Ad Top Header

Depuis le 19 août 2017, le Togo a connu une crise politique qui a eu d’énormes conséquences sur la cohésion nationale et sur l’activité économique. Le 31 juillet, les Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont pris un certain nombre de décisions dont la mise en œuvre permettra au pays de solder une bonne partie de la lancinante question des réformes politiques qui cristallise les attentions depuis 2006. Le président togolais s’est prononcé sur ces décisions et a estimé qu'il faut tirer les enseignements politiques de la situation que le pays vient de traverser.

Il est l’un des artisans de la réussite du mandat du Togo à la tête de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Celui qui a décomplexé la diplomatie togolaise et l’a rendue désormais influente sur le continent a été au cœur de l’organisation à Lomé d’un sommet conjoint CEDEAO-CEEAC. Prof Robert Dussey se félicite de la tenue et de la réussite de cette importante rencontre qui a permis aux deux espaces communautaires de poser les bases d’une coopération efficace devant leur permettre de relever les défis sécuritaires.

On l’attendait depuis la fin du sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO le 31 juillet dernier. Elle vient enfin de se prononcer sur la feuille de route pour une sortie de crise au Togo. La coalition des 14 partis politique de l’opposition prend acte des recommandations de la CEDEAO mais dit  observer plusieurs insuffisances majeures. Elle compte ainsi sur la poursuite du dialogue pour aborder en profondeur les problèmes relatifs à la candidature de Faure Gnassingbé en 2020 et à la Constitution de 1992.

La feuille de route de la CEDEAO pour une sortie de la crise sociopolitique qui prévaut au Togo est désormais connue. A l’issue de la 53è session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, les dirigeants de la sous-région ont tracé la voie à suivre.  Dans leurs recommandations, ils ont prescrit l’adoption des réformes constitutionnelles et institutionnelles par voie parlementaire. Ces réformes devront porter la limitation du nombre de mandats présidentiels, l’élection à 2 tours, la recomposition de la Cour constitutionnelle. Les chefs d’Etat de la CEDEAO fixent au 20 décembre prochain la date des élections législatives.

Le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO se déroule actuellement à Lomé. Les choses sérieuses ont d’ailleurs commencé après la cérémonie d’ouverture. Les dirigeants ouest-africains sont actuellement en huis-clos pour prendre des décisions importantes. En marge des travaux, le président guinée, Alpha Condé, l’un des facilitateurs de la CEDEAO dans la crise togolaise échange avec une délégation de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise.

Les travaux de la 53e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont démarré à Lomé. C’est le président togolais, Faure Gnassingbé qui a ouvert et préside la session en sa qualité de président en exercice de l’organisation. Cette rencontre sera marquée dans l’après-midi par le rapport des facilitateurs de la CEDEAO sur la situation qui prévaut au Togo depuis bientôt un an.

Le premier sommet conjoint des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) sur la Paix, la Stabilité, la Sécurité, et la Lutte contre le Terrorisme et l’Extrémisme Violent s’est achevé lundi à Lomé. Avec pour objectif principal, trouver de meilleures approches pour attaquer le terrorisme et garantir la paix aux populations des deux espaces, le Sommet de Lomé s’est terminé sur une note de satisfaction. De grandes décisions ont été  prises à l’issue des travaux.

Le mouvement « En aucun cas » a donné son avis lundi sur ses attentes du sommet des Chefs d’Etat et du gouvernement de la CEDEAO qui a lieu ce 31 juillet à Lomé. Le Collectif des jeunes pour la libération du Togo exige de l’institution sous régionale une feuille de route devant répondre à l’aspiration du peuple togolais. Le Mouvement croit que des membres influents du régime sont sur le point de quitter Faure Gnassingbé pour rejoindre l’opposition. Il  demande par ailleurs  à l’ancien ministre Pascal Bodjona de dire sa position actuelle aux togolais.

Le 1er Sommet Conjoint  des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) sur la Paix, la Stabilité, la Sécurité, et la Lutte contre le Terrorisme et l’Extrémisme Violent s’est ouvert lundi à Lomé. Les travaux sont co-présidés par le président togolais Faure Gnassingbé et son homologue gabonais, Ali Bongo.

Lomé accueille lundi et mardi trois rencontres importantes. Il s’agit du sommet de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), du sommet conjoint CEDEAO-CEEAC puis de la très attendue rencontre des Chefs d'Etat de la CEDEAO. Plusieurs dirigeants de pays membres de ces organisations sont arrivés dimanche à Lomé. Ils ont tous été accueillis par leur homologue togolais, Faure Gnassingbé.

© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN