1

Kaboua s’érige en rempart contre les violences à Danyi

Frédéric Abass Kaboua pèse ses mots. Il n’y aura plus de violences à Danyi en général et sur les stades en particulier. Là-bas dans les Plateaux, à plus de 180 Km de Lomé où il  a érigé sa base électorale, le député à l’Assemblée nationale s’associera désormais aux forces de l’ordre et de sécurité pour une ville paisible et sereine.

« Il n’y aura plus de violences sur les stades de Danyi tant que moi je suis là. Je vais personnellement m’engager aux côtés des forces de l’ordre et de sécurité pour y arriver », a martelé le député de la localité samedi à l’occasion de l’installation officielle de l’Association Sportive de Dayes (ASDA).

Pour le président national du Mouvement Centriste des Républicains (MCR), tout acte de vandalisme sera désormais rigoureusement puni à Danyi pour décourager les potentiels fauteurs de trouble.

{loadmoduleid 210}

En football, comme tout ailleurs, le fair-play doit prévaloir, pense-t-il.

Suspendue depuis longtemps pour des raisons liées à la violence, l’ASDA est revenue au-devant de la scène grâce à Abass Kaboua.

L’élu de Danyi a rassuré les instances faîtières du football national d’œuvrer de tout bois pour éviter que le club ne retombe dans les mêmes travers.

ASDA jouera la saison prochaine en D3 togolaise.

{loadmoduleid 212}




Togo: la Dynamique Mgr Kpodzro lance un défi à Abass Kaboua et Cie

Abass Kaboua est coutumier des déclarations tonitruantes sur les opposants togolais depuis que lui-même et sa formation ont pris le parti du pouvoir. Après Jean-Pierre Fabre et Aimé Gogué, c’est Agbeyome Kodjo qui est sa nouvelle cible. Le seul député qui « voit régulièrement Faure Gnassingbé » a déclaré que l’ancien Premier ministre est un conseiller du Chef de l’Etat togolais. La Dynamique Mgr Kpodzro met M. Kaboua au défi et l’inviter à prouver son « mensonge ».

Abass Kaboua a affirmé sur une télévision privée à Lomé que le président Agbéyomé Kodjo « a un poste de « Conseiller en sécurité maritime de Faure Gnassingbé » et par conséquent,  émargerait, à ce titre, à la Présidence de la République du Togo.

{loadmoduleid 210}

Pour le Directeur de la Communication d’Agbeyomé Kodjo, cette affirmation est « entièrement et totalement fausse ».

« Elle émane uniquement et exclusivement de l’imagination florissante du député qui, pour être conséquent et pour pouvoir continuer à être pris au sérieux par les Togolais doit en apporter la moindre preuve, ou un quelconque début de preuve », écrit Carmel Max-Savi.

M. Max-Savi explique Dr Kodjo « n’est pas et n’a jamais été, à aucun moment de sa vie », conseiller de Faure Gnassingbé, ni sur les questions maritimes, ni sur aucune autre question.

« Il n’a jamais, depuis son retour au Togo en 2005, émargé à la Présidence qui dispose de documents sur sa comptabilité en guise de preuves au cas où. Aucun décret, ni une annonce quelconque ne l’a nommé. Tout comme d’autres accusations proférées par le député sur le président Kodjo, celle-ci est totalement fausse », insiste Carmel Max-Savi.

La Dynamique Mgr Kpodzro met au défi « quiconque, Abass Kaboua compris en premier lieu, d’en apporter la moindre petite preuve ». L’équipe d’Agbeyome Kodjo promet une suite judiciaire au « triste et déplorable mensonge » d’Abass Kaboua.

{loadmoduleid 212}




Togo: Abass Kaboua propose des ministres à Faure Gnassingbé

Fréderic Abass Kaboua a invité mercredi le président réélu, Faure Gnassingbé  à travailler avec des personnes compétentes  de tout bord en vue de relever de nouveaux défis au cours de son 4è mandat. Le leader national du Mouvement des Républicains Centristes (MRC) n’attend pas du Chef de l’Etat des nominations par complaisance. De ce fait, il plaide pour l’entrée au gouvernement des universitaires qu’il trouve talentueux.

Devant la presse, M. Kaboua a rappelé à son candidat réélu que  la période électorale où la  démagogie et les promesses irréalisables ont cours est révolue. Il faut désormais se mettre sérieusement au travail en tendant la main à tout le monde et en ressoudant  le peu des Togolais qui ne se retrouvent plus. 

Pour le député de Danyi, le MRC ne supportera d’avoir soutenu Faure Gnassingbé et qu’au finish il nomme des ministres dans le style UFC (Union des Forces de Changement, un parti politique de l’opposition dont l’entrée au gouvernement a été possible grâce à un accord signé avec le parti au pouvoir).

{loadmoduleid 210}

« Nous ne voulons pas qu’on nomme des ministres parce qu’on veut faire un clin d’œil à X ou à Y à commencer par moi-même… Ce que je dis est valable pour moi-même » a-t-il émis.

Des universitaires qui ont battu campagne

M. Kaboua est convaincu qu’il y a des compétences au Togo. De là, il envoie le Chef de l’Etat dans les universités du pays pour dénicher les talents.

Car pense-t-il, le 4è mandat est décisif pour le président sortant. Il doit composer avec des hommes de qualité pour qu’on puisse continuer par demander aux bonnes volontés de l’aider à terminer.

« Il y a des compétences. S’il faut même aller chercher dans la société civile des techniciens de haut niveau on doit le faire pour que le pays avance. J’ai vu beaucoup d’universitaires battre la campagne pour M. Gnassingbé ; c’est l’occasion de mettre ces gens aussi à l’œuvre. Ce sont des compétences… Ces messieurs sont prêts à  servir leur pays » a ajouté l’ancien membre du CAP 2015. 

Notons que les Prof Dodzi Komlan Kokoroko, président de l’université de Lomé, Adama Kpodar, vice-président de l’université de Kara et Didier Amela, enseignant chercheur et président du Front National sont entre autres, les universitaires qui ont appelé les populations à voter Faure Gnassingbé au cours de la campagne électorale.

{loadmoduleid 212}




Kaboua dézingue les « tortionnaires et pilleurs » et encense le « sorcier »

Aucun des candidats de l’opposition en lice pour la présidentielle de février 2020 au Togo n’inspire confiance à Abass Frederic Kaboua. C’est ce que le président du Mouvement des Républicains Centristes (MRC) a indiqué devant la presse jeudi à Lomé. Le député de Danyi appelle ainsi ses militants à plébisciter le 22 février prochain, Faure Gnassingbé qu’il estime mieux connaître.

Pour M. Kaboua, l’opposition radicale du Togo n’a fait que retarder le pays depuis 2006. Commentant, l’actualité nationale depuis la signature de l’Accord Politique Global (APG) jusqu’ à l’adoption des réformes constitutionnelles et institutionnelles le 08 mai 2019, l’homme conclut que ses frères de l’opposition ont échoué sur toute la ligne.

{loadmoduleid 210}

Il accuse le Combat pour l’Alternance Politique (CAP 2015) et le Collectif Sauvons le Togo (CST) d’être à l’origine de la  dégringolade du Togo dans le classement mondial de la paix et félicite les Forces armées togolaises qui selon lui assument avec vigueur et sérénité la sécurité intérieure du pays.

Au vu de cela, il appelle toutes les bases électorales du MRC à voter très  massivement  le candidat de l’Union pour la République, UNIR à cette nouvelle échéance de 2020.

« Il vaut mieux traiter avec le sorcier qu’on connait bien et qui fait le moindre mal que de traiter avec de vieux tortionnaires et pilleurs avides du pouvoir et qui de surcroit bénéficient des grâces de ceux contre qui ils compétissent », a  justifié M. Kaboua. 

Il  déclare donc  son soutien indéfectible à Faure Gnassingbé et promet descendre sur le terrain à partir du 06 février prochain pour lui battre campagne.

{loadmoduleid 212}




Kaboua: « Ceux qui réclament un dialogue doivent nous faire allégeance »

Abass Kaboua n’épouse pas l’analyse que certains  de ses frères de l’opposition font de la situation politique togolaise  à quelques mois de la présidentielle de 2020. Le président national du Mouvement des républicains centristes (MRC) pense que point n’est  besoin d’espérer des réformes électorales avant la prochaine  électorale. Il soutient qu’un 28 è dialogue inter-togolais est aussi impossible. Car, argumente-t-il, le dialogue est permanent à l’assemblée nationale et ceux qui veulent dialoguer doivent écrire à lui et à ses collègues députés et non au Chef de l’Etat.

C’est une déclaration de Me Dodji Apevon, président national des FDR, parti membre de la coalition des 14 qui a fait réagir l’honorable Kaboua. Déclaration qui stipule qu’on ne peut pas participer à la présidentielle de 2020 sans qu’un cadre de discussion ne soit ouvert pour parler du fichier électoral et du verrouillage des institutions en charge des élections.

Pour le leader national du MRC, de telles revendications ne sont plus légitimes d’autant plus que M. Apevon et ses collègues de la coalition ont par le passé pris langue avec la CEDEAO et aussi avoir participé aux municipales.

« Paul Dodji Apevon m’attriste beaucoup…Moi je croyais qu’il était un politique avisé. Agboyibo a raison de l’avoir viré… », a extériorisé M. Kaboua avant de continuer « Ils sont allés à la CEDEAO. Qu’est-ce que lui Apevon et ses amis réclamaient ? Il est allé aux locales et aujourd’hui il fait un come-back pour dire qu’on ne peut pas participer à la présidentielle dans le vide ».

{loadmoduleid 210}

Le député Kaboua accuse le président des FDR et la coalition d’avoir perdu du temps aux Togolais. Ils sont selon lui, des politiques qui n’ont plus de boussole ne sachant pas le lever et le coucher du soleil. Pour le verrouillage des institutions de la République, il trace la voie.

« L’actuelle Cour constitutionnelle ne peut pas être dissoute. Les membres doivent finir leur mandat et les prochains seront élus. Le moment venu si Me Apevon est candidat il peut aller. S’il pense qu’il est aussi populaire il n’a qu’à aller convaincre ses collègues juristes pour qu’on le choisisse », a-t-il émis sur les plateaux de New World.  

Par ailleurs, le patron du MRC estime que le dialogue est permanent à l’assemblée nationale. « Ils n’ont qu’à venir là-bas… ils n’ont qu’à nous écrire ».

« Nous sommes des Togolais et nous devons nous accepter et nous respecter dans la différence mais ces gens-là nous ont fait souffrir. Ils nous avaient exigé une lettre pour adhérer à la C14 avant de parler du Togo », a justifié l’ancien membre du CAP 2015.

Abass Kaboua, bien qu’investit candidat du MRC  par les jeunes de Danyi pour la présidentielle de 2020 se réserve le droit d’officialiser sa candidature. Il traite de plaisantin les candidats déjà en lice, car selon lui aucun parti ne saurait gagner Faure Gnassingbé en 2020.

{loadmoduleid 212}




Togo: Abass Kaboua à la conquête du fauteuil présidentiel !?

Des candidats, il y en aura apparemment un maximum à l’élection présidentielle de 2020 au Togo. Les milieux politiques togolais s’agitent et les intentions et/ou propositions de candidatures se multiplient. Dernière annonce en date, celle des jeunes se réclamant du Mouvement des républicains centristes (MRC, opposition). Selon le groupe, Abass Kaboua devrait se porter candidat pour la présidence togolaise en 2020.

Frédéric Essokoyo Abass Kaboua, actuellement député à l’Assemblée nationale togolaise, aurait un destin caché. Et ce destin n’est autre que celui de Président de la République togolaise. Des jeunes membres de son parti politique l’ont affirmé à Danyi Apéyémé il y a 2 jours.

Dans une déclaration dénommée « Appel d’Apéyémé », les jeunes en question appellent leur leader à se porter candidat à la Présidentielle de 2020. Pour la meute, Abass Kaboua est le seul proche de toute la population togolaise.

{loadmoduleid 210}

L’appel des jeunes sera-t-il entendu ? Abass Kaboua devra réagir prochainement pour situer l’opinion.

Mais il convient de rappeler que lors de la modification constitutionnelle du 8 mai dernier, le député avait accusé le pouvoir de mal gérer le pays et l’avait invité à abandonner le projet de septennat pour ne pas embraser le pays.

« Il ne faut pas réveiller les morts. Le  pays est mal géré. Les Togolais souffrent et il n’est aucun besoin de déclencher un autre foyer de tension dans le pays… Eyadéma n’a jamais voulu le septennat, il sait bien pourquoi et les conséquences que cela pouvait créer », disait-il.

On en était là quand le 31 juillet dernier, M. Kaboua a annoncé un possible soutien de son parti à la candidature de Faure Gnassingbé en 2020.

« Aucune disposition ne bloque monsieur Faure Gnassingbé d’être candidat en 2020. Il peut même être soutenu par le MRC », avait laissé entendre le leader du MRC sur une radio locale.

De même, alors qu’il ambitionnait de devenir un député-maire, l’ancien allié de Jean-Pierre Fabre ou encore de Tikpi Atchadam n’a pas recueilli les voix nécessaires lors des élections locales pour ce faire. Il est toutefois membre du Conseil municipal de Danyi 1.

{loadmoduleid 212}




Kaboua annonce une alliance pour écarter la C14 à Danyi

Frederic Abass Kaboua n’a aucune envie de croiser la Coalition C14 sur son chemin. Le président national Mouvement des Républicains Centristes (MRC) a annoncé mercredi une alliance « contre nature » avec le parti au pouvoir dans la préfecture de Danyi. Une alliance  dont la finalité sera d’empêcher le regroupement politique dirigé par Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson d’avoir les Maires des 2 communes de Danyi.

Reçu mercredi sur New World Tv, M. Kaboua a ouvertement déclaré son penchant pour le parti Union pour la République (UNIR, au pouvoir). Il a exprimé sa volonté de former une alliance avec le parti qu’il a toujours critiqué pour empêcher la C14, en tête dans les 2 Communes de Danyi d’avoir les Maires.

« Nous sommes obligés de faire l’alliance UNIR, MRC et Indépendant dans la première circonscription. Dans la 2è circonscription nous ferons MRC, UNIR et UFC, les 3 partis parlementaires. Et je pense que nous avons suffisamment d’expérience pour travailler ensemble » a déclaré Abass Kaboua.

{loadmoduleid 210}

Le Président du MRC explique que cette alliance, logiquement contre nature, réduit la chance de la C14 d’avoir le contrôle des Maries des 2 Communes de la préfecture de Danyi.

En effet, à Danyi 1, la  C14 a obtenu 5 sièges alors que l’UNIR, le MRC et l’Indépendant réunis totalisent 6 sièges. A Danyi 2, la C14 a gagné 3 sièges. Ce qui ne fait pas le poids  devant le MRC, UNIR et UFC dont les voix additionnées leur donne un total de 7.

Dans le même temps, le président du MRC a annoncé un possible soutien de son parti à la candidature de Faure Gnassingbé en 2020.

« Aucune disposition ne bloque monsieur Faure Gnassingbé d’être candidat en 2020. Il peut même être soutenu par le MRC », a déclaré l’ancien allié de Tikpi Atchadam.

{loadmoduleid 212}




Togo: Sous le choc, Kaboua crée l’émoi à l’Assemblée nationale

Un enfant de 17 ans a perdu la vie mercredi dans l’un des bassins de rétention d’eau de Léo 2000, précisément derrière la Pharmacie des Orchidées. Les sapeurs-pompiers togolais étaient démunis face à ce drame, parce que mal équipés. Frédéric Abass Kaboua, député à l’Assemblée nationale, a assisté au drame. Jeudi, il l’a porté à la connaissance de la représentation nationale en créant de l’émoi.

Selon l’honorable Abass Kaboua, l’enfant en question était à une partie de pêche avec des amis. Malheureusement, il glisse et tombe dans l’eau. Ne sachant pas nager et n’ayant eu aucun secours pour le sauver, il finit par se noyer. Les populations riveraines et les sapeurs-pompiers dépêchés sur les lieux n’ont rien pu faire.

« On voyait tous le petit se débattre mais personne n’avait le courage de plonger dans ces eaux puantes. Les sapeurs-pompiers n’ont pas pris du temps pour arriver. Ils étaient huit éléments à être sur les lieux et parmi eux, il y avait un seul qu’on appelait dans leur jargon un dragueur. Mais il se fait que sincèrement, ils n’avaient pas d’équipements. On a dû mettre une sangle, des cordes autour de la hanche de ce monsieur », a narré Abass Kaboua.

{loadmoduleid 210}

Le député a ajouté que le pompier n’avait même pas de lunettes de plongeur et n’a pu chercher le corps de l’enfant sous l’eau qu’avec ses pieds « parce qu’il ne pouvait pas ouvrir les yeux dans ces eaux au risque que ses yeux ne soient dégradés ».

« Ils quittaient les lieux vers 18h30 sans toujours retrouver le corps. Ils nous ont dit qu’ils vont faire leur PV et qu’il faudra espérer entre 48h et 72h pour permettre au corps de remonter à la surface », a-t-il appuyé précisant que les riverains n’avaient pratiquement pas dormi.

L’honorable député a invité la représentation nationale à agir pour l’amélioration des équipements des sapeurs-pompiers.




Kaboua: « le pouvoir doit abandonner le septennat au risque d’embraser le pays »

Le Mouvement des Républicains Centristes (MRC) a dénoncé mercredi un détournement de fonds dans les filières de café et cacao au Togo. C’était à l’occasion d’une conférence de presse au cours de laquelle, le président  s’est également prononcé sur la proposition du parti  au pouvoir de faire passer le mandat présidentiel à 7 ans. Pour l’honorable Abass Kaboua, l’Union pour la République (UNIR) et les commissaires du gouvernement ont intérêt à abandonner ce projet au risque de réveiller les morts.

C’est un mauvais souvenir que le MRC fait de l’OPAT qui a été dissout depuis 1996 par le gouvernement togolais. Le parti estime que l’année même de sa fermeture, l’OPAT réalisait un bénéfice de plus de 4 milliards de francs CFA.

Pour substituer cette société, il a été créé des filières « bidon » qui en retour prélèvent au lieu de 10F/Kg, 60F. Le parti cite en exemple l’année 2018 où le Togo avait produit près de 6.000 tonnes de café et 7.000 tonnes de cacao.

Le MRC évoque la nécessité de faire un petit calcul pour se rendre compte de combien les   responsables de ces filières amassent sur le dos des producteurs et explorateurs qui s’appauvrissent de plus en plus.

{loadmoduleid 210}

Les Centristes taxent les responsables de filières de café-cacao de sectes qui souvent font valoir leurs relations avec le haut sommet de l’Etat. Il est temps de voir clair dans la gestion du secteur.

« Nous demandons instamment au gouvernement de faire diligence pour mettre fin à toutes ces filières, d’abord en commettant un audit afin d’arrêter cette pagaille organisée », lit-on dans la déclaration liminaire du parti qui soutient que le Plan National de Développement n’aura aucune chance de réussite avec de tels prédateurs autour de lui.

Le calme actuel est un trompe-œil

Réagissant à l’actualité politique relative à la modification de la constitution togolaise, Abass Kaboua a fustigé l’attitude du gouvernement qui a envoyé un autre projet de loi à l’assemblée nationale. Pour lui, en 2017, le projet de loi du gouvernement faisait état d’un mandat quinquennal.

Le député de Danyi a la prémonition selon laquelle, modifier la durée du mandat présidentiel pourrait embraser le Togo. Selon lui le calme qui règne dans le pays actuellement est apparent.

« Il ne faut pas réveiller les morts. Le  pays est mal géré. Les Togolais souffrent et il n’est aucun besoin de déclencher un autre foyer de tension dans le pays… Eyadéma n’a jamais voulu le septennat, il sait bien pourquoi et les conséquences que cela pouvait créer », a ajouté M. Kaboua.




Togo: le député Kaboua distribue ses indemnités pour des merveilles

Abass Kaboua vient de boucler une tournée de deux semaines dans la Préfecture de Danyi. Le président du Mouvement des républicains centristes (MRC) était à  la rencontre de la population qu’il l’a élu aux législatives du 20 décembre dernier. Quatorze (14) jours de prise de contact à l’issue de laquelle, l’honorable Kaboua a partagé avec sa base, ses dernières discussions avec le Chef de l’Etat relatives au développement de Danyi. Les populations du milieu saluent les merveilles qu’accomplit déjà le député.

C’est une tournée marathon qui a permis à Abass Kaboua de s’imprégner des réalités quotidiennes de la population de Danyi. Au menu,  des meetings de sensibilisation et de remerciement à travers lesquels  l’élu du peuple a pris des engagements courageux vis-à-vis de son électorat.

« Lors de ma tournée j’ai décidé de prendre en charge  23 Enseignants volontaires (EV) du primaire qui étaient payés entre 5000 et 10.000 F maximum par mois. Désormais je les prendrai en compte et je leur payerai 20.000F par mois. J’ai deux EV du collège que je prends également en charge à raison de 25.000 F par mois. En plus j’ai pris en charge 9 infirmières accoucheuses en raison de 50.000 F par mois », a révélé, le président du MRC.

M. Kaboua précise que toutes les dépenses annoncées seront extraites de ses indemnités de député de la République togolaise. « Je ne vis pas de façon extravagante et ce qui me reste me suffit largement à ma famille et moi », a-t-il expliqué.

{loadmoduleid 210}

Le MRC a dans son agenda plusieurs projets pour booster le développement de la préfecture de Kloto. Une rencontre avec le président Faure Gnassingbé a déjà eu lieu dans ce cadre.

« Dans l’immédiat, j’ai rencontré le Chef de l’Etat qui a promis nous donner notre route (route principale de Danyi, ndlr). Ça déjà me permet de dormir à 50%  bien et le premier coupe de pioche qui sera donné à cette route mon sommeil va  augmenter à 75%, et ça c’est pour bientôt », a confessé l’ancien pionnier du Mouvement Tchoboè.

Il est annoncé l’organisation avec un groupe de jeunes ingénieurs des groupements pour l’élevage et le maraichage. A chaque fois que 10 jeunes finissent leur formation, il leur sera donné 500 poussins pour qu’ils les élèvent. Une façon pour le député d’absorber les jeunes et surtout les occuper.