1

Victoire Dogbe accueille 12 volontaires togolais de retour au pays

Après un an de mission en France et au Mali dans le cadre de la mission du Volontariat international de réciprocité (VIR), 12 jeunes volontaires togolais ont regagné le pays. Mardi, ils ont rencontré la ministre du développement à la base, Victoire Tomegah-Dogbe. La rencontre leur a permis de faire une restitution de la mission en termes d’expérience, d’acquis et de perspectives. C’était en présence des partenaires tels que l’Ambassade de France, de la communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), France volontaires et la communauté Malienne au Togo.

Cette rencontre a été une aubaine pour tous les acteurs du volontariat international de réciprocité, les chancelleries impliquées dans le développement de ce volet au Togo de tirer les premiers enseignements du VIR a partir des expériences, des difficultés et des défis exposés par les volontaires. Elle permet également de poser les bases d’une meilleure implication des différentes instances de décisions eu égard aux défis d’efficacité et de pérennité du programme.

« La plus-value de cette mission, c’est que ces jeunes ont dû gagner en adaptation, en confiance en eux, en prise d’initiative, en expérience technique et professionnelle. Et la plus importante c’est que ces jeunes ont pu développer les compétences interculturelles qui leur permettront d’être compétitives sur le marché de l’emploi à l’international », a expliqué Omar Agbangba, Directeur général de l’Agence nationale du volontariat au Togo (ANVT).

Les partenaires du Togo ont exprimé leur satisfaction par rapport aux différents témoignages de fin de mission des jeunes. Ils ont salué la dynamique et se sont engagés à aider ces jeunes dans la réalisation de leur projet.

{loadmoduleid 210}

Pour sa part, la ministre du développement à la base, Victoire Tomegah-Dogbe a félicité et les jeunes pour leur sens de dévouement et de volonté, et les partenaires pour leur appui divers.

« Au-delà de vos missions respectives, on retient que de belles choses, surtout l’adaptation en toutes circonstances. En choisissant le volontariat, vous avez dit oui aux difficultés et donc je vous tire chapeau pour votre mission. Outre vos compétences personnelles il faut pour réussir des expériences et aujourd’hui grâce à ces expériences, vous êtes devenus des champions dans vos domaines respectifs », a-t-elle déclaré notant que le gouvernement compte faire du volontariat un outil d’insertion.

Les missions du VIR s’appuient sur des valeurs de réciprocité et de solidarité internationale portent sur des thématiques liées aux objectifs du développement durable, notamment de sensibilisation écologique, de développement durable, de prise en charge de personne handicapée et de lutte contre le décrochage scolaire.




4,3 millions de Fcfa pour récompenser les meilleurs volontaires de 2018

L’Agence Nationale du Volontariat au Togo (ANVT) et ses partenaires ont lancé mardi à Lomé la troisième édition du concours « Meilleur volontaire de l’année ». L’initiative vise à valoriser l’engagement des volontaires qui créent de l’émulation et de l’espoir dans le quotidien des communautés à la base. Cette année,  une enveloppe de 2.000 000 Fcfa est mise à la disposition des lauréats grâce au renforcement du partenariat ANVT-DUE (Délégation de l’Union Européenne au Togo). 

Le concours national « Meilleur volontaire de l’année »  s’adresse aussi bien aux volontaires nationaux qu’aux volontaires expatriés en mission sur toute l’étendue du territoire national.

Il vise entre autres à valoriser l’engagement des volontaires, de reconnaitre le rôle important qu’ils jouent au Togo et de mettre en avant leurs capacités à transformer, à modeler et à stimuler des couches vulnérables en faveur de leur développement.

« Ce concours c’est pour dire aux volontaires que leur travail et récompensé. On ne peut pas primer tout le monde mais ceux  qui prendront le prix le prendront au nom des autres pour témoigner la reconnaissance de la nation à tous les volontaires et encourager les autres à s’engager pour la même cause », a indiqué Omar Agbangba, directeur général de l’ANVT.

{loadmoduleid 210}

Le concours est ouvert à toute personne physique, volontaire national résidant national au Togo, ayant une expérience interrompue de volontariat nationale et internationale étant toujours en mission ou ayant fini sa mission de volontariat.

Le processus de sélection sera effectué en deux étapes : la première consistera en l’étude des dossiers de candidature soumis.  Dix (10) meilleures candidatures seront retenues et feront objet d’un reportage photo et video afin de permettre au jury d’apprécier.

Les 5 finalistes seront retenus par addition des notes de l’étude des dossiers et de celles attribuées après visualisation des capsules video et de la note provenant du sms voting.

Pour cette édition, les thématiques du genre et de l’inclusion sociale sont au centre des attentions. Les prix des lauréats ont été revalorisés et varient entre 2 000 000 et 1 000 000 de francs CFA.




L’ANVT n’offre pas d’emplois mais prépare à un emploi

Nombreux sont-ils,  ces journalistes togolais qui parlent régulièrement de l’Agence Nationale du Volontariat au Togo (ANVT) mais peu seulement maitrisent ses contours. Pour les amener à maîtriser le fonctionnement de cette structure, une session de formation vient d’être organisée à leur intention. Une trentaine de médias aussi bien du public que du privé ont participé à la session.

La formation s’est déroulée du 15 au 16 janvier à Lomé. Son utilité selon les initiateurs  est de donner des informations fiables aux journalistes pour une communication efficientes sur l’Agence.

« On ne peut pas s’attendre que les journalistes communiquent bien sur un sujet s’ils ne le maitrisent pas mieux », a souligné Omar Agbangba, directeur général de l’ANVT à l’ouverture de la formation.

Pendant deux jours, les participants ont été outillés entre autres sur le volontariat national : dispositif institutionnel et juridique, contexte et justification ; les différents types de volontariat, condition de service et cibles, le post volontariat ; le suivi-d’accompagnement  du volontaire ; la communication autour du volontariat national ; l’initiative EU Volunteers et EU4U.

{loadmoduleid 210}

La formation a eu le mérite d’expliquer davantage aux journalistes la mission assignée à l’ANVT. In fine  beaucoup se sont rendus compte par exemple que l’ANVT n’offre pas d’emplois mais prépare à un emploi ; être volontaire ne veut pas dire employé et surtout que le volontariat implique un engagement délibéré et personnel du volontaire qui décide d’apporter sa contribution pour le développement de son pays.

Pour la cellule de communication de l’ANVT, cette session n’est qu’une première série de formation qui va être échelonnée sur 5 ans. L’idée est d’arriver à former pendant 5 ans, 5 journalistes différents de diverses rédactions.




PROMOCIV: les regrets et les excuses d’Omar Agbangba

Le directeur général de l’Agence National du Volontariat au Togo (ANVT) vient de confirmer que le Projet de Promotion du Civisme au Togo (PROMOCIV) est bel et bien une arnaque planifiée par son promoteur Kokou Saturnin Zombléwou. Il l’avoué vendredi sur une radio de la place.

D’après Omar Agbangba, le pseudo promoteur de  PROMOCIV est un faux type qui a su dribbler  toute une institution étatique. 

« Monsieur Saturnin Kokou Zomblewou a abusé de tout le monde; ce qui est dommage et que nous regrettons énormément. Mais ce qu’il y a c’est qu’il ne pourra se terrer éternellement, il répondra de ses actes », s’est offusqué M. Agbangba. 

Le directeur général de l’ANVT a par la suite expliqué par quelle alchimie, le dossier du PROMOCIV s’est retrouvé  sur sa table. 

« Nous avons été saisi par courrier en date du 27 juin du projet PROMOCIV, d’un professeur d’université grade CAMES, suivi des autorisations des ministères de l’enseignement supérieur et de la recherche, des transports et de la communication avec une coupure de presse en présence des autorités », a-t-il élucidé. 

Malgré cette réalité piquante, M. Agbangba trouve que les autorités qui ont donné le quitus à Zombléwou n’ont rien à se reprocher vu, la pertinence et l’utilité du projet. 

« C’est trop sévère d’accuser ceux qui ont donné l’autorisation parce qu’ils sont dans leur rôle de donner des services de qualité aux populations », a indiqué Omar Agbangba.

Pour rappel, PROMOCIV tel que présenté par son promoteur devrait renforcer les capacités des étudiants du Togo en civisme et en sécurité routière

Le projet a été lancé en mai 2016 et a enroulé 160 agents de niveau master. Avant d’être recrutés ces agents ont payé une caution de 50.000 F CFA  pour la minorité et 80.000 F CFA pour la majorité. 

Dans les contrats il a été dit que ces cautions devraient être remboursées deux mois après le démarrage du projet  C’est  cet engagement que le  sieur Zomblewou n’arrive pas à respecter et qui lui a d’ ailleurs fait fuir ses recrus.