Ad Top Header

Le Front  Citoyen Togo Debout (FCTD)  ne jure que par une transition politique. Deux ans après l’avoir recommandée à la CEDEAO, l’organisation de la société civile réaffirme que seule cette solution pourra marquer la fin des turbulences sociopolitiques au Togo. Elle invite toutes les forces à désormais orienter leur lutte dans ce sens.

La société civile togolaise n’entend plus abdiquer. Dix (18) organisations réunies au sein du Front Citoyen Togo Debout (FCTD) ont réaffirmé mercredi  leur détermination à multiplier les manifestations pour que les récentes bavures policières soient punies. Elles ont procédé à un dépôt de gerbe en mémoire de Mohamed Agbende-Kpessou et de Dodji Koutouatsi à l’issue d’une conférence de presse tenue mercredi à Lomé.

Le Porte-parole du Front citoyen Togo Debout (FCTD) appelle les togolais à maintenir la mobilisation. L’idée selon Prof David Dosseh est d’amener le gouvernement à revoir l’organisation de l’élection présidentielle de 2020. Il invite les autorités à faire la volonté du peuple. 2020 ne sera pas comme les autres, avertit-il assurant que le changement et l’alternance seront une réalité.

« En Aucun Cas » rassure le général  Damehame Yark, ministre de la sécurité et de la protection civile. Le mouvement a estimé mardi qu’il n’y aura jamais d’insurrection armée au Togo. Pour « En Aucun Cas », le Togolais est de nature pacifiste et non violent. Il n’a pas besoin d’user d’armes pour parvenir à ses fins.

Le Front citoyen Togo Debout est en meeting samedi à Lomé avant la marche du 27 novembre prochain. Dans un courrier adressé à l’organisation, le ministre de l’administration territoriale n’a pas interdit ces activités mais a modifié l’itinéraire de la marche. Par contre, Payadowa Boukpessi reproche à « Togo Debout » de n’avoir aucune base légale.

Le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) a posé lundi un certain nombre de revendications à satisfaire  par le gouvernement en vue de la transparence de l’élection présidentielle de 2020. Le mouvement de la société civile, dit ne pas demander la perfection mais exige l’amélioration du processus électoral.

En meeting samedi à Lomé, le Front citoyen Togo Debout (FCTD) promet tout faire pour remettre le peuple debout. L’organisation chapeautée par Prof David Dosseh prône un décloisonnement des forces vives, nécessaire pour une unicité d’action devant permettre de venir à bout du pouvoir togolais. A l’occasion, "Togo Debout" a appelé les citoyens à se lever ensemble pour réaliser l’alternance. De fait, l’organisation croit savoir quelle est la clé de la libération nationale dans la « nouvelle phase de la lutte du peuple togolais ».

Le président de la Délégation spéciale de la commune de la ville de Lomé répond au  Front Citoyen Togo Debout (FCTD) au sujet de sa prochaine manifestation. Le Contre-amiral Fogan Adegnon a donné une suite favorable à la déclaration du meeting du  04 mai. Il invite, par ailleurs, les organisateurs à tout mettre en oeuvre pour éviter tout trouble à l’ordre public.

Le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) montre la voie à suivre pour sortir définitivement de la nouvelle impasse sociopolitique dans laquelle le Togo est depuis les dernières législatives. Pour l’organisation de la société, le pays est  dans une nouvelle phase de la lutte qui a besoin  de la contribution de tout un chacun pour aboutir. Face à la presse mercredi à Lomé, le mouvement a identifié les défis à relever par les partis politiques et le rôle à jouer par  la société civile  pour une issue favorable de la crise. Et comme pour  donner le bon exemple, il annonce un meeting d’information sur le 04 mai prochain.  

Le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) accuse le gouvernement et le pouvoir d'agir dans l'intention de faire perdurer la crise sociopolitique que le Togo traverse depuis le 19 août 2017. En conférence de presse lundi à Lomé, Togo Debout a estimé que le gouvernement togolais est foncièrement contre toute idée de démocratie et l'instinct de conversation du pouvoir lui est remarquablement congénital. L'organisation de la société a par la même occasion exprimé ses doutes sur le sérieux de la CEDEAO dans la résolution de la crise togolaise et invite le peuple à prendre son destin en main.

Page 1 of 4
OTR