Ad Top Header

Yark: 'Plus question de tolérer les fake news sur les réseaux sociaux'

By March 29, 2021 1930

Damehame Yark a réitéré lundi l’engagement des autorités nationales  à poursuivre les auteurs de fake news sur la crise à coronavirus au Togo. Ceci conformément au point 17 des nouvelles dispositions prises par le gouvernement togolais en conseil des ministres le 24 mars dernier. Pour le ministre de la sécurité et de la protection civile, la Covid-19 existe bel et bien. Ne pas la reconnaitre est une façon d’inciter son entourage à un danger.

C’est qui irrite le Général Yark et tous ses collègues ministres ce sont des propos qui tentent à croire que la pandémie à coronavirus est une invention du gouvernement togolais. Tout simplement parce que tous ne sont pas partie de la même obédience politique.

« Il n’y a pas un pays qui est épargné de la maladie. Mais ici au Togo on écoute des gens qui tiennent des propos qui ont tendance à croire que le virus est inventé par le gouvernement togolais. Simplement parce qu’on ne partage pas les mêmes idées… C’est grave, je dirais même que c’est criminel », a déploré le ministre en charge de la sécurité sur Kanal FM.

Face à la situation dans l’esprit du point 17 des nouvelles mesures qui stipule « Le gouvernement met en garde contre la désinformation sur les médias et les réseaux sociaux et rappelle que les auteurs s’exposent à la rigueur de la loi » il prévient que tous ceux tiennent sont dans cette logique seront identifiés et traduire devant les tribunaux.

« Il doit avoir des poursuites judiciaires. Dire que la maladie n’existe pas c’est inciter quelqu’un à un danger. Lorsque vous véhiculez des informations pour intoxiquer on dirait que vous voulez le mal de celui qui vous écoute », a-t-il analysé. 

Néanmoins, il se réjouit des  témoignages des personnalités enregistrés ce jusque-là.  On note que dans la semaine, Jean Pierre Fabre et Dodji Apevon, des opposants au pouvoir de Lomé ont témoigné d’avoir guéri de la maladie.

« Vous avez suivi les témoignages au moins ; il y a des gens qui sont raisonnables… », a noté M. Yark.

OTR