Ad Top Header

Le meeting prévu pour ce jour à Bè-Kodjindji par le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) ne s’est pas tenu. Très tôt le matin, les forces de défense et de sécurité ont investi le lieu de la manifestation empêchant ainsi tout regroupement. Les responsables de cette organisation dénoncent une pratique liberticide qui n’honore pas le Togo. Le front compte tout de même s’adresser prochainement à la CEDEAO afin qu’elle élabore une feuille de route à même de mettre fin à la crise togolaise.

Le 10e sommet des dirigeants des BRICS, le groupe des cinq puissances émergentes (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) s’est achevé vendredi à Johannesburg en Afrique du Sud. Le Chef de l’Etat togolais a participé aux travaux en tant que président en exercice de la CEDEAO. Faure Gnassingbé, qui s’est prononcé sur le futur partenariat entre les BRICS et l’Afrique, s’est également entretenu avec les présidents chinois, Xi Jinping, sud-africains, Cyril Ramaphosa et russe, Vladmir Poutine.

La capitale togolaise accueille en début de la semaine prochaine, d’importantes rencontres de la sous-région ouest africaine. Il s’agit notamment du sommet de l’UEMOA, du sommet conjoint CEDEAO-CEEAC et de la rencontre des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO pour connaître entre autres, de la situation politique qui prévaut au Togo depuis un an. Gilbert Bawara, le point focal du gouvernement togolais vient de boucler une tournée dans 4 pays majeurs de la région. Pour le ministre de la fonction publique, il faut bien préparer les sommets et préparer les décisions qui seront prises, y compris la feuille de route de la CEDEAO sur la situation togolaise.

Le Groupe de sept (07) organisations de la société civile dénommé le G7 a présenté jeudi à la presse son  document de positionnement pour le monitoring du 27è dialogue politique en République du Togo. Le document présente  le G7 et ses objectifs, situe le 27è dialogue inter-togolais dans son contexte, analyse la crise togolaise et fait des recommandations pour la réussite de ce dialogue. Pour les sept organisations de la société civile, la feuille de route de la CEDEAO attendue le 31 juillet prochain ne sera pas magique. Il revient toujours aux Togolais de prendre leurs responsabilités pour sortir le pays de l’impasse politique.

La crise sociopolitique qui a éclaté au Togo le 19 août 2017 tarde à être dénouée. Malgré les efforts des chefs d’Etat de la sous-région, aucune avancée n’est encore perceptible au sujet de la question majeure à l’origine de la situation. Même le dialogue ouvert le 19 février pour tenter de concilier les positions du pouvoir et de l’opposition n’a accouché que de minces résultats, du moins à ce jour. Désormais, c’est vers la CEDEAO que les regards convergent et que les espoirs de chacun des camps en discorde sont portés. Aux lendemains d’une nouvelle mission à Lomé dirigée par Francis Béhanzin, le commissaire paix et sécurité de l’organisation sous-régionale, le chef de la délégation du gouvernement aux pourparlers dresse un état des lieux de la situation et estime que « le gouvernement a fait preuve d’ouverture contrairement à la coalition de l’opposition ». Gilbert Bawara indique que la CEDEAO, qui a eu le temps d’écouter les deux parties, connaît désormais les positions de tous les protagonistes et dispose de tous les éléments d'appréciation pour trancher dans le sens de la « normalisation définitive de la situation en se basant sur les normes et les principes qui fondent la démocratie et l’Etat de droit ».

Le Commissaire des affaires politiques, paix et sécurité de la Cedeao, a fait le point à la presse de sa rencontre de jeudi avec les parties prenantes du dialogue inter-togolais. Le Général Francis Béhanzin qui était en mission pour suivre l’évolution des recommandations des Présidents Nana Akufo-Addo et Alpha Condé a salué la bonne volonté manifestée aussi bien par le pouvoir et que l’opposition pour une sortie de crise.

Le Commissaire des affaires politiques, paix et sécurité de la Cedeao, le général Francis Behanzin a échangé jeudi avec les protagonistes de la crise togolaise. Les échanges ont démarré dans la matinée avec la délégation de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise. A l’issue, Jean-Pierre Fabre a indiqué que la coalition a fait part de son appréciation aux Commissaires aux affaires politiques, paix et sécurité de la Cedeao. Pour le Chef de file de l’opposition, tout reste à faire pour la sortie de crise.

L’ambassadeur de France au Togo, Marc Vizy a fait part des espérances de son pays quant à une sortie de crise au Togo grâce aux recommandations de la CEDEAO. L’organisation communautaire se réunit dans deux semaines à Lomé et M. Vizy indique que son pays a espoir que la situation sera débloquée pour la relance du développement économique et social qu’attendent les togolais. Pendant ce temps, le gouvernement togolais s’engage à faire aboutir les réformes au centre de la crise.

Il s’est ouvert mardi à Lomé, la réunion de concertation des experts de la CEDEAO et de la CEEAC. La rencontre se déroule en prélude au sommet conjoint des chefs d’Etat et de gouvernement de ces deux organisations prévu pour le 30 juillet prochain à Lomé. La rencontre a été ouverte par l’ambassadeur Limbiye Bariki Kadangha qui représentait le ministre togolais des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, Robert Dussey.

En prélude au prochain sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement prévu à Lomé le 31 juillet prochain, la capitale togolaise a abrité samedi deux importantes rencontres. Il s’agit de la 40e Session Ordinaire Conseil de Médiation et de Sécurité (CMS) et de la 80e Session ordinaire du Conseil des Ministres de la CEDEAO. Ces deux sessions ont été présidées par le ministre togolais des affaires, de la coopération et de l’intégration africaine, Robert Dussey en présence de Jean-Claude Brou, Président de la Commission de la CEDEAO.

© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN