Ad Top Header

C’est le 31 juillet prochain que les Chefs d’Etat de la CEDEAO donneront des indications devant permettre une résolution de la crise sociopolitique éclatée le 19 août 2017. Mais avant, les tractations vont bon train entre les responsables de l’organisation communautaire et les protagonistes togolais. C’est dans cette logique que le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, l’un des facilitateurs désignés de la CEDEAO, reçoit jeudi une délégation de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise. Il s’agira, selon les explications, de discuter d’une solution durable à la crise togolaise.

Nouvelle Vision (NoVi) ne semble pas tarir d’idées quand elle parle des solutions à l’instabilité politique au Togo.  Après son  plan tridimensionnel élaboré  en septembre 2017, le Mouvement politique revient à la charge avec une autre proposition de sortie de crise. La nouvelle formule du Mouvement du Dr Kodjovi Aubin Thon  s’intitule « la démarche citoyenne pour un Togo stable et paisible ». Elle a été portée à la connaissance des médias au cours d’une e-conférence animée vendredi.

C’est le 31 juillet prochain que la CEDEAO se prononcera sur la situation togolaise. L’institution communautaire devrait, à l’issue de son sommet des chefs d’Etat et de gouvernement, donner des orientations pouvant solutionner la crise qui secoue le pays de Faure Gnassingbé depuis bientôt un an. Dans l’attente de ces orientations, pouvoir et opposition se lancent dans une guerre de déclarations. Réagissant lundi à l’entretien accordé par le ministre togolais de la Fonction publique, Gilbert Bawara à Togo Breaking News, Antoine Folly, l’un des leaders de la Coalition a accusé le régime de Faure Gnassingbé de se faire passer pour un ange. Pour M. Folly, les 19 août vont se multiplier tant que le Togo ne rayonnera pas de démocratie.

La crise sociopolitique qui a éclaté au Togo le 19 août 2017 tarde à être dénouée. Malgré les efforts des chefs d’Etat de la sous-région, aucune avancée n’est encore perceptible au sujet de la question majeure à l’origine de la situation. Même le dialogue ouvert le 19 février pour tenter de concilier les positions du pouvoir et de l’opposition n’a accouché que de minces résultats, du moins à ce jour. Désormais, c’est vers la CEDEAO que les regards convergent et que les espoirs de chacun des camps en discorde sont portés. Aux lendemains d’une nouvelle mission à Lomé dirigée par Francis Béhanzin, le commissaire paix et sécurité de l’organisation sous-régionale, le chef de la délégation du gouvernement aux pourparlers dresse un état des lieux de la situation et estime que « le gouvernement a fait preuve d’ouverture contrairement à la coalition de l’opposition ». Gilbert Bawara indique que la CEDEAO, qui a eu le temps d’écouter les deux parties, connaît désormais les positions de tous les protagonistes et dispose de tous les éléments d'appréciation pour trancher dans le sens de la « normalisation définitive de la situation en se basant sur les normes et les principes qui fondent la démocratie et l’Etat de droit ».

Tous les regards sont désormais tournés vers la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui élaborera une feuille de route pour une sortie de crise au Togo. A quelques jours de la date tant attendue, Abass Fréderic  Kaboua dit connaitre déjà les recommandations que l’institution régionale formulera. Le président national du Mouvement des Républicains Centristes (MRC) se mue en mage et prévient les Togolais de ne pas espérer grand-chose de la Communauté. Il se dit également dégoûté des navettes régulières des facilitateurs de la crise et de leurs émissaires entre le Togo leurs pays respectifs.

Le Commissaire des affaires politiques, paix et sécurité de la Cedeao, a fait le point à la presse de sa rencontre de jeudi avec les parties prenantes du dialogue inter-togolais. Le Général Francis Béhanzin qui était en mission pour suivre l’évolution des recommandations des Présidents Nana Akufo-Addo et Alpha Condé a salué la bonne volonté manifestée aussi bien par le pouvoir et que l’opposition pour une sortie de crise.

Le Commissaire des affaires politiques, paix et sécurité de la Cedeao, le général Francis Behanzin a échangé jeudi avec les protagonistes de la crise togolaise. Les échanges ont démarré dans la matinée avec la délégation de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise. A l’issue, Jean-Pierre Fabre a indiqué que la coalition a fait part de son appréciation aux Commissaires aux affaires politiques, paix et sécurité de la Cedeao. Pour le Chef de file de l’opposition, tout reste à faire pour la sortie de crise.

En prélude à la feuille de route que préparent les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO pour une sortie de crise au Togo, une délégation de l’organisation communautaire est arrivée mercredi à Lomé. La délégation conduite par le général Francis Behanzin rencontre jeudi les protagonistes de la crise togolaise pour prendre connaissance des dernières avancées. Au niveau de la Coalition des 14 partis de l’opposition, on annonce que 3 problèmes essentiels seront soulevés devant le commissaire des Affaires politiques, Paix et Sécurité de la Cedeao et sa suite.

A l’issue de leur rencontre avec les acteurs de la crise sociopolitique togolaise le 27 juin dernier à Lomé, Nana Akufo-Addo (Ghana) et Alpha Conde (Guinée),  facilitateurs désignés de la CEDEAO ont félicité le gouvernement pour les mesures d’apaisement déjà prises et l’ont encouragé à poursuivre la libération des personnes arrêtées lors des manifestations. Le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé donne suite à cet appel. Il vient d’accorder la grâce présidentielle à un certain nombre de personnes détenues dans les prisons de Lomé et de Kpalimé.

L’ambassadeur de France au Togo, Marc Vizy a fait part des espérances de son pays quant à une sortie de crise au Togo grâce aux recommandations de la CEDEAO. L’organisation communautaire se réunit dans deux semaines à Lomé et M. Vizy indique que son pays a espoir que la situation sera débloquée pour la relance du développement économique et social qu’attendent les togolais. Pendant ce temps, le gouvernement togolais s’engage à faire aboutir les réformes au centre de la crise.

OTR
© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN