Ad Top Header

L’Union Européenne a observé mercredi 9 mai, la journée de l’Europe. Cette journée a été marquée à Lomé par une réception donnée par Cristina Martins Barreira, la cheffe de la Délégation de l’Union Européenne au Togo. Plusieurs personnalités du pays ont pris part à cette soirée. Dans son intervention de circonstance, la diplomate européenne a estimé que les amis du Togo ne veulent pas voir le pays sombrer dans la spirale de l’incertitude. Elle a profité de l’occasion pour lancer un appel aux acteurs de la crise politique.

Le Front National (FN) veut contribuer à la résolution de la crise politique qui secoue le Togo depuis le 19 août dernier. Le parti politique du feu Yao Janvier Edoh Amela  ressuscité, il y a  à  peine une semaine annonce la création pour très bientôt d’un mouvement républicain afin de restaurer la République. Pour le FN, la crise togolaise ne peut pas trouver un dénouement dans les dialogues étouffés et des prises de positions radicales.

De nouvelles manifestations de rues sont programmées pour cette semaine par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Le regroupement de l’opposition a décidé de maintenir ses anciens itinéraires à Lomé comme à l’intérieur du pays. Mais le gouvernement togolais ne l’entend pas de cette oreille. Tout comme en fin avril, le ministre de l’administration territoriale propose des itinéraires pour circonscrire les manifestations des 9 et 12 mai ainsi que le meeting du 13 mai au canton de Bè.

Il n’est pas exagéré de dire que le Togo est dans une impasse. Le pays, confronté à une sérieuse crise sociopolitique depuis les évènements du 19 août 2017 n’est pas sorti de l’auberge. Le dialogue politique entamé le 19 février et qui devrait permettre de trouver un consensus entre les parties prenantes s’est enlisé. Depuis, l’on assiste à un nouveau bras de fer entre le pouvoir et la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition. De même, des contacts continuent d’être pris. Jeudi, la Coalition de l’opposition a rencontré les diplomates du Groupe des 5. Des questions liées à la stabilité et à la transition ont été évoquées.

Galaxie Citoyenne pour la Démocratie (GCD) prend du recul et fait des propositions pour la décrispation de la tension politique qui sévit au Togo depuis le 19 août dernier. L’organisation de la société civile, jusque-là fidèle aux manifestations de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise, a observé jeudi à Lomé une journée de réflexion sur le thème « Quel esprit citoyen pour le Togo d’aujourd’hui et de demain ». Il a été question pour la GCD de Mouhamed Idrissou Traoré de montrer la voie à suivre pour une sortie définitive de crise.

Le ministre togolais de la fonction publique est largement revenu jeudi sur la crise politique togolaise et sur la crise sociale qui secoue les secteurs de l’éducation et de la santé. Gilbert Bawara s’est félicité de l’accord signé entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants et promet que le statut particulier sera envoyé à l’assemblée nationale pour adoption. Au sujet du secteur de la santé, le ministre de Faure Gnassingbé assure que les séances du groupe de travail se poursuivent pour trouver une solution durable. Sur la question politique, M. Bawara indique que le dialogue se poursuit mais l’Etat continuera la préparation des élections pour ne pas tomber dans le piège de blocage de la Coalition de l’opposition. Tout comme le Chef de l'Etat, il assure que les réformes constitutionnelles seront faites cette année, y compris par le référendum.

Le président de l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS) se prononce sur le dialogue politique inter-togolais en cours. Les pourparlers, qui devraient permettre au pouvoir de Faure Gnassingbé et à la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition de solder la question des réformes constitutionnelles et institutionnelles, sont actuellement aux arrêts. Agbéyomé Kodjo invite les protagonistes à parvenir à des résultats qui élèvent la nation en se départissant des intérêts partisans.

Le Chef de l’Etat togolais s’est adressé vendredi à ses concitoyens à l’occasion de la célébration du 58e anniversaire de l’indépendance du pays. Dans son message, Faure Gnassingbé a invité les togolais à poursuivre l’œuvre transformatrice qui fera émerger l’or de l’humanité. Il a réaffirmé sa foi en le dialogue en cours pour la réalisation des réformes constitutionnelles et institutionnelles. Le président togolais annonce également que les rendez-vous électoraux seront tenus cette année. Evoquant l’unité du peuple togolais, il a regretté que des revendications politiques aient pu menacer la cohésion sociale mais a invité les togolais à être des infatigables artisans d’un Togo moderne, stable et prospère.

Le président de l’Union des forces de changement (UFC) interpelle à nouveau la classe politique togolaise qui doit opérer des réformes institutionnelles et constitutionnelles fiables devant propulser le Togo sur la voie d’une démocratie consensuelle. Gilchrist Olympio a invité jeudi les acteurs politiques à l’humilité, la modestie et au dépassement de soi pour trouver avec l’appui de la CEDEAO, des solutions durables à la crise. Celui qui regrette le non-respect de l’Accord de 2010 par le pouvoir de Faure Gnassingbé pense que la solution à la crise politique sera une alternance pacifique en 2020.

Le président français s’est de nouveau prononcé sur la crise politique que traverse le Togo depuis le 19 août 2017. Emmanuel Macron qui effectue actuellement une visite d’Etat à Washington a été interpellé par des togolais de la Diaspora. Dans sa réponse, il estime que la question togolaise est en cours de résolution.

OTR
© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN