Ad Top Header

Togo: les opposants s’organisent pour la libération d’Adjamagbo et de Djossou

By December 09, 2020 2229

Une vingtaine de leaders politiques et d’acteurs de la société civile sont revenus mercredi sur l’arrestation de Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson et de Gérard Djossou. En conférence de presse à Lomé, ils ont de nouveau condamné cette entreprise du pouvoir de Faure Gnassingbé. Par la même occasion, ils ont institué un comité de leaders devant travailler à la libération des 2 membres de la Dynamique Monseigneur Kpodzro et par extension tous les prisonniers politiques.

Au total 20 entités composées de formations politiques et d’organisations de défense des droits humains ont signé la déclaration qui condamne l’arrestation et l’inculpation de la Coordinatrice de la DMK et son chargé des affaires des droits de l’homme.

On y retrouve le  BAC, la CDPA, les DSA, les Démocrates, le MPDD, le NID, La Racine, le parti des Togolais, le parti des Travailleurs, le Togo Autrement, Alcades, Glob, le  GCD, le Front citoyen Togo debout, le Mouvement Gamessou, le FDP, MJS, SYJEP, SEET et Bindje Gue Bindje.

Pour ces partis politiques et organisations de la société civile, l’inculpation des membres de la DMK illustre la volonté manifeste du pouvoir à neutraliser ce regroupement politique qui a porté Agbeyomé Messan Kodjo à la présidentielle du 22 février dernier et par ricochet étouffer toutes contestations électorales.

En réaction, ils annoncent la création d’un comité composé uniquement de leaders  de tout bord  qui militera pour la libération prompte de tous les détenus politiques.

« Nous travaillons pour la mise en place d’un comité pour faire en sorte que les détenus politiques de la DMK, de  l’ANC et du PNP soient libérés »,  a révélé Claude Amegan.

Le président national des Partis des Travailleurs précise que le comité en gestation  n’aura rien à  avoir avec une coalition ou un regroupement de partis politiques mais il sera composé de leaders du pays pour exiger la libération de tous ces détenus politiques du pouvoir de Lomé.

Une ramification d’indignation sur le continent  principalement à propos de l’arrestation de Mme Adjamagbo-Johnson pourrait s’en suivre selon les 20 leaders.

Arrêtés et  inculpés pour groupement de malfaiteurs et atteinte à la sécurité intérieure de l'État, Mme Adjamagbo-Johnson et M. Djossou  sont placés  sous mandat de dépôt depuis le 04 décembre dernier.

OTR