Ad Top Header

Kara: les contributions communautaires pour maintenir les repas chauds

By November 25, 2020 576

Le projet Filets sociaux et services de base (FSB) est toujours en cours d’exécution à travers le Togo. A la manette se trouve l’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB). Dans la région de la Kara, l’une des sous-composantes phares reste celle portant sur les cantines scolaires. Depuis le début de la rentrée, une mobilisation de contributions communautaires est en cours pour continuer à offrir les repas chauds aux élèves.

62 écoles primaires publiques réparties dans six préfectures à savoir Assoli, Binah, Bassar, Dankpen, Doufelgou, et Kéran sont actuellement bénéficiaires des cantines scolaires dans la région de la Kara. Les cantines ont démarré dans certaines de ces écoles mercredi.

Le projet vise à accroître l'accès des enfants des communautés les plus pauvres du Togo à des repas scolaires réguliers en vue d'améliorer la fréquentation et la rétention dans les écoles des zones ciblées.

Le projet était financé conjointement par la Banque mondiale et l’Etat togolais. Mais depuis le mois de février 2020, les cantines scolaires tournent sous le régime de contributions communautaires.

Un repas chaud a une valeur de 125f avec la contribution communautaire. 115 Fcfa pour financement Etat et 10 Fcfa comme contribution communautaire par plat.

Ainsi, depuis le début de la nouvelle rentrée scolaire, les responsables de l’ANADEB dans la région de la Kara procèdent à la mobilisation des contributions communautaires. L’essentiel des contributions déjà obtenues est en nature. Toutefois, certains parents ont décidé de convertir les contributions en argent.

En prélude du démarrage des cantines scolaire, les maman cantines ont eu droit en vacance d'une formation. Trois mamans cantines par écoles ont participé à la séance de formation.

Plus de 6 000 000 de plats ont été servis depuis 2018 jusqu'à ce jour dans la région de la Kara ; soit 1 621 431 plats pour l'année scolaire 2019-2020 avec 4 mois d'absence des cantines pour cause de la pandémie de la Covid-19.

Pour cette année scolaire, il est attendu une augmentation sensible d’élèves bénéficiaires des cantines scolaires.

OTR