Ad Top Header

Le Togo, la cause du malheur des ivoiriens et guinéens ?

By November 24, 2020 1498

La Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) accuse le Togo d'être le responsable du malheur des peuples ivoirien et guinéen. Selon ce regroupement politique, il n'y a pas changement de régime en Côte d'Ivoire et en  Guinée cette année parce que le Togo a montré le mauvais exemple. Pour rectifier le tir, Monseigneur Kpodzro et sa Dynamique annoncent la mutualisation des ressources des trois pays affectés par les crises post-électorales.

Pour la DMK, les conséquences de la "tragédie électorale" du 22 février 2020 pour le peuple togolais continuent de faire des vagues non seulement au Togo mais aussi à travers la sous-région ouest-africaine.

A la suite du Togo, soutient-elle, la Guinée et la Côte d'Ivoire viennent malheureusement de  montrer aux yeux du monde entier qu'ils ont bien assimilé la leçon reçue des dirigeants togolais.

"Notre pays donne ainsi malencontreusement l'image du laboratoire des pratiques déplorables qui tendent à compromettre les aspirations profondes des peuples togolais et africains à l'indépendance véritable et à la démocratie", ajoute-t-elle.

De même, la Dynamique regrette que cette année 2020, trois dirigeants de l'Afrique occidentale francophone ont privé leurs peuples du droit à l'alternance et à une gouvernance démocratique exemplaire contrairement au protocole de la CEDEAO sur la limitation du nombre de mandats présidentiels.

"Les conséquences de la Gouvernance de Monsieur Faure Gnassingbé qui donne l'impression de pouvoir faire un quatrième mandat malgré la volonté exprimée par les Togolais malheureusement désastreuses à tous égards", conclut la DMK.

Face à la situation, Brigitte Adjamagbo-Johnson et ses collègues révèlent que l'ancien Premier ministre du Togo, Agbeyome Messan Kodjo a déjà pris attache avec les forces en lutte en Côte d'Ivoire et en Guinée.

"Le DMK se félicite de l'initiative Triumvirat de l'Alternance politique en Afrique subsaharienne prise par le gouvernement légitime du Togo (gouvernement de M. Kodjo, NDLR) dans le but de mutualiser les ressources des 3 pays affectés par les crises nées de la volonté de conversation illégale et illégitime du pouvoir d'État notamment le Togo, la Côte d'Ivoire et la Guinée. Nous en espérons pour bientôt des mots d'ordre communs pour nos trois pays ", annonce le regroupement politique arrivé 2è au scrutin présidentiel du 22 février dernier au Togo.

Pendant qu'on y est, il invite les populations dans les rues de Lomé le 28 novembre prochain pour principalement exiger les enquêtes sur le Pétrolegate.

OTR