Ad Top Header
Louis KAMAKO

Louis KAMAKO

Dans le canton d’Adangbé, préfecture de Zio, la chefferie traditionnelle et le litige foncier s’entremêlent. Pire, bien  que l’affaire soit pendante à la justice, elle continue par  cristalliser  les attentions. Face à la presse jeudi, la collectivité « Tozo-Djadjou  » a dénoncé un faux et  usage de faux  de la collectivité Aziamadi. Ceci en réaction à la sortie médiatique la semaine dernière des familles Ahoumey, Adjoyi et Topu  qui lient le conflit les opposant à une affaire de viol. 

La Fédération Togolaise de Tennis de Table (FTTT) se signale après plus d’une année d’inactivités. Elle a annoncé jeudi la tenue d’un tournoi fédéral Open sur le 06 mars prochain. La compétition vise à dénicher les meilleurs joueurs en vue de renforcer l’équipe nationale pour les prochains rendez-vous internationaux.

Beausoleil Romuald Obeku poursuit une opération de charme à l’étranger pour le grand bonheur de sa circonscription électorale. Après son passage  en France où il a pris langue avec députés et sénateurs français au sujet d’un imminent jumelage entre Wawa et Vienne, le député  séjourne actuellement  à Bruxelles en Belgique. Il y  a installé mardi un bureau de la Coordination Diaspora Belgique et Europe de l'Association Togo Pour Tous (ATPT).

Le coordonnateur national de la coordination nationale de riposte au Covid-19 a déploré mercredi une augmentation sensible des cas de coronavirus ces derniers jours dans le Grand Lomé.  Pour le Professeur Colonel Mohaman Awalou Djibril, sur les 620  patients enregistrés la semaine dernière dans tout le Togo,  569 cas viennent de la capitale. Il annonce la prise de nouvelles mesures fortes dans les jours à venir si la situation demeure inchangée.

La Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) a invité mardi Faure Gnassingbé à tirer les conclusions de l’affaire Bolloré en cours en France. Le richissime homme d’affaire est en passe d’être jugé dans une affaire impliquant l’Etat togolais. Le regroupement ayant soutenu Agbeyome Kodjo à la présidentielle de 2020 accuse les dirigeants togolais de défendre leurs propres intérêts au détriment de l’intérêt national.

L’assemblée nationale togolaise a démarré mardi sa première session ordinaire de l’année 2021. La cérémonie a été présidée par Yawa Djigbodji Tsegan, en présence de la Cheffe du gouvernement, Victoire Tomegah-Dogbe. L’agenda de la nouvelle session comporte 22 projets de loi. Des réflexions sont en cours  pour améliorer la performance des productions de la 6è législature.

Le  Cercle d’Action pour le Développement des Personnes Handicapées (CADEPH) a sensibilisé lundi les autorités locales et les chefs traditionnels de la préfecture d’Agoè-Nyivé. L’activité s’inscrit dans le cadre du 10è anniversaire de la ratification de la convention relative aux droits des personnes handicapées par le Togo. Occasion pour le CADEPH de signer  des  partenariats avec 3 organisations engagées à accompagner les personnes handicapées.

L’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) reprend sa mission dévouée au renforcement de capacités des jeunes entrepreneurs. Elle a relancé  lundi à Lomé et à Kara une série de formations des jeunes et femmes entrepreneurs sur les marchés publics après plusieurs de pause due à la pandémie à la Covid-19. 2100 entrepreneurs vont être outillés sur  l’environnement des marchés publics et la préparation des offres. Ceci pour les aider à  bénéficier de 25% de marchés publics qui leur  est réservé.

L’Alliance nationale de changement (ANC) milite pour renaître de ses cendres. Décidé de garder le silence pendant 08 mois après  la débâcle qu’il a connue  lors du scrutin présidentiel du 22 février 2020, le parti orange va opter pour de nouvelles stratégies en vue de  retrouver sa position d’autan sur l’échiquier politique togolais. L’annonce a été faite samedi par Jean Eklou, au sortir de la rentrée politique de la jeunesse de l’ANC tenue à Lomé.

Des organisations de la société civile dénoncent une restriction des espaces d'exercice de la liberté de manifestation et de musèlement  de la presse au Togo. Pour elles, depuis le vote de la "Loi Boukpessi" en 2019 par la 6è législature, il y a un obstacle à la liberté de réunion et de manifestations. Elles soulignent également la vague de condamnation des médias ces jours-ci. Une journée de réflexion a réuni différentes couches socioprofessionnelles samedi à Lomé.

Page 1 of 220
OTR