1

Ciment: ATC interpelle le gouvernement

Rich results on Google's SERP when searching for 'Ciment'

L’Association Togolais des Consommateurs, (ATC) n’est pas contente du gouvernement relativement à son silence face à l’augmentation du prix du ciment de CIMTOGO. Cette organisation de défense des droits de l’homme demande une réaction des autorités togolaises pour éclairer l’opinion au sujet de l’augmentation des prix.

C’est à travers un communiqué rendu public mercredi que l’ATC a manifesté son indignation face au mutisme des autorités togolaises.

Depuis le 17 octobre 2021, le prix usine de la tonne de ciment a connu une augmentation selon la volonté de la société de production, CIMTOGO. Il est passé de 76 0001 FCFA à 79 001 FCFA à l’usine de Lomé et de 79001 à 80 000 FCFA à l’usine de Kara.

Cette situation crée une incompréhension dans le pays où les prix ont commencé déjà par varier d’un point de vente en détails à un autre. Pendant ce temps, le gouvernement n’a annoncé aucune variation de prix du ciment.

Face à cette situation, l’ATC s’étonne et s’interroge du silence des autorités sur cette hausse des prix décidée par les usines. Par ailleurs, elle invite le gouvernement à éclairer les populations sur la situation qui prévaut et situer les consommateurs sur les prix officiels pratiqués sur le territoire national.

« L’ATC se montre préoccupée par la courbe ascendante des prix de la plupart des produits de consommation et des services, de même que ceux du secteur du bâtiment et des travaux publics, vu la crise sanitaire de la Covid-19 et de la cherté de la vie qui pénalisent la vie sociale de la population », indique l’organisation.

Par ailleurs, elle invite le gouvernement à prendre des mesures urgentes et idoines pour arrêter cette frénésie de hausse de prix constatée depuis quelque temps au Togo.

L’organisation appelle également à une rencontre d’urgence des partenaires sociaux sur la question.




Pétrolegate: l’ATC réclame les rapports d’audit et un nouveau CSFPPP

L’Association Togolaise des Consommateurs (ATC) se prononce de nouveau sur le scandale financier dans l’importation du pétrole au Togo. Mardi, cette organisation de défense des droits des consommateurs a exigé du gouvernement la publication du rapport d’audit et apporté son soutien aux journalistes.

Dès le début du pétrolegate, l’ATC avait saisi l’Assemblée nationale, la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) afin que la lumière soit faite sur les allégations de détournement de plusieurs milliards de francs dans la commande des produits pétroliers.

{loadmoduleid 212}

Le gouvernement a ensuite commandité un audit pour clarifier l’affaire. Aux regards de l’évolution dans le dossier, l’ATC exige du gouvernement la publication les rapports d’audit, d’enquête ou d’investigation de la HAPLUCIA, de l’Inspection Générale des Finances (IGF) et celui de l’Assemblée Nationale afin de situer l’opinion et rétablir les faits.

« Par ce geste, le gouvernement rassurera davantage la population sur son engagement dans la transparence de la gestion des affaires publiques et de la lutte contre la corruption », indique l’organisation.

De même, l’ATC demande l’abrogation du décret n°2010-146/PR du 26 novembre 2010 relatif au mécanisme d’ajustement automatique des prix à la pompe des produits pétroliers ; de l’arrêté interministériel n°017/MCPSP/MEF/MME du 10 décembre 2010 relatif à la commission technique de suivi du mécanisme d’ajustement des prix des produits pétroliers au Togo ; et de l’arrêté n°003/MCPSP du 20 janvier 2011 portant mise en place d’un secrétariat de la commission technique de suivi du mécanisme d’ajustement des prix des produits pétroliers au Togo.

Ensuite l’organisation suggère la mise en place d’un Comité interministériel pouvant faire des propositions au gouvernement sur, d’une part, le fonctionnement du CSFPPP et la nomination de ses membres ; et d’autre part sur un nouvel mécanisme de fixation des prix des produits pétroliers tenant compte des intérêts économiques du pays et ceux des consommateurs.

Pour finir, l’ATC encourage les journalistes et les organisations de la société civile pour leur veille citoyenne dans ce dossier et les assure de son soutien.

{loadmoduleid 220}




ATC en croisade contre les faux médicaments au Togo

L’association Togolaise des Consommateurs (ATC) a lancé officiellement mardi le projet de sensibilisation et de lutte contre le trafic de faux médicaments au Togo. L’objectif est de sensibiliser les consommateurs togolais sur les dangers liés à l’usage des médicaments qui ne respectent pas le circuit normal de commercialisation.

« Quand le consommateur achète un médicament, il attend à ce que le produit le guérisse. Mais on se rend compte que les médicaments qui sont commercialisés souvent dans de mauvaises conditions et qui n’ont pas des principes actifs deviennent des poisons à l’organisme », a expliqué Kofi Adonssou, chargé des Affaires juridiques à l’ATC.

{loadmoduleid 212}

Pour y parvenir, les initiateurs comptent travailler en collaboration avec certaines associations qui œuvrent pour la même cause. Il s’agira d’une formation sur les dangers liés à la consommation des faux médicaments.

Les médias, et les leaders d’opinions seront aussi outillés en ce sens, afin de relayer l’information.

Pour susciter les réflexions et échanger sur les bonnes pratiques en matière de la commercialisation de ces produits en question au Togo, l’ATC prévoit. 

Ainsi, l’association togolaise des consommateurs entend mener des plaidoyers auprès des autorités pour l’adoption des mesures plus draconiennes en matière de lutte contre les trafics illicites des faux médicaments.

L’une des activités envisagées par les acteurs est aussi la question de sensibilisation sur les inconvénients liés à l’utilisation de ces produits illicites. Celle-ci se fera directement sur le terrain en faveur de toute la population togolaise. Il est à rappeler que le projet en question va durer 3 mois.

{loadmoduleid 220}




Pétrole-gate: ATC interpelle le gouvernement et la HAPLUCIA

L’Association Togolaise des Consommateurs (ATC) interpelle le gouvernement togolais sur l’affaire de détournement de 400 à 500 milliards de francs CFA dans l’importation du pétrole au Togo. L’organisation de défense des droits des consommateurs demande à la Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HAPLUCIA) d’écouter les présumés coupables.

C’est un scandale alimente l’actualité depuis plusieurs jours. Des medias ont révélé le détournement de près de 400 à 500 milliards de FCFA en mode offshore sur les commandes de l’Etat togolais depuis des années.

Pour les journaux auteurs de l’information, les responsables de ces actes sont des acteurs intervenant dans la politique de fluctuation des prix des produits pétroliers au Togo.

{loadmoduleid 210}

L’Association Togolaise des Consommateurs (ATC) qui espérait une réaction officielle a finalement décidé d’interpeler les autorités togolaises.

Pour l’organisation, le gouvernement et l’Inspection Générale d’Etat « doivent sortir de leur réserve pour se prononcer sur la véracité ou non desdites allégations ». Une façon qui permettra de rétablir les faits en vue de situer l’opinion nationale sur cette affaire.

L’ATC précise que les autorités rassureront, ce faisant la population sur « leur engagement dans la transparence de la gestion des affaires publiques et de lutte contre la corruption ».

« A défaut d’une réaction du gouvernement, l’Assemblée nationale doit se saisir de cette dénonciation en sa qualité de la représentation du peuple pour diligenter une enquête parlementaire sur cette affaire de présumé détournement de centaines de milliards de francs dans le secteur du pétrole au Togo », écrit l’ATC.

Par ailleurs, l’organisation demande à la Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HAPLUCIA) de se saisir du dossier et d’écouter les mises en cause.

{loadmoduleid 212}




COVID19: l’ATC interpelle le gouvernement togolais

Sérieusement touché par le Coronavirus, le Togo a défini plusieurs mesures pour la prévention et la riposte. L’Association Togolaise des Consommateurs (ATC) se félicite des actions du Gouvernement. Toutefois, cette organisation appelle à l’élargissement du comité mis en place pour la gestion du dossier

Selon l’ATC, le comité de crise doit être élargi à d’autres structures notamment : le secteur privé, les autorités religieuses, les syndicats de travailleurs, l’Ordre des Pharmaciens, l’Ordre des Médecins, les Chefs Traditionnels, les Tradithérapeutes, les Banquiers, les professionnels des médias, la société civile, etc ;

« Le Gouvernement doit rassurer davantage l’opinion nationale et internationale quant au dispositif de la riposte mis en place en montrant à la population les Centres d’accueil et de traitement des personnes atteintes du COVID-19 ainsi que la disponibilité des équipements », estime l’ATC.

L’organisation appelle le Ministre en charge du commerce à procéder aux contrôles des prix pour sanctionner les commerçant qui se livrent à de la spéculation. De même, elle appelle l’Etat Togolais à étudier la possibilité de la fabrication du Gel hydroalcoolique et des masques de protection.

{loadmoduleid 210}

Dans le même ordre, l’ATC demande aux gérants des débits de boissons doivent organiser l’achat des boissons à emporter et éviter la consommation sur place.

Pour le bien des consommateurs, l’ATC demande au Gouvernement une rallonge du délai du payement des factures d’électricité, d’eau, du téléphone et d’internet. L’association suggère également la mise en place d’un Fond de Solidarité Contre le Coronavirus dans la perspective de doter l’Etat de moyens conséquents dans la lutte contre la pandémie du COVID 19 ; La gestion de ce Fond sera confiée à un comité dont la composition sera définie par le gouvernement.

En ce qui concerne la sensibilisation, l’ATC demande l’organisation des émissions synchronisées à travers les médias publics et privés du pays pour atteindre les populations de l’intérieur.

« L’ATC félicite le personnel soignant des hôpitaux et centres de santé en première ligne de la lutte contre la pandémie et demande au gouvernement de leur fournir plus de moyens pour une meilleure prise en charge des malades. L’ATC prie toute personne infectée par le virus de ne pas avoir honte ou de se cacher afin d’être prise en charge le plus vite possible au risque d’infecter sa famille et ses proches ; c’est une question de responsabilité citoyenne. Appelez le numéro vert le 111 », écrit l’association.

Pour finir, l’ATC appelle les populations à la vigilance et à pratiquer les mesures d’hygiène individuelles notamment le lavage des mains à l’eau et au savon ou à la cendre, la désinfection des mains avec des solutions hydro alcooliques et se cacher le nez et la bouche à l’aide d’un mouchoir ou du creux du coude avant d’éternuer ou de tousser.

{loadmoduleid 212}

 




Coronavirus: l’ATC demande plus d’efforts au gouvernement

L’Association Togolaise des Consommateurs (ATC) n’est pas entièrement satisfaite des mesures prises contre le coronavirus à l’échelle nationale. Elle a salué mercredi le gouvernement pour efforts engagés jusque-là pour prévenir l’épidémie mais au  même moment lui demander d’aller au-delà.

Plusieurs mesures sont prises par le gouvernement depuis que l’épidémie du coronavirus (2019-nCov) s’est déclenchée.

Il s’agit notamment de l’activation en « mode alerte » du Centre d’Opération des Urgences de Santé Publique  (COUSP), la mise en place de l’équipe opérationnelle de gestion du COVID-19, l’élaboration du plan de préparation et de riposte à la maladie soutenu par l’assistance en matériel de diagnostic du COVID-19, du matériel de prévention et de contrôle , la remise à niveau de l’équipe technique de l’Institut National d’Hygiène (INH) qui est le laboratoire de Référence pour la confirmation des maladies à Potentiel Epidémique et l’aménagement d’un centre de prise en charge au CHU- Campus et l’identification d’une salle d’isolement dans chaque district sanitaire du pays.

{loadmoduleid 210}

Pour l’ATC,  les autorités togolaises doivent aller au-delà de ces mesures, vu la propagation inquiétante de la maladie.

« Au-delà des dispositions précitées, l’ATC lance un appel pressant au Gouvernement, aux medias à la société civile et aux forces vives de la nation pour une intensification des actions de sensibilisation contre la maladie du Coronavirus » écrit l’association dans un communiqué.

Enfin, elle exhorte la population à ne pas céder, en aucun cas, à la panique mais plutôt à redoubler de vigilance et à pratiquer les mesures d’hygiène individuelles notamment le lavage des mains à l’eau et au savon ou à la cendre, la désinfection des mains avec des solutions hydro alcooliques et à se cacher le nez et la bouche à l’aide d’un mouchoir ou du creux du coude avant d’éternuer ou de tousser.

{loadmoduleid 212}




L’ATC met en garde contre les liquidations

A l’approche des fêtes de la fin d’année, l’Association Togolaise des Consommateurs (ATC) tire sur la sonnette d’alarme. Dans un communiqué, l’organisation invite les consommateurs à se préserver des produits nuisibles à la santé.

L’Association invite toute la population togolaise à une vigilance vis-à-vis des produits alimentaires périmés ou frelatés qui circulent en ces derniers moments sur le marché de consommation.

Dans une note mise en garde, l’ATC demande aux consommateurs d’être vigilants en se gardant d’acheter les friandises, les biscuits, les spaghettis, le riz, les macaronis, les boîtes de conserves, les huiles, la viande, le poisson, les liqueurs, les jus de fruit, les boissons gazeuses, les jouets.

L’association rappelle que, ces produits impropres à la consommation sont dangereux pour la santé.

{loadmoduleid 212}




TOGOCOM: l’ATC demande des explications au gouvernement

L’Association Togolaise des Consommateurs (ATC) s’est prononcée mardi sur la privatisation du Groupe TOGOCOM. L’organisation de défense des droits de consommateurs a tenu une rencontre sur le sujet à Lomé. Elle invite le gouvernement de se prononcer davantage sur l’opération ayant consisté à céder 51% du capital de la société au consortium Agou Holding.

En effet, actée depuis le 16 novembre 201 par le vote de l’Assemblée Nationale en faveur de l’ouverture du capital du Groupe TOGOCOM (Togotelécom, Togocel), la privatisation de ce groupe s’est concrétisée le mercredi 6 novembre 2019 avec l’annonce du rachat de 51% de son capital par le Consortium Agou Holding, composé du conglomérat malgache AXIAN GROUP et de Emerging Capital Partner (ECP).

Pour les autorités togolaises, l’ouverture du capital de ce groupe devra lui permettre de se doter des moyens nécessaires à la réalisation de ses ambitions.

{loadmoduleid 210}

L’ATC prend acte de la décision du gouvernement mais lui demande d’apporter aux populations, les éclaircissements nécessaires sur les conditions et les modalités dudit contrat en l’occurrence les objectifs de cette privatisation ainsi que les résultats attendus.

« L’Association Togolaise des Consommateurs espère que cette nouvelle orientation va permettre au Groupe TOGOCOM de satisfaire non seulement la forte demande des consommateurs d’accessibilité à des services d’excellente qualité et à des bas prix sur toute l’étendue du territoire, mais aussi de financer ses projets en adoptant une approche innovante pour leur mise en œuvre », indique l’organisation de défense des droits des consommateurs.

L’ATC se dit vigilante sur les incidences que cette opération peut avoir sur le quotidien du Consommateur Togolais, bénéficiaire des services de TOGOCOM.

La semaine dernière, Axian Group et d’Emerging Capital Partners (ECP) ont acquis 51% du capital de l’opérateur public Togocom. Les deux partenaires vont investir 160 milliards de Fcfa sur 5 ans pour révolutionner le secteur numérique au Togo.

{loadmoduleid 212}




Facture d’eau: l’ATC saisit la Direction générale de la TdE

L’Association Togolaise des Consommateurs (ATC) s’engage pour la normalisation des factures d’eau au Togo. L’organisation saisie par plusieurs consommateurs sur des anomalies survenues dans l’établissement de leurs factures d’eau, depuis l’application des nouveaux tarifs d’eau, rassure. L’ATC vient de saisir la Direction Générale de la TdE afin qu’une solution soit vite trouvée.

L’ATC n’en peut plus de la pertinence des réclamations. Dans un communiqué l’organisation indique avoir reçu des plaintes portant sur des anomalies constatées sur certaines factures du mois de Juillet 2019.

Dans la note, l’ATC indique que selon la Direction de la TdE a été saisie et explique les anomalies par le temps de mis pour la prise en compte technique de l’arrêté interministériel et le retard pris dans la relève de la consommation du mois de juillet.

{loadmoduleid 210}

« Les dispositions sont déjà prises par la Tde au niveau de ses agences commerciales pour procéder à la correction de ces factures sur demande de l’Abonné », lit-on dans la note.

A cet effet, L’ATC demande  à la TdE de faire diligence afin de ne pas suspendre la fourniture d’eau aux abonnés concernés.

Elle  recommande en suite aux clients qui se retrouvent dans le cas de s’adresser à leur agence d’appartenance pour leur réclamation.

Par la même occasion, elle invite la direction générale de la TdE d’informer, par ses canaux habituels, les abonnés sur les dispositions à prendre en vue d’un règlement idoine de ce problème.

{loadmoduleid 212}




ATC appelle à la préservation de la biodiversité végétale médicinale

L’association Togolaise des Consommateurs (ATC) a organisé jeudi à Lomé un forum de discussions sur la médecine traditionnelle. Ce forum a réuni plusieurs hommes et femmes tradi-thérapeutes. Il a enregistré la participation du Professeur Komlan Batawila, botaniste, 1er vice-président de l’université de Lomé et d’Essossinam Lakassa, coordonnateur national de réorganisation de la médecine traditionnelle au Togo. L’ATC mobilise les acteurs pour la préservation de  la biodiversité végétale médicinale.

La séance était placée sous le thème : « Diversité des plantes médicinales et alimentaires : lutte contre la disparition de la biodiversité végétale médicinale au Togo ». Le but est de sensibiliser la communauté togolaise sur la diversité des plantes médicinales et alimentaires et la lutte à mener contre la disparition de la biodiversité végétale.

{loadmoduleid 210}

En effet, selon ATC les plantes médicinales et alimentaires sont en voie de disparition et il faut les protéger. C’est pour cela que l’organisation a saisi l’occasion de la célébration de la journée verte.

« L’ATC a trouvé bon en ce jour de la célébration de la journée verte d’en appeler aux radiothérapeutes, botanistes, biomédecins… afin que nous jetions la base d’une politique agissante en matière de conservation de la biodiversité végétale… », a déclaré Freddy Dunya, vice-président de l’ATC.

De son côté, le coordonnateur national de réorganisation de la médecine traditionnelle au Togo a indiqué que plus de 40% des produits pharmaceutiques sont issus des plantes médicinale.

« Il est nécessaires de sensibiliser les praticiens de la médecine traditionnelle de contribuer à la préservation de la biodiversité végétale socio-médicinale. C’est la matière première de leur pratique. Ils ne sont le plus souvent que des utilisateurs et ne savent pas comment les prélèvements se font par les récolteurs », a déclaré M. Lakassa.

Pour une réelle préservation de la biodiversité végétale, l’ATC préconise un recensement des espèces à travers des structures spécialisées, la culture de certaines espèces végétales médicinales. De même, l’organisation invite le gouvernement à réserver des espaces pour le développement de la biodiversité végétale médicinale au Togo pour l’intérêt de la santé des populations.

{loadmoduleid 212}