Ad Top Header

Le président de l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS) se prononce sur le dialogue politique inter-togolais en cours. Les pourparlers, qui devraient permettre au pouvoir de Faure Gnassingbé et à la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition de solder la question des réformes constitutionnelles et institutionnelles, sont actuellement aux arrêts. Agbéyomé Kodjo invite les protagonistes à parvenir à des résultats qui élèvent la nation en se départissant des intérêts partisans.

Le dialogue inter-togolais devrait s’ouvrir le 15 février prochain. Il réunira l’opposition et le pouvoir. D’autres entités de la nation togolaise pourraient également y prendre part. Mais la question essentielle reste la participation de l’armée togolaise dont l’influence dans le jeu politique n’est plus à démontrer. Pour le président de l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS), il y a nécessité que les forces armées togolaises prennent part aux prochains pourparlers pour faire part de leurs motivations et livrer leur lecture de la crise en cours..

Les médiateurs de la crise togolaise l’ont annoncé vendredi dernier à l’issue d’une mission effectuée à Lomé et il est fort probable que le dialogue politique inter togolais s’ouvre le 15 février prochain. Si la coalition de l’opposition togolaise continue de croire qu’elle est la seule à avoir le droit de discuter du sujet des réformes avec le pouvoir, d’autres acteurs invitent les protagonistes à œuvrer pour que le dialogue soit inclusif. C’est le cas du parti OBUTS qui appelle le gouvernement à œuvrer pour le succès des discussions et exhorte l’opposition à s’engager pleinement et avec vigilance.

Dans une interview accordée cette semaine à l’hebdomadaire La Manchette, le président de l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS) est revenu sur la crise politique togolaise. Messan Agbéyomé Kodjo estime que la crise perdure à cause des erreurs stratégiques de l’opposition et du refus du pouvoir d’assumer sa part de responsabilité. M. Kodjo préconise un armistice et invite pouvoir et opposition à faire le deuil des considérations partisanes et à privilégier l'intérêt supérieur du Togo pour la réussite du dialogue.

Les togolais auraient vraiment aimé que leur pays soit un producteur de pétrole. Pour le moment, cela n’est pas le cas, si l’on s’en tient à la dernière sortie de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Mais des publications cherchent toujours à accréditer la thèse selon laquelle le Togo est bel et bien producteur de l'or noir en citant des déclarations faites il y a quelques années par l’ancien Premier Ministre togolais, Agbeyome Messan Kodjo. Alors qu’est-ce que AMK a exactement déclaré au sujet de ce qu’il convient d’appeler le « Pétrole togolais » ?

2017 aura été marquée par des évènements qui ont fragilisé le lien social et le tissu économique du Togo. Le président de l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS) est revenu sur cet état de chose samedi dans un message qu’il a adressé aux militants de ce parti et à toute la population togolaise. Dans cette adresse, Agbéyomé Kodjo est revenu largement sur la crise politique que traverse le Togo. Il a regretté l’absence d’un compromis politique et d’un consensus national pouvant mettre fin à la crispation politique. L’ancien Premier Ministre exhorte les uns et les autres à œuvrer pour la réussite du prochain dialogue de sortie de crise.

Abass Frédéric Kaboua  s’insurge contre l’idée que fait la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, plus particulièrement, le  Chef de file de l’opposition des  acteurs devant participer  au prochain  dialogue annoncé par le gouvernement. Le Président du Mouvement des Républicains Centristes (MRC) s’est prononcé mercredi sur le sujet au cours d’une conférence de presse tenue à Lomé sous haute surveillance policière. Pour lui,  seuls le MRC et l’Obuts sont de vrais partis d’opposition au Togo.

L’Organisation pour Bâtir dans l'Unité un Togo Solidaire  (OBUTS) vient  de  surfer à nouveau  sur son  logo   pour véhiculer  ses idéaux de paix, du vivre ensemble, du dialogue et de l’acceptation de l’autre  à des centaines de jeunes dans la préfecture d’Agoè. La formation politique de l’ex Premier ministre Gabriel Agbéyomé Messan Kodjo a à  travers la finale de la  troisième édition du tournoi jeunes solidaires jouée dimanche sur le terrain de Nanégbé  invité sa jeunesse à se départir des violences que connait le Togo ces derniers mois.

Le regain de violences noté au Togo depuis l’arrestation le 16 octobre dernier à Sokodé de l’imam DJOBO Mohamed Allassani et les exactions enregistrées ces derniers jours dans plusieurs quartiers de Lomé ne laissent pas indifférent l’Organisation pour bâtir dans l’Union un Togo solidaire (OBUTS). Le parti présidé par Agbéyomé Kodjo condamne les violences, les descentes punitives de milices et lance un coup de cœur pour la sauvegarde de la paix et pour un consensus républicain sur les réformes. L’ancien Premier Ministre en appelle à la sagesse et à la responsabilité politique de Faure Gnassingbé.

L’Organisation pour bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS) réagit suite au communiqué conjoint de l’Union Africaine, la CEDEAO et de l’ONU relativement à la crispation politique au Togo. La formation politique présidée par Agbeyome Kodjo salue la volonté et la mobilisation de la communauté internationale d’accompagner le Togo vers une sortie de crise pacifique. Elle appelle le régime a abandonné la voie du référendum pour rechercher le consensus au Parlement.

OTR