Ad Top Header

Le gouvernement togolais a tenu mercredi une conférence de presse pour se prononcer sur la situation actuelle et la journée Togo mort à laquelle l’opposition togolaise appelle pour vendredi. Pour les ministres Payadowa Boukpessi en charge de l’administration territoriale, Damehane Yark de la sécurité et Guy Madjé Lorenzo de la communication, les dispositions sont prises pour que les togolais vaquent librement à leurs occupations.

Le gouvernement togolais a eu une nouvelle séance de travail vendredi avec les centrales syndicales et les acteurs de l’éducation dont la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET). La rencontre a permis aux participants d’entamer l’examen au fond du projet de statut particulier. Un accord est attendu sur la question avant la rentrée scolaire prévue désormais pour le 2 octobre.

Le gouvernement togolais était de nouveau devant la presse vendredi à Lomé. La conférence de presse animée par les ministres conseillers Damipi Noupokou et Djossou Semondji a été l'occasion pour les autorités de revenir sur la situation qui prévaut dans le pays. Ils annoncent que des dispositions idoines sont prises pour faire revenir le calme dans le pays. 

L'Etat togolais s'apprête à payer plus d'un milliard de francs CFA aux enseignants auxiliaires dont les salaires ont subi de prélèvement avant leur reversement dans la fonction publique. C'est l'une des notifications essentielles contenues dans le rapport final de la cellule ad-hoc chargée de régler la question remis  jeudi au Premier ministre,  Komi Selom Klassou. L'initiative répond à la satisfaction  des revendications posées par les enseignants au cours de l'année scolaire 2016-2017.

Les autorités togolaises ont évoqué mercredi devant la presse nationale et internationale la situation sociopolitique actuelle qui prévaut au Togo. La conférence de presse animée par deux conseillers de Faure Gnassingbé a été l’occasion pour le gouvernement d’appeler toutes les parties concernées à la retenue afin que les réformes soient opérées pour un retour du climat de paix dans le pays.

Au cours d’une conférence de presse tenue lundi à Lomé, les leaders de l’opposition togolaise ont invité les populations togolaises à manifester mardi devant le siège de l’Assemblée nationale, leur désaccord au sujet du projet de loi portant modification constitutionnelle adopté par le gouvernement. Au niveau du gouvernement, on met en garde contre une manifestation illégale pour le fait que les préalables à une manifestation publique n'aient pas été observés. La tension sera de nouveau palpable ce mardi à Lomé.

Le gouvernement togolais a réagi officiellement sur l’opération Togo Mort annoncée par l’opposition et qui a été mutée en une journée de recueillement et de prière pour honorer la mémoire des manifestants tombés à Sokodé. Les autorités appellent les populations à ne pas céder aux intimidations et les invitent à vaquer aux occupations.

L’alliance nationale pour le Changement (ANC), le parti du Chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre a réagi vendredi sur le bras de fer qui oppose le gouvernement au Parti national panafricain (PNP) au sujet des manifestations de samedi. Tikpi Atchadam et ses militants comptent manifester simultanément dans 5 villes du Togo mais le gouvernement leur a proposé d’autres itinéraires. L’ANC n’est pas du tout d’accord avec la position du gouvernement.

La république togolaise a désormais un site officiel. Il s’agit du www.republiquetogolaise.com. Le portail a été présenté mardi à la presse togolaise par le ministre en charge de la communication, Guy Madjé Lorenzo et le Directeur de l’information et de la communication de la Présidence togolaise, Toba Tanama.

On note depuis le début de cette semaine, une accalmie dans le secteur de l’éducation au Togo. Accalmie qui fait suite à la décision du gouvernement de doubler la prime d’incitation à la fonction enseignante et l’annonce d’autres mesures devant aboutir à l’adoption d’un statut particulier. Après avoir appelé au calme, la CSET et la FESEN ont adressé lundi un courrier au gouvernement pour exiger un certain nombre de choses dont le reversement des précomptes au plus tard fin mars pour garantir la paix sociale.

OTR