Ad Top Header

La manifestation de la Coalition des partis politiques de l’opposition n’a pas pu démarrer mercredi comme prévu. En lieu et place des partisans de l’opposition, ce sont les forces de défense et de sécurité qui ont plutôt répondu à l’appel des leaders de l’opposition. Ils ont bouclé très tôt les points de rassemblement et de chute décidés par l’opposition et refusés par le gouvernement.

La coalition des 14 partis de l’opposition togolaise rejette les itinéraires qui lui ont été proposés par le gouvernement pour sa nouvelle série de manifestations de trois jours. Devant la presse mardi, le regroupement de l’opposition a réitéré son appel à manifester les 06, 07 et 09 juin sur toute l’étendue du territoire national suivant les itinéraires qu’elles a elle-même définis. Elle a lancé un appel aux forces de sécurité et de défense et a menacé le pouvoir en cas de répression des nouvelles manifestations. 

Le gouvernement n'a pas changé de position par rapport à l'organisation des manifestations publiques de la coalition des 14 partis politiques de l'opposition togolaise. Un peu comme en mai dernier, le ministre en charge de l'administration territoriale n'interdit pas la prochaine série des marches du 06, 07 et 09 juin de l'opposition mais s'oppose aux itinéraires. Payadowa Boukpessi propose d’autres itinéraires pour les manifestations de Lomé. Dans son courrier adressé à la coalition, il indique que les manifestations demeurent interdites à Sokodé, Bafilo et Mango.

La facilitation ghanéenne et guinéenne aidée désormais par la Commission de la CEDEAO prépare les recommandations de sortie de crise au Togo. Une nouvelle dynamique a été enclenchée dans ce sens samedi à Lomé avec les concertations entre une délégation de la facilitation et les parties prenantes de la crise togolaise. Alors qu’une nouvelle rencontre est prévue dans les prochains jours, l’opposition veut continuer à mettre la pression. Le parti de Tikpi Atchadam a annoncé samedi une série de manifestations de trois jours de la coalition la semaine prochaine.

Les nouvelles manifestations de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise prévues pour démarrer le mercredi 09 mai n'auront plus lieu. La série de trois jours de manifestations qui était au centre d’un bras de fer entre le gouvernement et les organisateurs est repoussée. La coalition explique disposer d’informations qui ne garantissent pas un déroulement serein des manifestations et l’atteinte des objectifs visés.

De nouvelles manifestations de rues sont programmées pour cette semaine par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Le regroupement de l’opposition a décidé de maintenir ses anciens itinéraires à Lomé comme à l’intérieur du pays. Mais le gouvernement togolais ne l’entend pas de cette oreille. Tout comme en fin avril, le ministre de l’administration territoriale propose des itinéraires pour circonscrire les manifestations des 9 et 12 mai ainsi que le meeting du 13 mai au canton de Bè.

La première saison de la nouvelle série de manifestations de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise n'a pas été palpitante mercredi. Mais il y a eu quand-même quelques épisodes réalisés dans les rues de Lomé et dont les acteurs sont les forces de défense et de sécurité d’un côté et les manifestants et les leaders de la coalition, de l’autre. Ces derniers qui avaient été un temps séquestrés au siège de la CDPA ont pu regagner leurs domiciles finalement tout en annonçant une conférence de presse. Mais en général, la mobilisation n'a pas été au rendez-vous.

De nouvelles manifestations sont en vue au Togo les 25, 26 et 28 avril prochains alors que les autorités sont en train de dérouler le programme de la célébration des 58 ans d’indépendance du pays dont l’apothéose est prévue pour le vendredi 27 avril prochain. Cette nouvelle situation ne convient pas au Mouvement de la Jeunesse Consciente de l’Opposition (MJCO). Face à la presse mardi, l’organisation a dénoncé la programmation de ces manifestations et appelle pouvoir et opposition à sauver le dialogue en cours.

Dans la lettre adressée à la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition le vendredi dernier, le gouvernement togolais, qui n’interdit pas cette fois-ci les manifestations, a décidé de les circonscrire, à travers ses recommandations, au quartier Bè. Le regroupement de l’opposition parle d’une interdiction déguisée et n’est pas prêt d’accepter les itinéraires proposés. Pour Brigitte Adjamagbo-Johnson, la coordinatrice de la coalition, les anciens itinéraires sont maintenus.

L’Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture au Togo (ACAT-Togo) apporte de l’eau au moulin de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition au sujet des exactions commises sur les manifestants des 11 et 14 avril derniers. Un peu comme l’opposition, l’organisation de défense des droits de l’homme a dénoncé samedi l’atteinte au droit à la vie, à l’intégrité et à la liberté de manifester. Elle rappelle au gouvernement togolais que la République du Togo a adhéré au Pacte international  relatif aux Droits Civils et Politiques le contraignant à respecter les libertés de manifestations publiques pacifiques.

OTR
© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN