Ad Top Header

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition a condamné samedi la convocation du corps électoral par le gouvernement togolais et l’appel à candidatures lancé par le président de la CENI pour les élections législatives, prévues pour le 20 décembre prochain. Le regroupement dénonce la volonté du pouvoir d’organiser des élections à « ses propres conditions, avec un électorat qu’il aura lui-même choisi ». Refusant de se soumettre au « diktat d’un régime aux abois », les leaders de la Coalition mobilisent « les populations togolaises pour la libération totale » du pays des grippes du régime.

Le gouvernement togolais a adopté vendredi en Conseil des Ministres le projet de loi portant modification des articles 59, 60 et 100 de la Constitution de 1992. Les autorités indiquent dans le communiqué ayant sanctionné le Conseil que la démarche s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO pour une sortie de crise au Togo.

A la suite du Chef de file de l’opposition, la coordinatrice de Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise réagit au décret pris jeudi en Conseil des ministres convoquant le corps électoral sur le 20 décembre prochain. Pour Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, rien ne justifie la décision du gouvernement. La secrétaire générale de la CDPA indique que les législatives prochaines n’auront pas lieu sans le regroupement de l’opposition et annonce une série de manifestations pour arrêter le pouvoir de Faure Gnassingbé.

L'Union des Forces de Changement (UFC) n'a pas attendu longtemps pour expliquer ce qui justifie le retrait de son représentant à la CENI. Quelques heures après que l'assemblée nationale a nommé  Francis Pedro Amuzun, membre de la Coalition de l'opposition en remplacement de Jean-Claude Homawoo, le parti réagit et évoque un choix qui fait suite à la demande du facilitateur ghanéen. La formation politique du fils du père de l'indépendance appelle à nouveau aux réformes politiques.

Il est le 2e sur la liste de 8 personnes devant siéger au sein de la CENI comme des représentants de la Coalition de l’opposition togolaise. Francis Pédro Amuzun, un temps recalé, a reçu jeudi l’onction de l’Assemblée nationale pour intégrer la CENI. C’était au cours d’une séance plénière tenue jeudi à Lomé. Si les députés de la majorité et des autres partis de l’opposition ont voté favorablement, ceux de l’UFC ont voté contre. La composition paritaire de l’organe en charge de l’organisation des élections sera désormais une réalité après la prestation de serment des 8 personnes choisies par la Coalition.

Qui est finalement sorti « gagnant » de la 3e réunion du comité de suivi tenu lundi dernier à Conakry ? Alors qu’au niveau de l’opposition on salue une « victoire du peuple » qui se traduira par une reprise du processus électoral et un report des élections, le pouvoir de Lomé dénonce des contre-vérités et une « diversion de la Coalition pour redonner espoir à ses troupes ». Pour l’entourage de Faure Gnassingbé, Alpha Condé n’a jamais été en colère contre le pouvoir togolais. Là-bas, on assure qu’il n’y aura aucune reprise du processus électoral pour faire plaisir à la Coalition des 14 partis politiques.

Aucun relevé de conclusions n’est encore disponible au sujet de la 3e réunion du Comité de suivi tenue lundi à Conakry sous la présidence du Chef de l'Etat guinéen, Alpha Condé, Co-facilitateur dans la crise sociopolitique en cours au Togo. Mais déjà, les protagonistes laissent filer quelques éléments. Dans les rangs de la coalition des 14 partis politiques de l'opposition togolaise, on signale qu’il y aura une « reprise du processus électoral avec à la clé un report des élections ». Les mêmes sources assurent également que le Prof Alpha Condé serait « en courroux contre le pouvoir de Lomé » et annonce une prochaine arrivée à Lomé des deux facilitateurs pour remettre l’exécution de la feuille de route sur les rails.

Le Mouvement du Peuple pour la  Liberté (MPL) accuse la CEDEAO d’être complice du gouvernement  togolais qui refuse d’implémenter la feuille de route pour une sortie de la crise que traverse le pays. En conférence de presse mardi à Lomé, le  parti politique a envoyé des ultimatums à l’institution sous régionale au sujet de son mutisme sur la dégradation inquiétante du climat politique et social au Togo. Il exige par ailleurs de l’UFC un sens d’honnêteté et le courage en assumant ses  « actes de transgression » du code moral de l’opposition togolaise.

Les leaders de la Coalition des 14 partis de l’opposition ont fait acte de présence samedi à la manifestation du Front citoyen Togo Debout. Mais ils ont écourté leur participation pour se rendre à Conakry à l’invitation du Président guinéen, Alpha Condé. Le déplacement, prévu la semaine dernière avant d’être annulé in extrémis, permettra de faire une évaluation de la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO pour une sortie pacifique de crise au Togo. Nous apprenons que le regroupement de l’opposition compte insister sur quatre (4) importantes revendications.

La coordinatrice de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolais a indiqué vendredi que le regroupement n’a pas été informé de l’arrivée d'une mission d'experts auditeurs de la CEDEAO au Togo. Ceci, alors qu’en début de semaine, une note de la CENI a informé l’opinion nationale de la prise de fonction de ces experts. Brigitte Adjamagbo-Johnson annonce que la Coalition a saisi l’organisation sous-régionale sur le sujet. De même, elle estime que le regroupement des 14 va prochainement prendre ses responsabilités pour que les préoccupations des togolais soient prises en compte.

OTR
© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN