Ad Top Header

La situation sociopolitique qui prévaut au Togo ces derniers mois porte préjudice aux  efforts consentis jusque-là par les Ministres en charge de la sécurité des frontières du Conseil de l'Entente. Le Conseil de l'Entente qui clôturait vendredi à Lomé  la deuxième réunion annuelle de ces ministres, a  en dehors des multiples recommandations,  invité les acteurs politiques togolais à trouver sous peu la solution à la crise. L'institution se réjouit par ailleurs de ce que pouvoir et opposition aient déjà commencé par prendre langue avec des médiateurs pour une sortie de crise définitive.

La crise politique qui secoue le Togo depuis le 19 août dernier est au centre de toutes les tractations diplomatiques dans la sous-région ouest-africaine. La médiation sous régionale conduite désormais par le Ghana explore toutes les voies devant mener à une sortie de crise pacifique avec à la clé, la mise en œuvre effective des réformes portant sur la limitation de mandats, le mode de scrutin à deux tours notamment. Plusieurs acteurs politiques togolais sont reçus au Ghana ces derniers jours. Et parmi les noms de ceux qui ont franchi la frontière de l’ouest figure celui de Pascal Bodjona.

Le président en exercice de l’Union africaine (UA) a déclaré jeudi, dans une interview accordée à l’AFP, au journal Le Monde et à RFI à Paris, qu’il est en train d’œuvrer pour une résolution pacifique de la crise sociopolitique en cours au Togo. Alpha Condé confirme qu’il va rencontrer dans les prochains jours l’opposition togolaise.

Ça semble être plutôt bien passé entre la coalition de l'opposition togolaise et l'émissaire du président ghanéen Nana Addo- Akufo qui discutaient mardi de la crise togolaise. La rencontre annoncée pour baliser la voie à un dialogue entre le pouvoir et l'opposition a permis à Jean Pierre Fabre et compagnie de faire des propositions au ministre ghanéen  de la sécurité.

Le dialogue politique annoncé par le gouvernement togolais aura bel et bien lieu. Mais si les choses trainent, ce n’est pas de la faute du gouvernement mais de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition. C’est ce qu’a indiqué lundi le ministre togolais de la fonction publique, Gilbert Bawara.

Devant la presse dans la matinée de mercredi à Lomé, la coalition des 14 partis politiques de l'opposition a fait le point de la manifestation de mardi à Lomé et dans les localités de l'intérieur du pays. Le regroupement a dénoncé la situation qui prévaut à Sokodé et à Bafilo et appelle les populations togolaises à maintenir la pression.

OTR
© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN