Ad Top Header

Tikpi Salifou Atchadam s’est prononcé jeudi sur l’actualité sociopolitique du Togo. Dans un long audio, le président du Parti national panafricain (PNP) maintient sa ligne politique qui est de faire tomber le pouvoir de Lomé par de monstres manifestations populaires dans toutes les villes et villages du pays. Pour celui qui pense que l’armée togolaise n’est pas une armée de libération, il appartient au peuple togolais de se libérer et libérer ensuite l’armée. Me Atchadam accuse les partis d’opposition de légitimer la « dictature » en participant aux élections organisées. Pour lui, la solution de refondation du Togo passe par une transition sans Faure Gnassingbé.

Les derniers évènements ayant abouti à la chute de Ibrahim Boubakar Keita au Mali sont suivis de près dans la sous-région et bien au-delà. Au Togo, le Parti national panafricain (PNP) en fait un parallèle avec la lutte pour l’alternance au pouvoir. La formation politique de Tikpi Atchadam ne se leurre pas que l’armée togolaise pourra agir comme son homologue du Mali. Toutefois, elle assure qu’il y a des moyens de conclure la lutte politique.

Le Parti national panafricain (PNP) s’invite dans le contentieux électoral en cours. Pour Tikpi Atchadam et ses partisans, le véritable gagnant de l’élection présidentielle du 22 février dernier est le candidat placé 2e. Partant, l’instigateur du soulèvement du 19 août 2017 appelle à un maillage du territoire pour faire tomber le régime afin d’instaurer « une transition politique sans Faure Gnassingbé ».

Le bureau national du  Parti national panafricain (PNP) dégrade Tchatikpi Ouro-Djikpa. Le Conseiller national de Tikpi Atchadam est déchargé  depuis le 31 décembre dernier  de ses responsabilités. Il lui est reproché de prendre et de mener des initiatives de façon solitaire, notamment la création d’une nouvelle coalition.

Le Parti national panafricain (PNP) a les moyens de sa politique. La formation politique de Tikpi Atchadam n’a donc pas besoin d’un seul centime de qui que ce soit pour réaliser l’alternance à la tête de l’Etat Togolais. Le parti l’a affirmé lundi tout en mettant en garde des personnes mal intentionnées qui veulent nuire à son image.

"Sortez de partout pour chasser Faure... Des opportunités existent". C'est en ces termes que Tikpi Atchadam a sonné la "mobilisation" contre un 4è mandat de Faure Gnassingbé. Le président national du Parti national panafricain (PNP) s'est exprimé dans un message audio. Cette fois, l’instigateur du 19 août donne des instructions visant à empêcher l'actuel Chef de l'Etat de se représenter à la présidentielle de 2020. Aussi, pense- t-il que la volonté générale du peuple togolais à quelques mois de la présidentielle  ne se résume qu'à trois points.

Le Parti National Panafricain (PNP)  de Tikpi Atchadam hausse de nouveau le ton. Il a dénoncé mardi un plan de disparition ourdi contre lui et qui consisterait à le décapiter et à l’empêcher, par la violence, ses activités, notamment les réunions hebdomadaires qu’il organise sur l’ensemble du territoire national. Il exige l’arrêt de ces menaces et appelle le peuple togolais à la mobilisation.

Tikpi Atchadam a rejeté mercredi les réformes adoptées le 8 mai dernier par l’Assemblée nationale togolaise. Le président du Parti national panafricain (PNP) qualifie les nouvelles dispositions de « costume tout cousu pour Faure Gnassingbé ». Le leader du PNP condamne l’arrestation de certains responsables de son parti politique qui se retrouvent actuellement en prison. Il appelle à des comités de résistance contre un 4e mandat de Faure Gnassingbé en 2020.

Tchatikpi Ouro-Djikpa a été arrêté samedi par les forces de sécurité du Togo. Le Conseil du président du Parti national panafricain (PNP) serait recherché depuis plusieurs jours. Son arrestation intervient alors que 2 autres responsables du parti ont été jetés en prison en milieu de semaine. Même si les autorités évitent de se prononcer sur l’accusation portée contre les mis en cause, des informations parvenues à Togobreakingnews insistent sur les charges de trouble à l’ordre public, rébellion ou encore  groupement de malfaiteurs. Un dossier consistant aurait été constitué contre le parti et Tikpi Atchadam, son leader, apprend-on.

Tikpi Atchadam mobilise ses troupes pour la manifestation du 13 avril prochain. Dans un long message dans lequel il critique le processus de décentralisation tel qu’enclenché par le pouvoir togolais, le leader du Parti national panafricain (PNP), indique qu’il n’y a pas de démocratie sans alternance au sommet de l’Etat. Et pour parvenir au changement de régime, le guerrier de Kparatao appelle les togolais à sortir massivement pour faire aboutir l’opération « Dzitri-Bonsafo » le samedi prochain. Me Atchadam affirme que ce sera la fin du régime si « chasseur et guerrier » sortent massivement les mains  nues.

Page 1 of 6
OTR