1

Togbui Komahe-Sessi: « Un chef de village ne falsifie pas une signature »

Des frères  KOMAHE à Nimangna dans les  Lacs ont  du mal à laver leur  linge sale en famille. Ces derniers jours  ‘’une guerre sans merci’’ s’est éclatée entre Kodjogan KOMAHE et Togbui KOMAHE-SESSI James Koami III, chef dudit village du littoral et Président des chefs du Littoral 2. Sur les réseaux sociaux, le premier accuse le second de falsification d’empreinte digitale et accaparement des terres. Et bien d’autres encore. En réaction, le Chef du village choisit la presse pour dire sa part de vérité.

Les différends entre les deux membres de la famille ont commencé quand le sieur Kodjogan a fait circuler sur les nouveaux médias, un texte dans lequel il est dit que  « la collectivité KOMAHE lance un cri de désespoir ».

Le même texte parle de collectivité. Une dénomination usurpée selon Togbui Komahe-Sessi qui affirme être le seul compétent. Le Chef du village est surtout accusé par son frère d’accaparement des terres. Pour lui il ne s’agit que de pure imagination de nature à diffamer.

« Tous les terrains dont on parle et m’accuse ont été vendus par leurs propriétaires qui ne sont autres que nos parents. Les acquéreurs ont procédé à l’immatriculation (Titre foncier) desdits terrains dont je détiens la copie des copies afférentes dans nos archives de même que les contrats de vente respectifs », a-t-il clarifié. 

Il ajoute qu’une des ventes a eu lieu en 1963 et une autre en 1969 pendant que lui était encore au Ghana dans l’armée. Moi, précise-t-il,  je ne vends pas de terrains, bien au contraire je les achète et les exploite pour la production et si la récolte est bonne tu peux encore acheter une nouvelle parcelle avec les recettes.

Sur la polémique de falsification de l’empreinte digitale, Togbui Komahe-Sessi argue que ce fait ne saurait être propre à un garant des us et coutumes qu’il est.

« Moi, chef du village, quel intérêt ai-je à vouloir falsifier une signature ou encore une empreinte digitale ? D’ailleurs, comment l’empreinte digitale de quelqu’un peut-elle être falsifiée ? De toutes les façons, les investigations se poursuivent au niveau des services compétents. Une contre-expertise est en cours portant sur trois éléments à savoir l’empreinte digitale, l’écriture et la signature. Seule la phase de l’empreinte digitale venait d’être finie et les autres étapes sont toujours en cours » a rétorqué.

Notons qu’après recoupement, le sieur Kodjogan a commencé par en vouloir à son frère depuis le projet  d’approbation des terres du littoral a été initié. Un projet dont l’instigateur est Togbui Komahe-Sessi.




Bicentenaire des Lawson: Rétropédalage de Boukpessi

Payadowa Boukpessi est revenu sur sa décision interdisant la célébration du bicentenaire du règne des Lawson. Critiqué vivement à Aného, le ministre en charge de l’administration territoriale autorise finalement les festivités.

{loadmoduleid 212}

C’est dans la journée de vendredi que tout a été rétabli. Au moment où les fils et filles les Lawson  tentent d’oublier la célébration du bicentenaire de leur  règne, le ministre Payadowa Boukpessi a dépêché une équipe pour aller faire part à Togbé Ahuawoto Savado Zankli Lawson VIII que la fête peut avoir toujours lieu.

Les émissaires du ministre d’État en sa tête, le préfet des Lacs ont notifié que la décision portant annulation de la célébration du bicentenaire du règne des Lawson est abrogée.

{loadmoduleid 214}

M. Boukpessi autorise alors les manifestations mais dans le strict respect des mesures barrières contre le Covid-19.

Ce feek-back du ministre d’État a surpris plus d’un. Réputé pour sa promptitude à interdire des activités qui ont tendance à drainer la foule surtout depuis le déclenchement de la crise à coronavirus au Togo, ses décisions ont été toujours irréversibles.

Aurait-il cédé cette fois ci sous le coup de la pression ou bien à cause des critiques ? La question reste posée.

{loadmoduleid 220}




Togo: Boukpessi interdit le bicentenaire du règne des Lawson

Payadowa Boukpessi reste ferme sur sa décision. Celle relative à l’interdiction de la commémoration du bicentenaire du règne des Lawson. Pour le ministre en charge de l’administration territoriale, les préparatifs pour cette célébration se poursuivent malgré l’accord de non-recevoir notifié aux organisateurs depuis février dernier. Le ministre d’Etat réitère sa décision et met en garde.

{loadmoduleid 212}

Dans une lettre adressée mercredi à Togbé Ahuawoto  Savado-Zankli Lawson VIII, Chef traditionnel d’Aného, le ministre Payadowa Boukpessi déplore que malgré  l’interdiction de  la commémoration du bicentenaire du règne des Lawson, les préparatifs pour cette célébration se poursuivent.

M. Boukpessi rappelle qu’au cours de l’audience qu’il a accordée le 17 février dernier à la délégation conduite par Eustache Latevi, il a été décidé d’interdire ces festivités cette année pour deux raisons principales.

La première reste la mise en vigueur sur tout le territoire national d’une mesure gouvernementale qui s’oppose depuis le déclenchement de la crise à coronavirus au Togo aux rassemblements de plus de 15 personnes.

{loadmoduleid 214}

La seconde raison selon le ministre est liée à des rivalités qui existent entre les communautés dans l’organisation  de cette manifestation, prévue pour avoir lieu du 25 au 30 mars pour cette année.

« Le risque que les rivalités entre les communautés ADJIGO et LAWSON ne s’exacerbent à nouveau par une telle manifestation censée consacrée la victoire des LAWSON sur les ADJIGO. C’est dans ce sens qu’en 2015, le gouvernement était intervenu pour faire surseoir à l’érection d’un monument par les ADJIGO à la place publique d’Aného, suite à une plainte des LAWSON », a précisé le ministre d’Etat.

Face à cela, l’autorité confirme au gardien des us et coutumes que la commémoration du bicentenaire du règne des Lawson n’est pas acceptée. Il revient alors à Togbui Ahuawoto de prendre des dispositions idoines pour ne pas tomber dans les panneaux.

{loadmoduleid 220}




Togo: Bouclage de 2 semaines pour la préfecture des Lacs

Face à la pandémie de Covid19, les autorités togolaises ont adopté de nouvelles mesures. Elles concernent toutes les préfectures et seront expérimentées pour la préfecture des Lacs. Cette région connaîtra la cérémonie de la prise de la pierre sacrée le 10 septembre. Un bouclage sera en vigueur à  compter du 3 septembre prochain.

Les autorités togolaises ont prévu que pour les fêtes traditionnelles ou les cérémonies traditionnelles, il y ait un bouclage une semaine avant et une semaine après des préfectures concernées. 

C’est cette mesure qui sera mise en vigueur pour la préfecture des Lacs à compter de jeudi prochain. Ce sera une sorte de confinement de 2 semaines.

La mesure a été annoncée le week-end par le ministre de la Sécurité et de la protection civile. Le bouclage de cette préfecture court du 3 au 17 septembre. La prise symbolique de la pierre sacrée aura lieu le 10 septembre dans cette préfecture.

Durant la même période, il est prévu logiquement une fermeture des bars dans cette préfecture forte d’une population d’environ 215 000 habitants.

{loadmoduleid 220}




Reprise partielle de la circulation sur le Pont de Zébé

Le Pont de Zébé a repris du service. Après plus d’une semaine d’arrêt pour cause de travaux, la circulation a repris lundi sur ce pont en souffrance en cette période de pluie. Toutefois, tout le monde n’est pas autorisé à passer sur cet ouvrage.

C’est un communiqué du ministre des Infrastructures et des Transports qui informe de la réouverture à la circulation du pont de Zébé. Endommagé par les fortes pluies de ces derniers jours, le pont a été renforcé grâce à des travaux d’urgence.

{loadmoduleid 210}

Ainsi, Aného est de nouveau relié aux autres localités de la région.

Selon la ministre des Infrastructures et des Transports, Zouréatou Kassa-Traoré, les travaux de renforcement de ce pont sont achevés depuis samedi.

Toutefois, la ministre précise qu’il est formellement interdit aux véhicules transportant des marchandises et dont le poids fait plus de 30 tonnes de passer sur ce pont.

Mme Kassa-Traore invite les usagers à la prudence. Un nouveau pont devrait être érigé prochainement.

{loadmoduleid 212}




Togo: le pont de Zebe chancelle et provoque des frissons

Il n’y a plus de sérénité sur la route Aného-Vogan. Le pont de Zébé  chancelle et menace de céder. Il faut bien un grand miracle pour que ce pont tienne encore pour longtemps.

Situé à quelques mètres du lycée de Zébé sur la route Aného-Vogan, le pont de Zébé est en train de céder aux pressions des pluies diluviennes qui s’abattent sur tout le  Togo ces derniers mois.

{loadmoduleid 210}

La situation crée déjà la psychose au niveau des usagers de la voie et même des riverains. Dimanche, des témoignages indiquent que seuls les piétons passent sur le pont.

Les véhicules quant à eux n’ont d’autre choix que de rebrousser chemin, sous le contrôle rigoureux des forces de l’ordre et de sécurité.

Rappelons que des journaux ont eu à consacrer plusieurs articles sur l’état vétuste de ce pont. Aujourd’hui, les autorités sont plus que jamais invitées à faire diligence pour éviter le chaos.

{loadmoduleid 212}




Abolition des pratiques de veuvages néfastes aux femmes en pays Guin

La préfecture des Lacs a officialisé jeudi une nouvelle loi coutumière abolissant les pratiques de veuvages néfastes aux femmes et instaurant la dignité de la veuve pour les générations à venir. L’initiative est à mettre à l’actif de l’ONG Alafia et l’équipe des Alumniun à travers le projet « Eradication des pratiques coutumières de veuvage ».

La loi nouvelle coutumière du veuvage du peuple Guin  limite le nombre de jours voire du mois des rituels du veuvage à une seule journée.

Désormais pour son veuvage, la veuve est  admise en internement la veillée vers 18 heures  et le lendemain à la meilleure heure elle est libérée.

Fini donc les pratiques inhumaines, dégradantes et humiliantes à l’endroit des veuves le plus souvent et parfois des veufs qui sont sujets entre autres à des réclusions de plus ou moins longue durée, des privations alimentaires, des interdictions portant gravement atteinte à leur dignité et à leurs droits fondamentaux.

« Ce jour est solennel parce qu’il représente un nouveau départ pour nos mères, nos femmes, nos filles non seulement pour les générations actuelles mais aussi pour les générations futures…Elles n’auront plus à supporter une autre souffrance, un autre poids que celui de la mort de leur bien aimé qui est déjà un vide que rien ne peut combler », s’est félicité Adzoavi Nyuito Tatey, Directrice exécutive de l’ONG Alafia.

{loadmoduleid 210}

La loi a été entérinée à travers une déclaration des Chefs traditionnels et des prêtres et prêtresses des religions traditionnelles, des chefs de famille et des tassinons de ladite préfecture.

Pour  Nana Ane Ohiniko Quam Dessou XV, Roi des Mina Chef Traditionnel de la ville d’Aného, cette loi n’est qu’une partie remise des  initiatives visant à alléger la  souffrance  des veuves dans la préfecture des Lacs. 

« Le deuxième pas que nous allons poser ira dans le sens de quelles manières, protéger la veuve et l’orphelin. Parce qu’il y a certaines pratiques dans certaines de nos communautés qui font que la veuve une fois son mari décédé est chassée de la maison conjugale ou familiale. Nous allons engager un nouveau plan pour éradiquer tout cela », a promis sa Majesté Ohiniko Quam Dessou XV.




Aného: ‘Santé Education Universelle’ appuie l’hôpital et l’école primaire

L’Association Santé Education Universelle a fait d’une pierre deux coups mercredi dans la ville d’Aného. En visite dans cette ancienne capitale du Togo, les membres de cette association ont fait des dons au  Centre hospitalier d’Aného Adjido (CHA) et à l’Ecole Primaire publique de Dévenou dans la même localité. Cette action sociale s’inscrit dans la vision de l’organisation créée pour promouvoir la santé et l’éducation.

Pour la 2e fois de suite, le CHA a reçu la visite des membres de l’association Santé Education Universelle.  Sous leurs bras, des matériels et consommables médicaux pour le personnel et pour les patients qu’hospitalise ce centre de santé.

Le don est composé des antalgiques, des Perfalgan, des antidouleurs, des boissons protéinées et bien d’autres produits utilisés en traumatologie et en pédiatrie. Il est évalué à près de 3 millions de Fcfa.

« Nous avons choisi ces produits parce que la première fois que nous les leur avons offerts, cela les a servi. C’est pour cela que nous nous sommes dit, il faut revenir pour les aider », a expliqué Marc Assiakoley, le vice-président de l’Association qui annonce qu’en dehors d’Aného, sa structure va faire des dons dans les prochainement dans les autres localités du Togo.

La directrice du CHA, Essénam Agbénou a salué la démarche de l’association qui n’a de cesse de penser à la structure sanitaire qu’elle dirige. Mme Agbénou a promis une bonne utilisation de ce don pour le bien des patients.

A l’issue du don, les responsables de Santé-Education Universelle ont signé une convention avec la Direction du CHA. La convention stipule que l’hôpital d’Aného va prochainement prendre en charge les frais de transport des matériels et des produits qui seront convoyés en grande quantité.

A la suite du don et de la signature de la convention avec le CHA Adjido, l’Association s’est rendue à l’Ecole Primaire Publique de la localité pour offrir des articles scolaires aux élèves et à l’administration.

Il a été annoncé aux élèves que l’Association prendra en charge la scolarité de 5 meilleurs d’entre eux pour les aider à avancer dans les études.

L’Association Santé-Education Universelle a été créée à Paris en 2009 par des étudiants en médecine pour promouvoir la santé et l’éducation en Afrique.




ESPANCA pour assainir Aného, l’ancienne capitale du Togo

L’Union Européenne (UE) et le département des Yvelines-France sont préoccupés par l’assainissement de la ville d’Aného. Les deux entités ont lancé ce week-end dans ladite localité le projet d’Extension du service public d’assainissement non collectif à Aného (ESPANCA).

ESPANCA est une sous composante du projet « Service public d’assainissement non collectif » dont l’objectif général est la lutte contre la défécation à la plage d’Aného. 

Le présent projet vise trois objectifs spécifiques,  notamment équiper 80% de ménages en ouvrage d’assainissement autonome et offrir des meilleures conditions d’hygiène dans les établissements scolaires ; abonner 41% des installations particulières et toutes les installations des services publics au service public de la mairie et enfin assurer la viabilité à long terme du service. 

ESPANCA prévoit la construction de latrines familiales dans 201 ménages et dans les établissements scolaires entre autres. 

Le projet court de 2017 à 2020 et a pour coût 426,3 millions de francs CFA, un cofinancement de l’UE et du département Yvelines-France. 

Nicolas Berlanga-Martinez exhorte à l’occasion les autorités administratives à  donner la voix à la participation des populations dans la  construction de la cité. 

L’Ambassadeur et Chef de la délégation de l’UE au Togo, qui à travers cette invite révèle davantage l’utilité de la  décentralisation appelle cette populations d’Aného à relever ce défi lors des prochaines élections locales. 

« Appliquer la transparence dans la gestion financière, ceci nécessite la mise en place d’un mécanisme de participation des populations », instruit M. Berlanga-Martinez. 

Pour la représentante du département des Yvelines, l’ESPANCA contribue aux efforts des autorités nationales pour l’atteinte d’ici 2030 de l’objectif 6.2 des ODD.