Ad Top Header

Affaire Bolloré: le CAR condamne le mutisme des autorités togolaises

By March 04, 2021 1567

Après la Dynamique Mgr Kpodzro, c’est le tour du Comité d’action pour le renouveau (CAR) d'évoquer l’affaire Bolloré. Le parti fondé par l’ancien Premier ministre, Me Yawovi Agboyibo condamne le mutisme des autorités togolaises. Il demande au gouvernement de faire la lumière sur la concession du Port autonome de Lomé.

C’est une affaire qui défraie la chronique depuis la fin de la semaine dernière. La juge Isabelle Prévost-Desprez a décidé de renvoyer devant un tribunal correctionnel Vincent Bolloré et 2 de ses collaborateurs dans un dossier de corruption en lien avec le Port autonome de Lomé. Le puissant homme d’affaires français a plaidé coupable.

Dans un communiqué publié jeudi, le CAR rappelle avoir déjà interpellé le gouvernement le 02 mai 2018 par le biais du député Jean Kissi sur la concession du Port Autonome de Lomé (PAL) au Groupe Bolloré. Le Gouvernement devrait se prononcer sur la nature et le contenu du contrat par lequel le Groupe Bolloré a acquis le port de Lomé.

Le député avait également demandé à comprendre la procédure suivant laquelle la concession a été attribuée au Groupe Bolloré. Il demandait aussi le détail des investissements de Bolloré au Togo, les chiffres d’affaires et les différentes taxes payées par Bolloré depuis qu’il gère le port de Lomé.

« Il faut rappeler qu’au cours de la session d’interpellation les éléments de réponse apportée à ces différentes préoccupations par les ministres chargés du commerce, des transports, de l’économie et des finances ; commissaires du gouvernement n’ont guère satisfait la représentation nationale », rappelle le parti.

Le CAR dit condamner « le mutisme des autorités togolaises » qui qualifient à tort cette affaire de ‘’franco-française’’ « prétextant ne pouvant se mêler d’une procédure en cours dans un pays étranger alors que selon la justice française les faits ont gravement porté atteinte à la souveraineté du Togo ».

Pour ce parti d’opposition, le Port Autonome de Lomé étant le poumon de l’économie togolaise. Il invite donc les institutions nationales à assumer pleinement leur responsabilité dans la gestion de cette affaire pour défendre les intérêts du Togo.

« Le CAR demande au Gouvernement de faire toute la lumière sur ce dossier afin d’éclairer les Togolais », conclut la formation politique du regretté Me Agboyibo.

OTR