Ad Top Header

Une étude sur les médias au Togo a été publiée vendredi à Lomé. Une première depuis 1990, l’année de l’éclosion de la presse au Togo, l’étude est condensée dans un ouvrage de 398 pages. Le livre  porte l’estampille du Prof Kouméalo Anaté mandatée par le Centre d’études et de recherches sur les organisations, la communication et l’éducation (CEROCE) de l’Université de Lomé. Il est intitulé « Les Médias au Togo : Histoire, Réglementation et Usages et fait un aperçu global du journalisme au Togo ». 

Des membres du Syndicat National des Journalistes Indépendants du Togo (SYNJIT) intègrent le mécanisme solidaire de couverture des risques financiers liés à la maladie. Les premiers kits INAM ont été remis à certains membres du SYNJIT mercredi à Lomé. Un projet qui a abouti grâce à l’Institut national d’assurance-maladie (INAM) qui couvre les agents publics et parapublics depuis 2012.

Prof Akodah Ayewouadan a expliqué vendredi la nécessité pour les organes de presse au Togo de se muer en entreprise de presse. Selon le ministre de la communication et des médias, la mutation d’un organe de  presse en société garantit aux journalistes une forme de sécurisation dans divers domaines. Le projet tel que l’exige  le nouveau code de la presse vise aussi, d’après le porte-parole du gouvernement à amener les journalistes à « s’unir » dans le cadre de leur profession. 

Le  ministère de la communication et des médias met sur le tapis  le nouveau code de la presse togolaise  et ses panneaux. Il forme depuis jeudi à Atakpamé (161 Km de Lomé) une centaine de journalistes sur le sujet. L’initiative vise à aider les professionnels des médias à appréhender davantage les innovations apportées à ce code qui encadre l’exercice du journalisme au Togo.

Le journaliste Adam Adjronou fait ses premiers pas dans la réalisation cinématographique. Le Directeur de publication du journal « Vision d’Afrique » a présenté jeudi un film court-métrage. Il soutenait ainsi son mémoire en réalisation cinématographique. Le film porte sur la gestion de la transhumance, un problème majeur pour les pays de la sous-région ouest-africaine.

Créée le 16 février 2001, Radio Zéphyr célèbre cette année ses 20 ans d’existence dans le landerneau médiatique togolais. La célébration officielle est prévue pour le 16 février prochain. Une grande opération quartier propre a donné le ton aux activités samedi dernier au quartier Hédzranawoé à Lomé.

La presse togolaise est-elle dans une période de turbulence ? Des organisations professionnelles du secteur s’inquiètent depuis la dernière sanction infligée au journal L’Alternative. C’est dans ce sens qu’elles ont rencontré mardi la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication (HAAC).  

Le Patronat de la Presse Togolaise (PPT) revient à la charge. L’organisation de la presse dénonce une nouvelle fois un musellement des médias par les autorités ‘’décidées’’ à mettre la presse indépendante sous éteignoir’’.  Pour le PPT, cette  situation  risque de créer un climat délétère entre la HAAC et les organisations professionnelles de la presse.

Trois jeunes journalistes togolais ont eu maille à partir avec les forces de l’ordre et de sécurité à Lomé. Alors qu’ils interviewaient un chef quartier qui sortait d’une convocation du préfet de Golfe, ils ont été arrêtés. Ils ont été relâchés plus tard après un long interrogatoire.

La presse est face à des épreuves. Ces dernières semaines, des affaires ont remis au goût du jour l’application de certaines dispositions du Code de la presse et de la communication au Togo. L’actualité a motivé la section togolaise de l’Union de la presse francophone (UPF-Togo) à organiser une table ronde sur spécificités du code de la presse au cœur. Ministres, avocats, enseignants chercheurs et journalistes ont fait le tour de la question dans le cadre de la rentrée 2021 de l’UPF-Togo.

Page 1 of 10
OTR