Ad Top Header

Eco, la nouvelle monnaie en création par la Communauté économique des Etats de l’Afrique (CEDEAO) ne sera pas un autre francs CFA. Le Président nigérien Mahamadou Issoufou l’a affirmé cettee semaine dans une interview accordée à Jeune Afrique. Pour le président en exercice de la CEDEAO, Eco viendra marquer la sortie du francs CFA pour les pays qui l’utilise.

La Commission de la CEDEAO tient toujours à l’intégration économique dont l’une des marques est la libre circulation des personnes et des biens de ses Etats membres. Elle a démarré lundi à Lomé 5 jours de travaux sur la présentation du guide méthodologique sur les indicateurs relatifs à la migration internationale de main d’œuvre et des outils harmonisés de collectes statistiques.  Ce sera une occasion pour les participants de lever le goulot d’étranglement qui empêche la réalisation d’une planification rigoureuse des politiques en matière de formation professionnelle, d’emploi et de migration professionnelle dans l’espace CEDEAO.

Un mini-sommet sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme dans la sous-région ouest-africaine s’est tenu vendredi à Accra. Il a réuni les Chefs d’État du Togo, du Burkina Faso du Bénin, du Ghana et le Vice-Président de la Côte d’Ivoire représentant le Président Alassane Ouattara. D’importantes décisions ont été prises à l’issue de la rencontre.

Dans une interview accordée à certains médias togolais mardi et qui a été initiée par Togobreakingnews.info, le représentant permanent de la CEDEAO au Togo est revenu sur la résolution de la crise sociopolitique togolaise par l’organisation communautaire. Pour Garba Lompo, la CEDEAO est satisfaite d’avoir contribué à ramener le calme et la sérénité au Togo. Le diplomate note qu’il y a eu certainement des actions positives et des actions imparfaites dans le processus de règlement de la crise. Pour lui, la CEDEAO va continuer à poursuivre les efforts pour le renforcement de l’apaisement dans le pays de Faure Gnassingbé, nécessaire à l’enracinement de la démocratie et de l’Etat de droit. A l’occasion, M. Lompo a tenu à répondre à ceux qui l’ont accusé d’avoir pris le parti du pouvoir de Lomé et de saboter la lutte de la Coalition des 14 partis politiques. L’ancien ministre nigérien déclare que ces contempteurs sont tous des immatures politiques qui méconnaissent le fonctionnement des institutions. Lecture !

Le ministre togolais des affaires étrangères, de l’intégration africaine et des togolais de l’extérieur a publié mardi un livre inédit. Dénommé « Togo 2017-2018 : Présidence en exercice de la CEDEAO », le document relate les actions réalisées par le pays de Faure Gnassingbé lors de son passage à la tête de l’organisation communautaire. Pour le Chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey le livre est une histoire togolaise de la CEDEAO.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise lance un nouveau mot d’ordre après les législatives du 20 décembre. En conférence de presse mercredi à Lomé, le regroupement de l’opposition a annoncé la fin et le début d’une nouvelle phase de sa lutte pour l’alternance politique au Togo. Les leaders de cette coalition condamnent l’attitude de la CEDEAO pour avoir cautionné « une farce électorale ». Ils se décident de ne compter désormais que sur « le peuple pour finaliser le combat ». 

Il s’est tenu samedi à Abudja le 54e sommet ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Plusieurs sujets ont été abordés dont la crise sociopolitique togolaise. On apprend que les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’organisation communautaire se sont félicités de la tenue effective, le 20 décembre 2018, des élections législatives. Et selon les informations, la CEDEAO met fin au mandat des facilitateurs de la crise mais encourage le gouvernement togolais à renforcer les mesures d’apaisement et à tenir les élections locales dans le courant de l’année 2019.

La Mission d’Observation  Electorale de la CEDEAO a présenté vendredi à Lomé son premier rapport sur les législatives du 20 décembre au Togo. C’était au cours d’une conférence de presse animée par  Salou Djibo, chef de la Mission en présence du Général Béhanzin, commissaire aux affaires politiques, paix et sécurité de la CEDEAO et de Garba Lompo, représentant de l'organisation au Togo. La Mission s'est félicitée du bon déroulement du scrutin mais regrette, par ailleurs, la non-participation de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise au  processus électoral.

Les ambassades d’Allemagne, des Etats-Unis d’Amérique, de France, la délégation de l’Union européenne au Togo et la coordination du système des Nations unies se prononcent encore une fois sur la crise sociopolitique togolaise. Dans un nouveau communiqué, le Groupe des 5 dit suivre avec préoccupation les derniers développements de la situation au Togo. Ces chancelleries se disent disponible à accompagner les togolais pour une résolution pacifique de la crise.

C’est la confusion samedi au Togo où devrait démarrer une série de 10 jours de manifestations de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Les manifestations qui devraient se tenir simultanément à Lomé et dans plusieurs villes du pays ont été interdites par le ministre de l’Administration territoriale, Payadowa Boukpessi. Mais cette interdiction a été bravée par des jeunes du regroupement de l’opposition. La répression a fait au moins 2 morts dont un enfant et plusieurs blessés à Lomé. Des blessés sont également signalés à Sokodé, Bafilo et Tchamba. Brigitte Adjamagbo-Johnson charge le pouvoir de Faure Gnassingbé.

OTR
© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN