ont été également outillés sur l’importance du civisme fiscal dans les passations des marchés publics et sur  les différents défis de l’éco-entrepreneuriat au sein des jeunes entrepreneurs à relever.

A terme, un comité de conseil et de suivi a été mis en place. Son rôle, suivre l’évolution les actions des entreprises ayant participé au programme, les conseiller et éventuellement leur apporter l’assistance nécessaire.




CNJ: 10 ans d’expériences au service de la jeunesse togolaise

Le Conseil National de la Jeunesse (CNJ) a présenté jeudi à Lomé le bilan de ses 10 années d’activités. C’était à la suite de la rencontre d’échanges sur la mise en  œuvre de la charte africaine de la jeunesse au Togo tenue à l’université de Lomé. L’évènement donne le ton aux activités inscrites  dans le cadre de la célébration du jubilé d’étain de cette plateforme des jeunes.

Cela fait dix ans déjà que le CNJ a été institué au profit de la jeunesse togolaise. Ce jour,  le bureau national  évalue le chemin parcouru à travers la mise en œuvre de la charte africaine de la jeunesse au Togo, un document de référence au niveau de l’Union Africaine qui souligne la nécessité de disposer au sein  de chaque Etat d’un cadre de concertation des jeunes pour favoriser leur participation au processus du développement.

Pour Régis Batchassi, Président du CNJ, au vu des efforts menés, son institution a connu une noble traversée  avec à l’actif des acquis pour la jeunesse togolaise à travers divers plaidoyers.

Des plaidoyers ont permis à la jeunesse togolaise de trouver des emplois, de recevoir des éducations de qualité, de bénéficier des renforcements de capacités.  Ils  ont aussi permis d’intensifier les actions liées à la promotion du civisme et de la citoyenneté et surtout l’implication  plus accrue  de la jeunesse dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques de développement. De quoi se réjouir  M. Batchassi qui a conscience des défis à relever.

« Pour nous c’est un résultat satisfaisant à côté de nombreux défis qui restent à relever notamment l’appropriation plus large du Conseil par les jeunes en suscitant une  grande utilité  en eux », s’est-il félicité.

{loadmoduleid 210}

Autre défi à relever,  le renforcement des capacités techniques et organisationnelles des associations des jeunes afin de les rendre plus opérationnelles pour bien accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre des politiques de développement.

La célébration des 10 ans d’existence du CNJ se poursuivra jusqu’à la fin de l’année. Elle portera essentiellement sur les activités  que ses 400 associations membres et  organisations auront à mener durant cette période.

Rappelons que le CNJ est un cadre de concertations, d’expressions et d’actions de la jeunesse togolaise pour sa participation au processus de développement. Elle a pour mission d’assurer la pleine effective participation des jeunes au processus de développement et de prise de décisions.




Un Club civique à Aného pour promouvoir un esprit citoyen des jeunes scolaires

Le Conseil National de la Jeunesse (CNJ –Togo) poursuit l’installation  des clubs civiques dans le cadre de son programme qui vise à renforcer l’éducation citoyenne auprès des jeunes. Après le renforcement de capacités d’un certain nombre d’enseignants à l’éducation civique, l’élaboration et la validation du manuel de formation civique, le bureau national du CNJ s’est rendu jeudi à Aného à 47 Km de Lomé où il a procédé à l’installation d’un club civique à CEG Zébévi. L’événement a été placé sous le thème « Jeunesse, participation à la vie citoyenne et démocratique ».

Le programme du CNJ visant à renforcer l’éducation citoyenne auprès des jeunes est une solution à l’amenuisement voire la disparition de l’enseignement de l’éducation civique dans les écoles togolaises ces dernières décennies.

Elaboré avec l’appui de la Fondation Hanns Seidel (FHS), ce programme dont l’objectif général est de contribuer à l’amélioration de l’éducation civique au Togo pour l’obtention des citoyens responsables pour une meilleure participation au développement au Togo a déjà connu des avancées significatives.

C’est pour consolider celles-ci que le CNJ se propose d’installer de nouveaux clubs civiques à Aného, Tsévié et à  Kpalimé.

Et pour la première expérience de cette nouvelle phase, le Conseil était au CEG Zébévi où il a mis sur pied un club civique composé de trente (30) élèves.

{loadmoduleid 210}

Selon le communiqué relatif à l’événement dont copie a été transmis à Togo Breaking News, les enseignants-encadreurs responsables des clubs civiques se devront de dégager une thématique sous-tendant de problèmes socio-politique et culturel d’ordre public que connait la société ou leur communauté. Il sera alors demandé aux groupes constituant chaque club civique de proposer de solutions face à cette thématique.

« Chaque groupe aura au plus six mois pour travailler sur la question et présenter la quintessence des solutions identifiées et proposées. Les dites présentations se feront sous la houlette de l’enseignant-encadreur par cycle à durée co-définie par les parties prenantes », a ajouté le communiqué.

Des clubs civiques pilotes  ont été déjà implantés à Baguida, Dapaong, Sokodé et à Atakpamé. Le but poursuivi est de renforcer l’esprit civique et citoyen des jeunes scolaires et contribuer au renforcement de la cohésion nationale.




Régis Batchassi et le CNJ tiennent au respect des Institutions de l’Etat

Le Conseil National de la Jeunesse (CNJ) n’a pas du tout aimé la dernière sortie médiatique de l’association « MI SI TE » qui proposait notamment la dissolution de toutes les institutions de la République pour une sortie de crise au Togo. Cette prise de position purement politique de cette association qui se réclame du CNJ  a obligé Régis Batchassi, le président de la plateforme nationale des jeunes a rappelé mercredi à l’opinion le statut apolitique de l’organisation qu’il préside. Il évoque d’éventuelles sanctions contre l’association « MI SI TE » dans les jours à venir.

Devant la presse mercredi, le CNJ a déploré le non-respect par certaines organisations de jeunes, de la disposition relative au statut apolitique des organisations des jeunes, membres, affilées ou sympathisants à but social et qui est passible de sanctions conformément aux statuts régissant le CNJ.

Sur le tapis, la sortie de « Mi Si Te » le weekend  dernier qui a semblé prendre la place des politiques.

Les propos tenus par cette association qui ne serait pas un  membre légal du CNJ sont considérés comme des dérapages. Selon Regis Batchassi, MI SI TE a approché le bureau du CNJ en 2016 et a manifesté son désir d’y adhérer.

{loadmoduleid 210}

Et avec ces déclarations qui font état d’une dissolution de toutes les institutions de la République, le renoncement à la Constitution de 1992 et la démission de Faure Gnassingbé entre autres, MI SI TE risque son exclusion du CNJ.

« Les textes prévoient que dès que de telles violations sont commises par un membre il faut que celui soit convoqué pour fournir des explications. Si le concerné fait amende honorable il pourrait être gracié. Au cas contraire il est exclu de notre plateforme nationale des jeunes », a résumé le Président du CNJ avant d’ajouter que Komlanvi Fafanevah Kloutsé, le premier responsable de MI SE TE a déjà décliné l’invitation d’explication qui lui a été adressée par le bureau national du CNJ.

M. Batchassi et les siens réaffirment leur stabilité à la sensibilité et à la gage de promotion de la jeunesse et du développement socioéconomique du Togo.

Ils exhortent les organisations de  jeunes à adopter des comportements civiques notamment le respect des institutions de l’Etat, des textes qui régissent le fonctionnement de l’Etat et lancent un appel à la non-violence et à la préservation de la chose publique.




Le tandem CNJ-CJD vole au secours du CHU Campus

Le Conseil National de la Jeunesse (CNJ) démarre l’année 2018 avec une activité citoyenne et un geste de solidarité à l’endroit des patients. Avec l’appui du Collectif  des Jeunes pour le Développement (CJD), il était allé donner un coup de balai au CHU Campus samedi. L’opération a été couplée du don de produits pharmaceutiques au service des urgences dudit centre.

Selon Régis Batchassi, Président National du Conseil, l’initiative s’inscrit dans le cadre des journées Togo Propre décrétées par le gouvernement, et vise à contribuer à l’amélioration du bien-être des populations en milieu hospitalier.

« C’est une action citoyenne mais aussi une occasion saisie par le CNJ et le CJD à appeler la population en général, et les jeunes en particulier à observer des règles d’hygiène afin de préserver la santé durant cette année », a ajouté M. Batchassi.

L’opération a mobilisé, responsables du CHU Campus, du ministère en charge de la formation civique et plus d’une centaine de membres du CNJ et du CJD.

En marge de l’opération de salubrité, à travers le projet  » Un geste pour une vie » initié par le CJD, un apport en bien-être psychologique a été fait aux patients par le biais des dons de produits pharmaceutiques de premières urgences.

{loadmodule mod_phocagae,ADS Article}

Les dons été remis au Dr Yawo Apelete Agbobli, directeur du CHU Campus. Ce dernier a apprécié le geste du CNJ à sa juste valeur. Il promet en faire un bon usage.

« Ces médicament viennent appuyer ce que le CHU a déjà. Ils vont être utilisés pour la prise en charge des vrais cas d’urgence et pour la prise en charge des patients qui arrivent souvent démunis. Rassurez-vous ces produits ne vont pas servir aux plus influents mais aux vrais nécessiteux », a indiqué Dr Agbobli.

Le CNJ compte renforcer dans les jours à venir ces genres de gestes pour témoigner  davantage sa solidarité aux divers patients du Togo.




Le CNJ mobilise les jeunes élèves d’Atakpamé pour la citoyenneté

Le Conseil National de la Jeunesse du Togo (CNJ) avec l’appui de la fondation Hans Seidel et la direction de la formation civique a fait don de document de travail vendredi aux élèves du CEG Doulassamé à Atakpamé (158 km de Lomé). La cérémonie de remise a été couplée de l’installation des membres du club civique.

Pour les initiateurs, la démarche vise à outiller les élèves sur les notions du civisme et les problématiques qui les entourent afin de leur permettre de mieux cerner et de proposer des solutions concrètes à ces problèmes dans les communautés. La finalité de ce projet est de permettre aux jeunes élèves de participer activement à la prise des décisions qui les concernent.

A l’occasion, les élèves ont suivi une présentation sur le manuel de la formation des jeunes à la participation citoyenne et comment élaborer un portefeuille de classe.

{loadmoduleid 210}

Le directeur du CEG a réceptionné d’une manière symbolique le don composé des affiches, des documents de travail et de sensibilisation et un tableau. 

« L’incivisme prend de l’ampleur alors que c’est une évidence qu’on ne peut pas développer sans l’appropriation des valeurs civiques et citoyenne. C’est pourquoi le CNJ avec l’appui des partenaires a élaboré un programme de formation citoyenne pour les élèves », a déclaré Koboyo Fawi, secrétaire national à la formation du CNJ.

En ce qui concerne le club civique, sa mission consiste à diagnostiquer les problèmes dans les communautés, proposer des solutions, sensibiliser les autres élèves sur les différents problèmes pour lutter contre ces problématiques dans les communautés.

Anathéré Talim, chef division production à la formation civique a salué l’initiative du CNJ. Pour lui, les manuels permettront aux enfants de capitaliser les acquis du civisme et tirer des leçons pour l’avenir.




A Adétikopé, le CJD et le CNJ lancent un appel aux jeunes et aux acteurs politiques

Le Collectif des Jeunes pour le Développement (CJD) et le Conseil National de la Jeunesse (CNJ) ont posé leurs valises jeudi dans la localité d’Adetikopé (20 km de Lomé) dans le cadre de la tournée nationale d’informations  et d’échanges prévue par le projet « Agir pour Bâtir la Cité ». Dans cette localité, les deux organisations ont entretenu la jeunesse sur la préservation de la paix, gage de tout développement. C’est le préfet de Zio, Etienne Kadévi Kodjo Etse a ouvert la séance en présence du Président du CNJ, Régis Batchassi et du Secrétaire général de la préfecture d’Agoènyivé, Essohana Kazandou.

La séance s’est déroulée sous le thème : « Culture de la paix : Citoyenneté, entrepreneuriat et autonomisation des jeunes ». Et pour Régis Batchassi, l’initiative vise à préserver et consolider la paix surtout en ces moments où le Togo traverse une crise politique.

« Au cours de ces rencontres initiées par le CJD et le CNJ, il est donc important pour nous de se pencher sur les causes de cette situation qui se retrouvent dans l’ignorance des valeurs citoyennes, mais également d’échanger sur les opportunités d’épanouissement de notre jeunesse et de convenir sur des pistes de solutions adaptées à nos milieux en vue d’un essor harmonieux, à la fois collectif et individuel », a-t-il déclaré.

Pour sa part, le préfet de Zio a invité les populations togolaises à promouvoir les vertus du vivre ensemble, la cohésion et la compréhension mutuelle. Il a également invité les jeunes à saisir les opportunités qu’offrent les gouvernants pour entreprendre afin d’avoir une autonomie.

A l’occasion, un appel a été lancé à l’endroit des acteurs politiques togolais et ceux qui peuvent contribuer à la résolution de la crise.

Dans  le document, les responsables  du CJD  et du CNJ appellent tous les acteurs  politiques à arrêter  la manipulation des jeunes dans la crise en cours. Ils invitent tous les leaders politiques  à privilégier le dialogue et le consensus pour parvenir à une solution politique sur la question des réformes.

{loadmoduleid 210}

Aux chefs traditionnels, le CJD et le CNJ demandent de s’impliquer dans la recherche des voies et moyens  pour préserver à tout prix  la paix dans leurs localités.

Les deux organisations invitent aussi les responsables des organisations de la société civile  et des comités de développement à  identifier  les opportunités  d’emploi  et d’activités génératrices de revenus  afin de sortir les jeunes Togolais de la précarité  et de la vulnérabilité.

La déclaration du CJD et du CNJ demande au gouvernement de prendre des dispositions  pour assurer la sécurité  des personnes et des biens au cours des manifestations.

De même, ils invitent les jeunes  au sens  du civisme afin d’éviter de détruire les biens publics et privés.