Ad Top Header

La Coalition des 14 partis politiques de l'opposition a fait part jeudi de sa préoccupation et de son inquiétude au sujet « de la dégradation de la situation sécuritaire au Togo en particulier dans la ville de Sokodé ». Le regroupement de l’opposition accuse le pouvoir de refuser la mise en œuvre des mesures d’apaisement et de s’adonner à une répression qui « éloigne les perspectives de sortie de crise ». La Coalition appelle, à cet effet, Muhammadu Buhari, Nana Akufo-Addo, Alpha Condé ainsi que la communauté internationale à agir pour arrêter le régime de Faure Gnassingbé.

Alors que la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition continue d’exiger la reprise du recensement électoral, après son entrée à la CENI, la CEDEAO vient de dépêcher à Lomé deux experts chargés d’auditer le fichier électoral. Dans le même temps, la CENI vient d’indiquer que les experts ayant suivi les opérations de recensement ont donné leur avis et insisté sur la nécessité de préserver la paix au Togo.

Le poste juxtaposé de Noépé-Akanu (30 km de Lomé) a été inauguré vendredi par les présidents togolais, Faure Gnassingbé et ghanéen, Nana Akufo-Addo. C’était en présence notamment de Jean-Claude Brou, le président de la Commission de la CEDEAO. Construite sur une superficie de 17 hectares, cette infrastructure va permettre de faciliter les échanges entre les 2 pays voisins et booster la libre circulation des personnes et des biens dans la sous-région.

Le recensement électoral conduit par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) s’est achevé jeudi dans la Zone 2. Malgré les contestations de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition, dont les représentants n’ont toujours pas intégré l’institution, les autorités togolaises continuent de dérouler les activités. Intervenant jeudi en Conseil des Ministres, le Chef de l’Etat togolais s’est dit satisfait du déroulement des opérations. Faure Gnassingbé a demandé par ailleurs aux services de sécurité et de justice de poursuivre les auteurs des incidents enregistrés.

Le gouvernement togolais et le parti au pouvoir ont qualifié mercredi « d’affabulations et d’affirmations mensongères et tronquées » les déclarations et les accusations formulées à leur encontre notamment par la Coalition des 14 partis de l’opposition et les associations de la société civile. Lors d’une conférence de presse animée par les ministres Gilbert Bawara, Payadowa et le président du groupe parlementaire UNIR, le pouvoir de Faure Gnassingbé a dénoncé des « manœuvres d’intoxication et de désinformation ». Les autorités déclarent que la Coalition n’est pas partie prenante de la CENI et assurent que les élections se tiendront telles que prévues le 20 décembre prochain.

Le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé a entamé mercredi une visite de travail et d’amitié à Accra au Ghana. Ce déplacement sera l’occasion pour lui de s’entretenir avec son homologue ghanéen, Nana Akufo-Addo, qui est l’un des facilitateurs désignés de la CEDEAO dans la situation sociopolitique que traverse le Togo.

Au lendemain de la nomination de 4 représentants de la Coalition à la CENI par les députés UNIR à l’Assemblée nationale, le regroupement de 14 partis politiques de l’opposition a dénoncé un passage en force du pouvoir et appelle les populations togolaises à se tenir prêtes pour de nouvelles manifestations de rue à travers le pays. Les leaders de la Coalition estiment que le régime de Faure Gnassingbé a mis en échec le règlement pacifique de la crise.  

La 13ème édition des « Journées BRVM » s’est achevée vendredi à Lomé avec une conférence tenue à l’Ecole supérieure d’audit et de management (ESAM). La rencontre modérée par le Prof Maurice Edorh a été marquée par une communication du  Directeur général de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), Edoh Kossi Amenounvé. Elle a permis aux étudiants de cette école de connaître le rôle que joue une boure dans le financement de l’économie. A l'occasion, le Directeur général de la BRVM a plaidé l'intégration des bourses de la CEDEAO pour rendre la sous-région attractive.

La coalition des 14 partis de l'opposition togolaise a confirmé jeudi l'information selon laquelle des individus dits autodéfense auraient commis des exactions sur Essowé Passou, un militant de l'ANC dans la nuit du 15 octobre dernier à Kara. Elle condamne l'acte et dénonce ce qu'elle estime être une stratégie de la terreur du régime UNIR qui risque de déboucher encore sur un bain de sang. L'opposition exhorte la CEDEAO à aider le pouvoir de Faure Gnassingbé au respect des droits de l'homme au Togo.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise ne jure que par le recensement biométrique. En conférence de presse lundi, le regroupement a relevé des « anomalies » liées à cette opération en cours et pour laquelle il a appelé les populations au boycott. Pour la Coalition, ces anomalies montrent que le processus de recensement organisé dans la précipitation n’avait d’autres buts que de préparer la fraude aux prochaines échéances électorales. Le Groupe des 14 s’est aussi prononcé sur ses représentants à la CENI et exige un nouveau découpage électoral.

OTR
© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN