Ad Top Header

Encore un préalable à remplir dans le cadre de la reprise des classes au Togo. Le coordonnateur national de la coordination de gestion de la riposte au Covid-19, Prof-colonel Awalou Mohaman Djibril, propose un dépistage systématique pour tous les élèves résidant hors des frontières avant la reprise partielle des classes.

Les virus infectent généralement les cellules en y entrant via une endocytose médiée par un récepteur auquel chaque virus doit d'abord se lier. Le récepteur utilisé par le SARS-CoV-2 est une protéine de surface cellulaire : l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2), la même que pour le SARS-CoV mais avec une affinité 10 à 20 fois plus importante que le SARS-CoV. Le virus se lie avec le récepteur ACE-2 par ses protéines présentes dans les épines de sa couronne (protein spyke).

Après 150 compatriotes rentrés au Togo il y a trois semaines, 64 togolais vivants à l’étranger sont de retour. Ils sont arrivés à Lomé mercredi par vol spécial en provenance de l’Europe.

Le gouvernement togolais vient de décréter le port obligatoire de masque en public. Cette mesure devrait contribuer à rompre la chaîne de contamination de la pandémie du coronavirus. En lien avec cette décision, l’Institut national d’assurance maladie (INAM) a confectionné des masques lavables et réutilisables plusieurs. Pour la Direction générale de l’INAM, il s’agit d’un produit social togolais pour soutenir la population.

Le général Damehame Yark est revenu mercredi sur la levée du couvre-feu et du bouclage des villes au Togo. Selon le ministre de la sécurité et de la protection civile, cette décision ne signifie pas la suppression des mesures barrières contre le coronavirus. La Force spéciale mixte anti-pandémie (Fosap) sera toujours à la trousse de ceux qui fouleront aux pieds les dispositions prises par le gouvernement pour endiguer le mal.

De nouvelles contaminations au coronavirus sont enregistrées au Togo. Le pays a franchi mardi la barre des 500. Les autorités togolaises ont décrété le port obligatoire du masque. Le Conseil scientifique togolais indique que la pandémie est en phase endémique.

Cela fait 4 mois que le 1er cas de la maladie à coronavirus a été enregistré au Togo. A ce jour, la situation actuelle du pays fait état de 495 cas confirmés, 13 décès, 248 cas guéris et 234 cas actifs. Pour le Dr Gilbert Tsolenyanu, la maladie ne va pas disparaître de sitôt. Il faut alors recourir à un triptyque au système de santé au Togo.

Le premier cas rapporté est un patient de 55 ans tombé malade le 17 novembre 2019 en Chine2. Un mois plus tard, le 15 décembre, le nombre de cas se monte à 27. Le 20 décembre, il est à 60, incluant plusieurs personnes qui, travaillant au marché de gros de fruits de mer de Huanan, sont hospitalisées à l'hôpital de Huanan, dans la région du Hubei, pour pneumopathie. Personne ne sait si les humains se contaminent entre eux, les malades ayant pu être contaminés par une source animale commune. À ce stade déjà, de nombreux observateurs soupçonnent les autorités chinoises d'avoir voulu étouffer la vérité. Le 21 décembre, un kit diagnostic ciblant vingt-deux germes pathogènes respiratoires (dix-huit virus et quatre bactéries) donnant un résultat négatif, les médecins réalisent qu'ils sont en présence d'un nouvel agent pathogène respiratoire.

Le président du Nouvel engagement togolais (NET) est encore à l’abordage. Gerry Taama s’est rendu mercredi à la prison civile de Lomé avec des bras chargés. Il a remis à l’administration pénitentiaire 2000 kits de protection.

Les vœux des médias togolais ont été exaucés avec l’appui financier que la Délégation de l’Union européenne a accordé  pour soutenir l’action de sensibilisation des médias contre le COVID 19 au Togo.

OTR
© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN