Ad Top Header

La tension est palpable entre le pouvoir et l’opposition togolaise à la veille de la reprise des manifestations publiques de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise. Mardi, les deux parties se sont livrées à une bataille de courriers. L’opposition qui a écrit au gouvernement pour l’informer du maintien de ses marches a eu un retour du ministre de l’administration territoriale. Dans sa lettre réponse, Payadowa Boukpessi réaffirme l’interdiction des manifestations conformément aux recommandations du dialogue. Sur le sujet,  Tikpi Atchadam depuis son lieu de  refuge indique que le ministre Boukpessi aura la réponse du peuple les 11, 11 et 13 avril.

Le président togolais a hâte d’aller aux élections. C’est l’information donnée à la coalition des 14 partis politiques de l’opposition par le facilitateur du dialogue inter-togolais, Nana Akufo-Addo et qui a été livrée mardi à la presse à Lomé. Une délégation du gouvernement togolais a transmis le 4 avril dernier un message de Faure Gnassingbé au président  ghanéen dans lequel il a exprimé sa préoccupation par rapport au retard pris dans la préparation des élections, craignant ainsi de graves conséquences sur les délais constitutionnels fixés pour les scrutins.

Une délégation de la coalition des 14 partis politiques de l'opposition s’est rendue lundi à Accra pour un tête-à tête avec le Facilitateur de la crise togolaise, Nana Akufo-Addo. L’opposition togolaise n’apprécie le fait que le dialogue s’éternise et que le pouvoir de Faure Gnassingbé se sert du communiqué des premières séances pour empêcher les manifestations de rue. A Accra, l'opposition togolaise et le président ghanéen discuteront de la reprise des manifestations et de la relance du dialogue inter-togolais.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise met à exécution sa menace. Elle a officiellement annoncé vendredi sa décision de renouer avec la rue les 11, 12 et 14 avril prochains. Dans un communiqué, le regroupement des 14 partis appelle  à manifester pour  dénoncer le refus du pouvoir de respecter les engagements pris en présence du Facilitateur et exiger le retour à la Constitution originelle du 14 octobre 1992 entre autres.

Le Front Citoyen Togo Debout (FCTD)  rencontre une nouvelle fois le Contre-Amiral Fogan Adegnon sur son chemin. Pour la deuxième fois en moins de deux mois, le Maire de la ville de Lomé interdit les manifestations publiques de cette organisation. Et si pour la première fois Togo Debout n’a pas défié l’autorité, cette fois-ci, le front ne compte plus se soumettre à ses décisions. Le mouvement indique qu'il  a déjà saisi le Président ghanéen sur la question et  maintient son meeting d’information sur ce samedi 07 avril à Lomé.

La coalition des 14 partis de l’opposition et le gouvernement togolais font désormais du mano à mano. S’insurgeant contre la dernière note de service adressée aux préfets pour la mise en place des comités listes et cartes en vue du démarrage de la révision des listes électorales, le regroupement de l’opposition n’a pas attendu longtemps avant d’envoyer une lettre au ministère de l’administration territoriale informant d’une possible manifestation de 4 jours la semaine prochaine. Tout ceci alors que le facilitateur a demandé à l’opposition de suspendre toute manifestation de rues pendant la durée du dialogue et au gouvernement de geler la préparation des élections en attendant l’issue des pourparlers.

Le gouvernement togolais a-t-il réellement suspendu le processus électoral comme l’avait indiqué le communiqué sanctionnant le 3è round du dialogue inter-togolais ? C’est la question que certains acteurs politiques togolais se posent vendredi après avoir vu une note adressée par le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales et qui évoque la mise en place des Comités des Listes et Cartes (CLC) par la CENI.

Un pasteur vient de faire son entrée dans l’arène politique togolaise pour aider le pays à sortir de la crise socio-politique qu’il traverse depuis le 19 août dernier. Le Révérend Yohanes Bavon a lancé  mardi  à Lomé le Front des Architectes de la République (FAR) pour faire bouger les lignes. Le Mouvement politique du fondateur de l'Eglise « Ambassade des Merveilles » s’engage à attaquer le mal togolais depuis la racine, qui  est selon lui la blessure des cœurs.

Le président du Parti national panafricain (PNP) a invité mardi le peuple togolais à rester attaché aux fondamentaux de la lutte que sont la Constitution de 1992 et le droit de vote de la diaspora. Dans une interview qu’il a accordée à Radio FM Liberté de la diaspora, Tikpi Atchadam a déclaré que le peuple togolais n’a pas payé un lourd tribut depuis le début de la lutte pour avoir un gouvernement d’union nationale à l’issue duquel le chef de l’Etat actuel va se réinstaller comme son père. Pour lui le schéma est clair : démission de Faure Gnassingbé, ouverture de la transition puis organisation des élections.

Le Réseau « Diaspora force de développement du Togo » (RDFDT) a exprimé mardi son étonnement, sa lassitude et sa déception suite à la nouvelle suspension du dialogue inter-togolais dont le 3e round s’est déroulé vendredi dernier à Lomé. L’organisation appelle le Premier Ministre togolais et le Chef de file de l’opposition à user de leurs prérogatives et influence sur la vie publique togolaise afin que des concessions soient faites pour la réussite du dialogue en cours.

OTR
© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN